Archives mensuelles : avril 2015

Appel « Le mécénat littéraire aux XIXe et XXe siècles » 30 juin 2015

Le mécénat littéraire aux XIXe et XXe siècles

Date limite de proposition : 30 juin 2015
organisé dans le cadre du projet ANR LITTéPUB (Littérature publicitaire et publicité littéraire de 1830 à nos jours), avec le soutien de l’axe « Interférences de la littérature » du Centre des sciences des littératures en langue française (CSLF, Université Paris Ouest Nanterre La Défense).
Dates prévues : 23-24 juin 2016
Responsable : Anne Struve-Debeaux

Argument

Colloque – Le mecénat littéraire

S’il existe de nombreux travaux sur le mécénat littéraire sous la Renaissance et à l’époque classique, en revanche, celui-ci n’a suscité qu’assez peu d’études pour la période allant du XIXe siècle à nos jours : abordé généralement à l’occasion de recherches portant davantage sur le mécénat artistique, auquel il se trouve souvent étroitement lié, et comme en marge de celui-ci. C’est ainsi que l’ouvrage Mécénat des dynasties industrielles et commerciales de Jean-Pierre Babelon, Jean-Pierre Chaline et Jacques Marseille, fort instructif quant à l’investissement culturel et scientifique des grandes entreprises familiales françaises depuis la Révolution, évoque bien davantage leurs réalisations dans le domaine des Beaux-Arts, au travers notamment des collections, des achats et des commandes, que dans celui de la littérature.

Le mécénat culturel n’a cependant pas exclu, durant cette période, les écrivains et les œuvres littéraires. Pour ne citer que quelques exemples parmi les plus évidents : le soutien apporté par Francine Weisweiller, Jacques Doucet ou le vicomte de Noailles à des écrivains de leur temps. Ou encore, dans une autre perspective, le prix littéraire, créé par Edmond de Goncourt.

C’est pourquoi ce colloque se propose de réunir un ensemble de contributions plus particulièrement axées sur cet aspect. On s’attachera aux grandes figures qui ont soutenu les lettres au XIXe et au XXe siècles, tant en France qu’à l’étranger, comme aux politiques publiques qui ont eu pour but de les encourager. On s’interrogera aussi sur les formes et les évolutions de ce mécénat, dans une société qui s’est profondément transformée, et sur son devenir en ce début de XXIe siècle.


Ce colloque s’inscrit dans le cadre du projet ANR LITTéPUB (Littérature publicitaire et publicité littéraire de 1830 à nos jours) coordonné par le Professeur Myriam Boucharenc (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et bénéficie du soutien de l’axe « Interférences de la littérature » (direction : Myriam Boucharenc et Laurence Campa) du Centre des sciences des littératures en langue française (CSLF, Université Paris Ouest Nanterre La Défense).

Appel « Écriture féminine, entre stéréotype et concept » 31 mai 2015

Appel à contribution pour la Journée des doctorants et jeunes chercheurs de la SELF XX-XXI 2015

Écriture féminine aux xxe et xxie siècles, entre stéréotype et concept

Date limite de proposition :  31 mai 2015
organisé par la SELF XX-XXI
Date de la journée d’études : 12 décembre 2015
Lieu : Maison de la recherche de Paris-Sorbonne, 28 rue Serpente 75006
Responsables : Chloé Chaudet et Aude Leblond
Comité scientifique (outre organisatrices):  Anne-Emmanuelle Berger (Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis), Nathalie Froloff (Université François Rabelais – Tours), Audrey Lasserre (Université Paris 3 Sorbonne nouvelle), Jean-Marc Moura (Université Paris Ouest Nanterre La Défense/Institut Universitaire de France), Alain Schaffner (Université Paris 3 Sorbonne nouvelle).

Argument

Appel Ecriture féminine

Cette journée vise à esquisser les grands axes d’une histoire littéraire de l’« écriture féminine » aux xxe et xxie siècles. Comme Anne Simon l’a rappelé, « l’écriture dite féminine est un phénomène culturel et social diversifié selon les époques et les espaces, pas une donnée biologique – le mythe d’une écriture “humorale” des femmes a fait long feu, et a eu ses raisons d’être historiques dans les années soixante-dix[1] ». Partant de cette prémisse, nous souhaitons interroger la pertinence de la notion d’« écriture féminine » pour les travaux de jeunes chercheurs portant sur les xxe et xxie siècles. Dans le contexte de ces travaux, l’« écriture féminine » correspond-t-elle à un stéréotype, à un concept[2], ou se situe-t-elle quelque part entre ces deux pôles ? Si la mention de ces derniers constitue une allusion aux différences entre une Simone de Beauvoir « universaliste » et une Hélène Cixous « différentialiste », les termes d’un tel débat étaient en germe avant la vague féministe d’après-guerre[3] et connaissent actuellement des prolongements à explorer[4].

Continuer la lecture