Appel "La critique à l'écran: les arts plastiques" 15 décembre 2014

Appel "La critique à l'écran: les arts plastiques" 15 décembre 2014

Appel à communication pour le colloque international « La critique à l’écran : les arts plastiques »
Date limite : 15 décembre 2014.

Dates du colloque : du jeudi 8 au samedi 10 octobre 2015.

Organisé par l'UPPA (Université de Pau et des pays de l’Adour) et la Médiathèque André Labarrère.

Responsables: Sylvain Dreyer (UPPA) et Dominique Vaugeois (UPPA)

Comité scientifique : Carole Aurouet (Université Paris-Est-Marne-la-Vallée), Gilles Mouëllic (Université Rennes II), Bernard Vouilloux (Université Paris-Sorbonne)
« La critique à l’écran : les arts plastiques »
Le colloque s’intéresse aux savoirs sur les arts plastiques transmis ou mis en jeu par la création audiovisuelle. Son principal objectif est de faire la lumière sur la difficile notion de « film sur l’art». Cette notion est couramment employée mais elle reste ambigüe, au moins autant que la notion d’art elle-même. En effet, les films entrant dans cette catégorie sont la plupart du temps des films sur la peinture, même si certains concernent l’un des autres médiums ou dispositifs qui font la diversité des arts plastiques. Ainsi, les Journées Internationales du Film sur l’Art (Musée du Louvre), une des importantes manifestations françaises consacrées à ce type de films, a pu présenter récemment des rétrospectives autour du Land art (2012) ou des pratiques protéiformes de Fluxus (2013).

Au sein du vaste ensemble que constitue les « films sur l’art », nous nous intéressons spécifiquement à ceux qui ouvrent un espace critique, c’est-à-dire à ceux qui, par exemple, développent un point de vue, exhibent leur source d’énonciation ou articulent un discours à propos de l’œuvre traitée, à propos du medium ou à propos de l’art en général. La question centrale qui nous préoccupe est donc celle de la différence entre critique filmée et critique écrite traditionnelle. Convaincus avec Jacques Aumont que  « l’image pense » , la critique filmée apparaît comme une autre manière de construire une pensée sur l’art : une pensée apparemment non discursive et qui semble renoncer en partie à la puissance de l’analyse langagière, certes, mais une pensée qui peut recourir à l’imitation et prétendre « mieux donner à voir », dans l’espace comme dans le temps. On pense par exemple à la réinterprétation/réécriture des Ecrits sur l’art de Malraux que constituent les entretiens filmés, véritables œuvres audiovisuelles, de Jean- Marie Drot et Clovis Prévost. Dans une perspective proche, le lien entre le film sur l’art, l’histoire de l’art et la patrimonialisation n’est pas négligeable alors même que les questions muséales ont fait l’objet de nombreux ouvrages et numéros de revues récents : La Revue de l’art, La NRF (octobre 2013), L’album de l’art de Georges Didi- Huberman (dont le dernier chapitre est consacré au film d’Alain Resnais et Chris Marker, Les statues meurent aussi), Critique (n° spécial Le Musée sous réserve d’inventaire, juin- juillet 2014)

Cette réflexion débouche sur plusieurs questions connexes :

1. En quoi le vocabulaire propre au cinéma peut influencer le discours critique sur les arts plastiques, en particulier les notions de cadrage, de montage, de perception ou d’enregistrement ?

2. Peut-on penser que les films sur l’art répondent au rêve de réconcilier l’art, univers généralement perçu comme élitiste, avec le grand public, au moyen d’un medium réputé populaire ? Dans cette perspective, comment aborder les stratégies de production et de diffusion employées ?

