Hommage à Michèle Touret

m2Michèle Touret nous a quittés à la fin du mois d’octobre.

Elle avait été extrêmement active, avec l’équipe lilloise, dans la création de la SELF XX-XXI, issue de la « Société d’étude du roman français du XXe siècle » au cours des années 1994-1997. Membre pendant une longue période du conseil d’administration, puis du comité d’honneur de cette société, elle a directement organisé ou co-organisé de nombreux colloques, notamment celui qui s’est déroulé à Rennes en 2000, Le Temps des Lettres, quelles périodisations pour l’histoire de la littérature française du 20e siècle ? Elle a suivi de près la création et le développement de la revue ELFE XX-XXI, en particulier le numéro 2, « Quand finit le XXe siècle ? ».  Elle a œuvré à l’élaboration de l’annuaire de la Société. Elle ne tarissait pas d’idées pour développer le travail sur la littérature française contemporaine et la littérature en général.

> Une bibliographie sélective de Michèle Touret

Après deux années d’enseignement dans le second degré, dès son entrée à l’université en 1970, elle marquait ses distances avec une conception de la littérature qui s’était alors en plusieurs endroits étriquée et affadie. Figuraient au premier plan de sa recherche des écrivains, des mouvements qui s’étaient placés aux avant-postes, qu’il s’agisse de Blaise Cendrars (elle a grandement contribué à l’édition de son œuvre à la Bibliothèque de la Pléiade), de Guillaume Apollinaire (aux côtés de Michel Décaudin), de bien d’autres — Roger Vailland, Henri Poulaille et les écrivains prolétariens, Jules Vallès, Roger Martin du Gard, Jean Paulhan, etc. Les communications et publications traitaient aussi de questions amples : la conception de l’histoire littéraire, le rôle des revues, le rapport de la littérature aux guerres, la problématique de l’événement, les formes de l’utopie, l’ironie… Les titres des contributions étaient toujours très élaborés et suggestifs.

Si Michèle Touret se préoccupait fortement de l’insertion de la littérature dans la société et l’histoire, elle ne la réduisait aucunement à cet aspect, et tenait sans cesse compte des recherches de formes. Son champ d’étude n’excluait rien, et elle s’est intéressée aux démarches de rupture qui se sont imposées après la Deuxième Guerre mondiale, à Samuel Beckett, à Claude Simon (colloques, articles, notices de dictionnaire). Elle aimait éclairer les questions obscures, réviser les procès, infirmer les jugements simplistes.

Elle a choisi au cours des dernières années, d’attirer l’attention sur l’œuvre méconnue de Louis Guilloux, organisant des colloques, dirigeant de jeunes chercheurs, organisant avec des partenaires compétents l’exploitation des archives. Une réédition d’OK Joe, ce témoignage fascinant sur l’armée américaine dans la France de 1944, va paraître avec une étude des sources contemporaines des événements. Michèle Touret a fait porter le texte aux PUR à la fin d’octobre. Mais chez Louis Guilloux, elle s’est attachée aussi constamment à déceler l’importance du souci d’écriture, dont a rendu compte le colloque de Cerisy intitulé « L’atelier de Louis Guilloux ». Elle a envisagé sous le même angle les livres d’Annie Ernaux, ne se contentant pas d’affinités personnelles, cherchant les ressorts de l’« écriture comme un couteau ».

La liste de ses publications, de ses participations à des colloques nationaux et internationaux, est impressionnante, celle de ses actions liées aux finalités de l’institution universitaire l’est tout autant. Soucieuse de l’organisation collective de la recherche, elle a dirigé à Rennes 2 le CELLAM (Centre d’Études des littératures et langues anciennes et modernes), et elle s’est particulièrement occupée de la diffusion des résultats de recherche : elle a conduit notamment l’édition de très nombreux  actes de colloques, piloté l’élaboration d’une Histoire de la littérature française du XXe siècle (2008), dont elle a rédigé au moins la moitié, avec le souci de rénover les points de vue, de mettre à la disposition des étudiants des corpus plus larges, des approches neuves. Elle était membre du comité éditorial des PUR, directrice de la Collection Interférences. Elle s’intéressait aux œuvres les plus récentes, et très peu de jours avant son départ, elle nous parlait avec une perspicacité enthousiaste et exigeante de livres qui venaient de paraître.

