Archives mensuelles : mai 2017

Colloque international : L’Oulipo et les savoirs (Paris 11-13 mai 2017)

Colloque organisé par l’université Paris Diderot /CERILAC/Axe EMOI et l’université Paris 3-Sorbonne nouvelle

Cécile de Bary, MCF, université Paris Diderot

Alain Schaffner, université Paris 3-Sorbonne nouvelle

Comité scientifique : Hélène Baty-Delalande (Paris Diderot/CERILAC), Evelyne Grossman (Paris Diderot/CERILAC), Marc Lapprand (université Victoria), Joëlle Le Marec (Paris Sorbonne/CELSA), Dominique Moncond’huy (université Poitiers), Jacqueline Nacache (Paris Diderot/CERILAC), Dominique Rabaté (Paris Diderot/CERILAC), Jean-Jacques Thomas (université d’état de New York à Buffalo, chaire Melodia Jones)

Lieu :

Les 11 et 12 mai, université Paris Diderot, bâtiment Sophie Germain (amphi Turing), 60 avenue de France, 75013 Paris

Le 13 mai, I.N.H.A (auditorium) , rue Vivienne 75002 Paris

Programme

L’Oulipo a investi les savoirs de manière remarquable. Les contraintes, pratiques les mieux connues du groupe, n’ont-elles pas été définies, souvent, grâce aux mathématiques, et grâce à l’érudition (via le plagiat par anticipation) ? Quant à la « curiosité », et l’expertise, scientifiques des deux fondateurs du groupe, François Le Lionnais et Raymond Queneau, elles sont bien connues. Le colloque envisagera cette dimension historique. Il tentera de déterminer également la manière dont les savoirs nourrissent les œuvres des oulipiens, des contraintes à la pseudo-érudition, définie par Georges Perec. Il cherchera à montrer, encore, comment ces œuvres interrogent ou nourrissent les scientifiques institutionnels eux-mêmes. Finalement, il s’agirait de donner l’idée d’un tissu de relations dont la quenine serait le meilleur symbole : généralisant les permutations observées dans la sextine du troubadour Arnaut Daniel, Queneau fait œuvre de mathématicien, en des recherches encore poursuivies aujourd’hui, à la suite de Jacques Roubaud. Et la quenine sert ensuite l’invention formelle oulipienne, de manière répétitive, au point de devenir un signe de reconnaissance (ce dont témoigne notamment la trilogie d’Hortense, du même Jacques Roubaud).

Colloque « Pierre Michon, l’écriture du sacré » (Paris, 19-20 mai 2017)

Pierre Michon, l’écriture du sacré

19-20 mai 2017

Vendredi 19 mai : Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 – Maison de la Recherche, Salle du Conseil (4, rue des Irlandais, 75005)

Samedi 20 mai : Université Paris-Sorbonne, Salle des Actes (17 rue de la Sorbonne, 75005)

Manifestation organisée par Marie-Ève Benoteau-Alexandre et Carole Auroy (Université d’Angers / CIRPaLL)

en collaboration avec Denis Labouret (Université Paris-Sorbonne / CELLF) et Alain Schaffner (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 / THALIM)

avec le soutien de l’Association des Amis de Pierre Michon

Télécharger le programme

Le sacré représente une sorte de moteur pour l’écriture de Pierre Michon. Cœur de l’expérience humaine, il a partie liée avec la profération de la parole. Il est à la fois la source du texte et son horizon ultime, ce qui l’engendre, le relance, et constitue peut-être sa réussite.

Sur ce thème majeur, deux journées d’étude menées à l’université d’Angers, en 2014 et 2015, ont permis de dégager un certain nombre de lignes de force. Alors que la journée de 2014 avait principalement exploré la face claire du sacré, celle qui donne accès à une plénitude d’être supérieure, les communications de la journée de 2015 se sont principalement attachées à sa face sombre, sa collusion avec la violence des pulsions et des forces cosmiques.

Le colloque de Paris, conçu comme le prolongement de ces deux journées, entend revenir sur ces deux modes d’être du sacré chez Michon pour penser leur possible articulation.