3. Dans quelle mesure peut-on dire que certains films de fiction articulent un discours critique ? Nous pensons en particulier aux films qui reconstituent des tableaux (par exemple Passion de Godard en 1982), à ceux qui s’inspirent d’une esthétique issue des arts plastiques ou de la littérature (Buñuel), à ceux qui mettent en scène des artistes réels ou imaginaires (Pialat, Van Gogh, 1991 ou Tarkovski, Andrei Roublev, 1966), à ceux qui intègrent des techniques venues des arts plastiques (Greenaway, Le Ventre de l’architecte, 1987) ou enfin à ceux qui font du musée leur espace fictionnel (Mark Lewis, Cinema museum, 2008). A cet égard, les discussions autour de L’Arche russe d’Alexandre Sokurov (2002) et de sa relation à la culture russe la plus institutionnelle illustrent certains des enjeux critiques et idéologiques à envisager en ce domaine.

4. Où passe la frontière entre « film sur l’art » et « film d’artiste » ? Dans le cas des formes contemporaines comme la performance ou l’installation, on peut se demander si les films qui rendent comptent de ces expériences sont à considérer comme des documents ou comme des œuvres à part entière. En tant que pratiques éphémères par définition, ces expériences sont généralement filmées – on pense au film Spiral Jetty de Robert Smithson ou à Shoot de Chris Burden. Dès lors, où se situe l’œuvre ? Le film lui- même fait-il œuvre ou bien n’est-il que l’enregistrement d’une œuvre précaire qui n’existe que dans la durée de son accomplissement ?

Nous nous pencherons sur tous les supports possibles, tant analogiques que numériques, en essayant de rendre justice à tous les types de production : films de commande (muséale, de galerie ou de collectionneur), collections didactiques, films de cinéastes (pour le cinéma ou la télévision) ou films d’artistes. Les films pris en compte pourront concerner les arts plastiques dans toute leur diversité, en termes de medium comme de dispositif (peinture, sculpture, photographie, installation, Land art, happening, architecture, design...). Nous envisageons à l’avenir de nous retrouver au rythme d’un colloque tous les deux ans autour de nouveaux champs : les films sur la littérature (roman, poésie, essai), sur les arts vivants (théâtre, danse, cirque), sur la musique ou sur le cinéma lui-même.

Les propositions sous forme d'un résumé d'une page accompagnées d'un titre sont à adresser avant le 15 décembre 2014 à Dominique Vaugeois (dvaugeois@gmail.com) et Sylvain Dreyer (sylvain.dreyer@univ-pau.fr).

 

Du 14 au 16 avril 2011 a eu lieu, à la section d’Histoire et esthétique du cinéma de l’Université de Lausanne, un colloque international intitulé « Le film sur l’art, entre histoire de l’art et documentaire de création ». Voir également Filmer l’acte de création, dir. P.-H. Frangne, G. Mouëllic et C. Viart, PUR, 2009.

Jacques Aumont, À quoi pensent les films, Séguier, 1996.

Colloque Mauriac 17-18 octobre 2014

Colloque Mauriac 17-18 octobre 2014

Centenaire de Claude Mauriac : « UNE ÉCRITURE À L’ŒUVRE »
Présentation du colloque
Date : vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014.

Lieu : Centre François Mauriac de Malagar

Organisé par l'Université Bordeaux Montaigne, Centre Mauriac – TELEM EA 4195, et Société Internationale des Études Mauriaciennes, Centre François Mauriac de Malagar.

Responsable :Marie-Hélène Boblet

Comité scientifique : Philippe Baudorre (Bordeaux 3), Marie-Hélène Boblet (Caen), Caroline Casseville (Bordeaux 3), Jean-Louis Jeannelle (Paris IV), Claude Leroy (Paris X), Jacques Monférier (Bordeaux 3), Evelyne Thoizet (Artois) et Jean Touzot (Paris IV).