Par souci de transmettre, elle a assumé des tâches nombreuses dans l’institution : direction du Service d’enseignement à distance, participation considérable au travail du Service d’action culturelle, organisation d’un cours public d’un an sur « Écrire est mon métier », direction du département de Lettres, et surtout action déterminante dans la formation initiale et continué des maîtres. Dans ce domaine elle a monté des cursus de complément de formation, suivi des groupes de recherche d’enseignants de tous degrés. Elle a été responsable à l’université du Service universitaire de formation des maîtres, du DEA et du laboratoire de recherches sur la Didactique des disciplines ; elle a été directrice d’études à l’IUFM de Bretagne…

L’université était aussi pour elle un lieu de vie, où s’exerçait son sens de la convivialité, et un lieu de solidarité intense : elle participait à la Commission des personnels, aux instances syndicales ; elle a assumé de multiples mandats nationaux, au CNU, au CNESER. Elle avait eu maille à partir avec un mandarinat ancien, et avait choisi une toute autre vision de la vie d’universitaire.

C’était une « passeuse », dit une de ses anciennes étudiantes… Elle a toujours cherché à inventer le futur. Elle a vécu maintes vies en une, et son départ crée le vide en maints endroits.

Francine Dugast-Portes

Une bibliographie sélective de Michèle Touret

Outre ces publications, Michèle Touret a publié plus d’une soixantaine d’articles sur des écrivains contemporains.

Ouvrages :

  • Portraits d’Apollinaire, Rennes, PUR, 1997
  • Cendrars et le désir du roman, Champion Slatkine, Genève-Paris, 1999, 406 p.
  • Histoire de la littérature française, vol 1 (1898-1939) (Michèle Touret dir.), Rennes, PUR, 2000.
  • Histoire de la littérature française, vol 2 (1939) (Michèle Touret dir.), Rennes, PUR, 2008. (M. Touret a rédigé plus de la moitié de ces deux volumes)
  • Max Jacob, portraits, Rennes, PUR, 2002.
  • Édition critique de Cendrars La Main coupée, Denoël, 2002.
  • Préface à Histoires de brigands de Louis Guilloux, Le Passeur, 2002.
  • Notices pour des dictionnaires : Dictionnaire historique et sociologique de la littérature (PUF), dir. Paul Aron, Alain Viala, 2002
  • Notices pour un dictionnaire de littérature française du XXe siècle pour l’Ukraine, dirigée par l’université d’Artois, 2006
  • Dictionnaire Beckett (2011), Dictionnaire Claude Simon (2013).
  • Édition des Œuvres autobiographiques complètes de Blaise Cendrars dans la Bibliothèque de la Pléiade (Claude Leroy dir.), Gallimard, Tomes 1 et 2, 2013.

Édition d’actes de colloques

  • Tombeaux et monuments, co-édition, actes du colloque, Rennes, Presses universitaires de Rennes (PUR), 1993.
  • Enseigner l’histoire littéraire, Rennes, PUR, 1993.
  • Cendrars au pays de Jean Galmot, édition des actes du colloque « Cendrars-Galmot », Rennes, PUR, 1998.
  • Lectures de La Route des Flandres, direction, contribution et traductions, Rennes, PUR, 1997.
  • Lectures de Beckett, direction, contributions et traductions d’articles, Rennes, PUR, 1999.
  • Le Temps des lettres, quelles périodisations pour la littérature du XXe siècle ? co-édition, actes du colloque de la SELF XX, Rennes, PUR, 2001.
  • Samuel Beckett : Lire l’affect, (co-édition), actes du colloque de Rennes décembre 1999, Amsterdam, Rodopi, 2001.
  • Que se passe-t-il ? Littérature, sciences humaines et événement, Dir. Didier Alexandre, Madeleine Frédéric, Sabrina Parent, Michèle Touret, Rennes, PUR, 2004.
  • L’Atelier de Louis Guilloux, (M.Frédéric, M. Touret éd.), colloque de Cerisy, Rennes, PUR, 2012.
  • Louis, Guilloux, un écrivain dans la presse (J.-B. Legavre, M. Touret éd.), Rennes, PUR, 2014.