Michael Sheringham (1948-2016)

4858127_4_f7dd_michael-sheringham-en-2010Spécialiste de littérature française moderne et contemporaine, titulaire de la chaire Maréchal Foch à l’université Oxford entre 2004 et 2015, année où il a pris sa retraite, Michael Hugh Tempest Sheringham, est décédé le 21 janvier 2016, à l’âge de 68 ans, des suites d’un cancer qu’il a combattu avec courage. Un colloque d’hommage venait de lui être consacré à All Souls College dont il était Fellow, les 10-12 janvier 2016 auquel participaient nombre de collègues, amis et anciens étudiants anglais et nord-américains.

Avant d’être élu à la plus prestigieuse des chaires de littérature française au Royaume-Uni, auparavant occupée par le grand historien de l’art Jean Seznec et deux proustiens éminents Malcolm Bowie et Jean-Yves Tadié, Michael Sheringham avait été professeur de littérature française à Royal Holloway, Université de Londres (1995-2004). Il avait fait ses études universitaires entre 1966 et 1973 à l’Université de Kent à Canterbury, une des universités créées au Royaume-Uni au milieu des années 60, où soufflait un vent d’ouverture et d’invention, et où il avait été enseignant de 1974 à 1995.

Michael Sheringham a d’abord travaillé sur André Breton et le surréalisme, la poésie et la fiction d’avant garde. Dans ce sillage, il a ensuite ouvert d’autres grands chantiers : l’autobiographie et le quotidien. Ces grandes enquêtes, longuement muries, qui faisaient jouer ensemble littérature, philosophe et sciences humaines, ont donné lieu à des livres importants : French Autobiography. Devices and Desires, Rousseau to Perec (Clarendon Press, 1993) et Everyday Life. Theories and Practies from Surrealism to the Present (Oxford University Press, 2009), traduit en 2013 sous le titre Traversées du quotidien (P.U.F.,) où il explore la manière dont la question du quotidien s’est trouvée au centre de la réflexion intellectuelle en France entre 1945 et 1980, autour des œuvres d’Henri Lefebvre, des situationnistes, de Barthes, de Leiris, de Perec ou de Michel de Certeau. Il a aussi édité Parisian Fields (1996) et The Art of the Project : Projects and Experiments in Modern French Culture (2005). Ses articles portent sur de très nombreux auteurs, avec une fidélité particulière pour Yves Bonnefoy, Jacques Reda, Georges Perec, Jacques Roubaud, Patrick Modiano, Marie NDiaye, Pascal Quignard ou Pierre Michon. Il achevait un nouveau livre sur la notion d’archive dans la littérature et la pensée françaises contemporaines.

La qualité de ses travaux et de sa personne, les liens de confiance et d’amitié qu’il a noués avec nombre d’écrivains et d’universitaires français lui ont permis de placer Oxford sur la carte de la recherche internationale en matière de littérature française contemporaine : il y a fédéré et officialisé son enseignement, à l’image du mouvement qui a eu lieu en France au cours des vingt dernières années. Il a déployé une activité inlassable au service de la littérature et de la culture françaises au Royaume Uni en tant que Président de la Society for French Studies et, pendant de longues années, du Comité de la Maison Française d’Oxford. Il a formé nombre d’étudiants auxquels il a transmis son amour de la langue et de la poésie. Dans le cadre du séminaire French Literature from the Modern to the Postmodern, il a invité plusieurs écrivains dont Michel Deguy, Jacques Reda, Dominique Fourcade. Il a été professeur invité au Collège de France, à l’École Normale Supérieure, dans nombre d’universités françaises et aussi à Berkeley et à Dartmouth College. Il a été aussi pendant près de trente ans, un collaborateur régulier du Times Literary supplement, écrivant sur Guillevic, Claude Simon, Barthes, Supervielle, Apollinaire, Yves Bonnefoy, Annie Ernaux et Philippe Jaccottet, auquel il a consacré son dernier article à propos de la parution du Pléiade en 2014.

Pour Michaël Sheringham, c’est toujours dans la recherche d’écritures nouvelles et de pensées aventureuses, dans le dialogue avec les autres arts que la littérature garde son sens le plus exigeant, le plus vivant.

Dominique Rabaté et Philippe Roussin