Télécharger le pdf du programme.
Programme du colloque
VENDREDI 17 OCTOBRE matin
L’ÉCRITURE DE SOI
Président de séance : Jacques MONFÉRIER
Philippe LEJEUNE (Paris)  ALLOCUTION INAUGURALE
Jean ALLEMAND (Paris)  Les infiltrations de l’invisible : Radio Nuit

ESPACE POLITIQUE, TEMPS HISTORIQUE
Président de séance : Jean-Claude RAGOT
Jacques LECARME (Paris)  Le Temps immobile et l’espace politique
Philippe DAZET-BRUN (Toulouse)  Des histoires dans l’Histoire, ou les écritures du Temps.  Le voyage de Claude Mauriac en Tchécoslovaquie en 1938.
 VENDREDI 17 OCTOBRE après-midi
LE TEMPS DES ARTS
Présidente de séance : Évelyne THOIZET
Miroslava NOVOTNÀ (Brno, Rép. Tchèque)  La relativité du temps et de l’espace dans l’œuvre  dramatique de Claude Mauriac
Pier Luigi PINELLI (Gênes, Italie)  Claude Mauriac : le cinéma italien dans L’Amour du cinéma et dans Petite littérature du cinéma

MAURIAC ET FILS
Président de séance : Pier Luigi PINELLI
Caroline CASSEVILLE (Bordeaux)  L’œuvre du père sous le regard du fils dans Le Temps immobile
Yann DELBREL (Bordeaux)   Un avocat dans son siècle. Georges Izard, compagnon
de route de la famille Mauriac
Modérateur : Jean-Claude RAGOT
Patrick CHARTRAIN (Chartres)  Jean Allemand et Claude Mauriac
 SAMEDI 18 OCTOBRE matin
L’ART D’ÉCRIRE : LE JOURNALISME
Président de séance : Philippe BAUDORRE

Jean TOUZOT (Paris)  Claude Mauriac, adepte comblé du journalisme
Jeanyves GUÉRIN (Paris)  L’aventure de Liberté de l’esprit : Claude Mauriac directeur de revue

L’ART D’ÉCRIRE : LE ROMAN
Présidente de séance : Marie-Hélène BOBLET

Solenne MONTIER (Caen)  « Conversation alibi » : strates et métamorphoses  de la « sous-conversation » dans Le Dîner en ville.
François-Jean AUTHIER (Poitiers)  Désir et roman. Les corps intranquilles de Claude Mauriac
Yves LABERGE (Ottawa, Canada)  Saisir le temps et l’immédiat dans un récit  en train de se faire : La Marquise sortit à cinq heures.
 SAMEDI 18 OCTOBRE après-midi
DIALOGISMES
Président de séance : Jean TOUZOT
Pierre VILAR (Bayonne)  Solitude essentielle et communauté inavouable.
Le lecteur du Temps immobile
Évelyne THOIZET (Arras)  Poétique de la foule, de Claude Mauriac à Laurent Mauvignier
Marie-Hélène BOBLET (Caen)  De « l’alittérature » contemporaine

Dictionnaire des revues littéraires au XXe siècle

Dictionnaire des revues littéraires au XXe siècle

Dictionnaire des revues littéraires au XXe siècle. Domaine français.
Sous la direction de Bruno Curatolo, Honoré Champion, collection "Dictionnaires et Références, 30", 2014.

EAN13 : 9782745327567.

1352 pages, 2 vol., reliés.

275 €

http://www.honorechampion.com/fr/book/9782745327567

Présentation de l'éditeur
Au XXe siècle, les revues littéraires ont foisonné, et souvent sur de longues périodes, au point que les différents catalogues et répertoires dressés à ce jour ne suffisent pas à en établir une recension exhaustive : le présent dictionnaire ne prétend pas y réussir davantage, mais à travers quelque 350 titres, des plus significatifs aux plus méconnus, il propose de décrire une activité essentielle à l’exercice de la littérature.

Est couvert ici un domaine géographique qui va de la France au Québec, en passant par la Suisse, la Belgique et différents pays du pourtour méditerranéen, toutes contrées unies par l’usage de la langue française et l’attachement à une culture commune.

Lieu irremplaçable de la création, de la confrontation des idées, de la visée critique, les revues donnent à lire un feuilleton de l’histoire littéraire au vingtième siècle.
Les auteurs
Bernard Baillaud; Cecile Barraud; Marie-Laure Basuyaux; Philippe Baudorre; Thomas Bauer; Florence Bays; Marie-Andree Beaudet; Etienne Beaulieu; David Belanger; Renald Berube; Michel Biron; Hervé Bismuth; Thierry Bissonnette; Bruno Blanckeman; Philippe Blondeau; Claire Bompaire-Evesque; Aude Bonord; Laurence Boudart; Goulven Boudic; Nicole Bourbonnais; Elodie Bouygues; Eddie Breuil; Mariane Bury; Michel Carassou; Olivier Cariguel; Karine Cellard; Joël Champetier; Gil Charbonnier; Tania Collani; Carine Corajoud; Martyn Cornick; Alain Cresciucci; Bruno Curatolo; Marc Dambre; Isabelle Daunais; Christophe Dauphin; Philippe Dazet-Brun; Alessandro De Francesco; Brigitte Denker-Bercoff; Severine Depoulain; Benoit Doyon-Gosselin; Sebastien Dulude; Guy Durliat; Jerome Duwa; Anne-Marie Fortier; Thieri Foulc; Vittorio Frigerio; Nathalie Froloff; Marianne Froye; Elodie Gaden; Nadia Ghanem; Nicholas Giguere; Marie Gil; Robert Giroux; Patricia Godbout; Emmanuel Godo; Marc-Andre Goulet; Marion Graf; Patrick Guay; Jeanyves Guerin; Cynthia Harvey; Annette Hayward; Pierre Hebert; Yvon Houssais; Lucie Joubert; Pierre-Henri Kleiber; Claude La Charité; Pierre Lachasse; Yves Lacroix; Marie-Pier Laforge-Bourret; Olivier Lapointe; Marie Lise Laquerre; Pascal Lecroart; Philippe Lejeune; Françoise Lioure; Jonathan Livernois; Michel Lord; Jean-François Louette; Mikaël Lugan; Daniel Maggetti; Maxime Maillard; Serge Martin; Lucrezia Mazzei; Sylvain Menant; Anne-Sophie Miccio; Jean Morency; Michel Nareau; François Ouellet; Daniel-Henri Pageaux; Alain Paire; Jacques Paquin; François Pare; Sylvie Patron; Jacques Pelletier; Florian Pennanech; Olivier Penot-Lacassagne; Denis Pernot; Stéphane Pétermann; Yves Peyré; Celine Philippe; Jacques Poirier; Eve Rabate; Sandra Raguenet; Vital Rambaud; Paul Renard; Ivanne Rialland; Lucie Robert; Gérard Roche; Pascale Roux; Herve Sanson; Sylvain Santi ; Alain Schaffner; Andrée Scharfmann; Michel P. Schmitt; Maud Simonnot Regnault; Michele Touret; Jean-Louis Trudel; Eric Vauthier; Maria Vega; Yoan Verilhac; François Vignale; Jean-Michel Wittmann; Karl Zieger.

Journée d'agrégation Yourcenar (4 octobre 2014)

Journée d'agrégation Yourcenar (4 octobre 2014)

Journée d’Agrégation Marguerite Yourcenar, Mémoires d’Hadrien
Présentation de la journée
Date : Samedi 4 octobre 2014 ; 10h/12h30 - 14h/16h30
 Lieu : Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, 13 rue Santeuil, 75005 Paris, salle D02

Organisée par la SELF XX-XXI, avec le soutien de l'UMR Thalim (Sorbonne Nouvelle Paris 3) et de l'Université de Poitiers

Responsables : Bruno BLANCKEMAN et Anne-Yvonne JULIEN
Cette journée est ouverte aux préparateurs et aux étudiants dans la limite des places disponibles.

Communications

Rémy POIGNAULT (U. Clermont-Ferrand) : Les vestigia mentionnés dans les Carnets de notes de Mémoires d’Hadrien.
May CHEHAB  (U. Chypre) : « Rentrer dans la peau d'Hadrien ».
Anne-Yvonne JULIEN (U. Poitiers) : L’élaboration d’une écriture de soi à l’antique.
Laurent DEMANZE (ENS Lyon) : Corps et médecine dans Mémoires d'Hadrien.
Catherine RANNOUX (U. Poitiers) : Mémoires d’Hadrien : une écriture « classique » ? Quelques éléments d'analyse.
Bruno BLANCKEMAN (U. Paris 3) : Le refus du « roman historique »: Mémoires d'Hadrien dans la correspondance de l'écrivain.

 

Appel "Le présent et ses doubles" 15 septembre 2014

Appel à communication pour la journée d'études 2015 de la SELF XX-XXI
Date limite : 15 septembre 2014
Date de la journée : 30 janvier 2015
Lieu: Maison de la recherche de Paris-Sorbonne
Organisé par la SELF XX-XXI, avec le soutien du CELLF (Paris-Sorbonne), de EHIC (Limoges) et de THALIM (Paris 3 Sorbonne Nouvelle).
Responsables : Simon Bréan (Paris-Sorbonne) et Irène Langlet (Limoges).
Le présent et ses doubles : anticipation, réalité décalée et uchronie dans le roman français contemporain (1950-2010)
Selon François Hartog, au xxe siècle s’est jouée une importante évolution dans le rapport au temps. Au « futurisme » – entendu « comme la domination du point de vue du futur » (Régimes d’historicité, 2012, p. 149) – se serait substitué le régime du « présentisme », caractérisé par la valorisation de l’éphémère et de l’immédiat (ibid., p. 156-157). L’attention au présent caractérise une large part de la littérature française du second xxe siècle, volonté d’engagement, prolongement du primat réaliste, exploration des méandres du moi ou encore sensibilité à l’actuel sous toutes ses formes. Néanmoins, le souci du présent imprègne tout autant les modalités romanesques qui sembleraient s’en éloigner, et qui offrent du monde contemporain non des reflets, mais des figures dédoublées, anamorphosées, par le biais de l’anticipation, de l’uchronie et plus largement d’une réalité décalée. C’est la tension établie entre représentation de l’ailleurs et retour au présent que cette journée d’étude se propose d’examiner.

Les inquiétudes nées de la Guerre froide et de la décolonisation imprègnent les récits d’aventures spatiales (F. Carsac, S. Wul, J. Hougron) ; les crises politique, sociale, économique, modèlent les dystopies (M. Jeury, P. Pelot, P. Curval, S. Brussolo, J.-C. Rufin) ; les progrès de l’informatique et de la biologie hantent un futur où le sens de l’humain se transforme, au risque de se perdre (M. G. Dantec, C. Dufour, M. Houellebecq) ; le pessimisme climatologique pèse sur les nouvelles générations (P. Bordage, J.-M. Ligny). Entre fantasme assumé et ambition prédictive, l’inventivité lexicale et conceptuelle mettant en perspective des enjeux contemporains recomposés, le choc du futur se mue souvent en choc en retour du présent.

Le déplacement d’une temporalité vers une autre par le biais de la fiction ne s’opère pas seulement sous le signe de l’avenir : le passé, et même le présent, sont susceptibles de recevoir des infléchissements. Ce sont les présents décalés de B. Vian, J. Echenoz,  de G.-O. Châteaureynaud ou d’A. Volodine : poésie de la langue, jeux sur les genres, ou « post-exotisme », ils associent chacun à leur manière le matériau du songe et de la fantaisie à des questions intimes et collectives, touchant à la société de leur temps. C’est aussi l’uchronie, exploration d’un passé autre (C. Duits) ou des conséquences actuelles d’une divergence historique, qui fait sentir à neuf la mutabilité de l’histoire, ainsi que la fragilité du moment présent (R. C. Wagner), en jouant souvent d’une parlure destinée à inscrire dans le texte le sentiment du décalage.

Futur extrapolé, présent alternatif, passé recomposé : ces variantes temporelles gardent en leur cœur le présent intime du lecteur qu’elles déplacent en un autre contemporain, et le présent collectif de la société qu’elles métamorphosent. Elles engagent également des stratégies d’écriture spécifique, par un travail sur la langue ou les structures narratives, qui permet d’obtenir un dépaysement contrôlé, que ce soit le « langage-univers » d’un Vian (J. Bens), ou la « distanciation cognitive » (cognitive estrangement) que Darko Suvin associe à la science-fiction (Metamorphoses of Science Fiction, 1979). Ainsi, en les étudiant dans une perspective commune, on tâchera de faire ressortir les modalités et les moyens par lesquels la littérature peut créer le paradoxe d’un « présentisme » inactuel.

Les propositions (1500 signes) sont à envoyer à simon.brean@orange.fr et irene.langlet@unilim.fr avant le 15 septembre 2014, accompagnées d’une brève bio-bibliographie.

Les Journées musicales Marcel Proust (3-5 octobre 2014)

Les Journées musicales Marcel Proust (3-5 octobre 2014)

L'association des "Amis de Vinteuil" organise à Cabourg, les 3, 4 et 5 octobre 2014, la deuxième édition des "Journées musicales Marcel Proust", avec pour thématique "Les églises et les cathédrales". Ce sera aussi l'occasion de revenir sur l'importance de l'année 1914 dans la vie et l'oeuvre de Marcel Proust.

Télécharger le programme des Journées musicales Marcel Proust

Pour en savoir plus sur les "Amis de Vinteuil".

Appel "L'irrévérence" 1er avril 2014

Appel "L'irrévérence" 1er avril 2014

Appel à communications pour la Journée des doctorants et jeunes chercheurs de la SELF XX-XXI

Date limite : 1er avril 2014
Organisé par la SELF XX-XXI
Date de la journée d'études : 14 juin 2014
Responsables : Chloé Chaudet, Aude Leblond, Solenne Montier

Lire le texte complet de l'appel à contributions

Le 20e siècle est à plus d’un titre celui du crépuscule des idoles. La fin des grands récits chrétien, marxiste, positiviste, progressiste, etc., se manifeste notamment par l’émergence d’un cynisme littéraire qui signe, selon Jean-François Louette, la modernité. Mais on voudrait s’intéresser ici à une posture située légèrement en deçà du cynisme ou de l’irrespect, une posture qui n’irait pas jusqu’à assumer relativisme ou nihilisme : celle de l’irrévérence.
Cette irrévérence se manifeste tout au long du siècle : présente du déboulonnage du roman par Breton, à la subversion linguistique de Céline, au renversement des normes sociales et sexuelles par Genet, empruntant la phraséologie catholique, puis à la mise à bas d’une icône balzacienne périmée, et jusqu’à la créolisation de la langue de l’oppresseur par l’écrivain colonisé, elle permet de mettre au jour des forces d’oppression et de les attaquer par une subversion humoristique. Au Reboux et Muller des vieilles idoles répond La Littérature sans estomac, qui s’attaque aux neuves.

Appel "De l'émerveillement" 30 mai 2014

Appel "De l'émerveillement" 30 mai 2014

Appel à communications pour le colloque  "De l’émerveillement"
Date limite : 30 mai 2014
Organisé par le LASLAR (EA 4256), Université de Caen
Date du colloque : 15-16-17 janvier 2015
Responsables : Julie Anselmini et Marie-Hélène Boblet

Télécharger le texte complet de l'appel: Emerveillement

Ce colloque souhaite examiner l’aptitude existentielle à l’admiration, la manière dont l’émerveillement est thématisé dans les oeuvres et l’organisation textuelle suscitée par le mélange d’allant et de suspens, d’attention et d’enthousiasme, en sollicitant les littératures poétiques et narratives des XIXe et XXe siècles. La réflexion portera sur un corpus étendu aux langues romanes y compris sud-américaine.

Migration du site de la SELF

Migration du site de la Société d'Etude de la Littérature Française du XXe et du XXIe siècle auparavant hébergé ici : http://selfxx.org/