Article mis en avant

COLLOQUE : LA MACHINE À HISTOIRES – PÉRIODISATION, FORMES & USAGES DES ÉCRITURES ROMANESQUES CONTEMPORAINES

23 mai 2019 au 25 mai 2019

23 et 24 mai 2019 :  Université Paris Nanterre, bâtiment SUFOM, salle de conférences,
puis  Maison de l’Etudiant.e.
25 mai 2019 : Université Sorbonne-Nouvelle, Maison de la recherche,
4 Rue des Irlandais, 75005 Paris 

Organisation : Anne-Sophie Donnarieix, Morgane Kieffer, Dominique Viart et Jochen Mecke

avec le soutien de l’Université Paris Nanterre, de l’ED 138, de la CAPE et du CSLF, de l’Institut Universitaire de France et de la Maison des Écrivains et de la Littérature.

Comité scientifique : Aurélie Adler, Wolfgang Asholt, Anne-Sophie Donnarieix, Morgane Kieffer, Jochen Mecke & Dominique Viart 

 Contacts : colloqueromanesque@gmail.com

Télécharger le programme du colloque et le programme des rencontres

Informations sur le campus de Nanterre.

Continuer la lecture
Article mis en avant

Recensement des thèses XXe-XXIe siècles

A l’attention des docteurs et docteures de l’année 2018

La Société d’étude de la littérature de langue française du XXe et du XXIe siècles (Self XX-XXI) désire rendre accessible sur le site de son carnet de recherche (https://self.hypotheses.org/) la liste des thèses soutenues en France en littératures française et francophone et concernant les XXe et XXIe siècles.

Les docteurs ayant soutenu leur thèse en 2018 et dont le dossier a été qualifié par le CNU au début de l’année 2019 peuvent envoyer leur position de thèse (ou la présentation de leur thèse en trois pages) et les mots-clés permettant de l’identifier à Guillaume Bridet et Laure Michel : g.bridet@free.fr et laure.michel.graber@sfr.fr.

Cette base de données permettra au plus grand nombre, masterants, docteurs, doctorants et enseignants-chercheurs, de prendre aisément connaissance de l’état de la recherche la plus récente en littératures française et francophone des XXe et XXIe siècles.

Un grand merci à tous et toutes pour votre collaboration.

Pour la Self XX-XXI

Guillaume Bridet et Laure Michel

La Critique à l’écran II Filmer la littérature

Télécharger le programme complet

  • Jeudi 28 mars, Amphithéâtre de la Présidence, UPPA
  • Vendredi 29 mars, Médiathèque André Labarrère

Organisateurs : Sylvain Dreyer (UPPA) et Dominique Vaugeois (Rennes 2)

Comité scientifique :
Carole Aurouet (Université Paris-Est-Marne-la-Vallée),
Gilles Mouëllic (Université Rennes II),
Bernard Vouilloux (Sorbonne Universités)

Lors de la première édition de ce colloque intitulée « La critique à l’écran I – Les arts plastiques », nous entendions faire la lumière sur la notion de « film sur l’art », en mettant en avant la dimension critique de ce genre cinématographique. Cette nouvelle édition, abordera les « films sur la littérature », notion plus difficile à cerner et dont il n’est même pas sûr qu’elle constitue un genre. Est-ce parce que l’image audiovisuelle et la littérature ne bénéficient pas des liens de proximité qui peuvent exister entre deux médiums essentiellement visuels ? Ou, au contraire, parce que le film de fiction, par le biais de l’adaptation, entretient historiquement avec l’œuvre littéraire un riche compagnonnage qui monopolise l’attention portée aux relations entre littérature et cinéma ?

Continuer la lecture

Les Éditions du Seuil : colloque 4 et 5 avril 2019

Colloque international organisé par Sarah Clément, Hervé Serry et Dominique Viart

Les Éditions du Seuil : pratiques éditoriales en littérature et sciences humaines depuis 1980.

Les 4 et 5 avril 2019

Pôle Métiers du livre de St-Cloud
Amphithéâtre Annie Béthery

Télécharger le programme complet

Fondées en 1935, et dirigées pendant plus de quarante ans par Jean Bardet et Paul Flamand, les Éditions du Seuil sont restées indépendantes jusqu’en 2004. Après l’âge d’or, dans les années 60-70, d’une maison d’édition qui conciliait engagement, ligne éditoriale ambitieuse, et avant-gardisme dans le domaine de la littérature et des sciences humaines, de nombreux bouleversements l’ont affectée : multiples changements de direction ; départ en 1982 de sa revue emblématique Tel Quel, qui s’éteint pour renaître chez Denoël, puis chez Gallimard (sous le titre L’Infini)  ; rachat par La Martinière en 2004 ; déménagement en 2010 de ses locaux de la rue Jacob ; et enfin passage sous le contrôle de Média-Participations en 2017.

Alors que le catalogue du Seuil comporte plus de 16 000 titres et que la maison publie 350 nouveautés par an dans des secteurs très divers, la littérature et les sciences humaines continuent à cohabiter au sein d’un large éventail de collections prestigieuses : « Fiction & Cie », « Cadre rouge » et « Cadre vert », « Poétique », « La Librairie du XXIe siècle », « L’univers historique », « L’ordre philosophique », « La couleur des idées », « Champ freudien », etc. Comment les changements du paysage éditorial ont-ils pu modifier les pratiques des acteurs et influencer leurs choix de publication ? Comment le Seuil a-t-il pu s’adapter à ces transformations et garder un cap dans ce contexte ?

Continuer la lecture

Elseneur n°35 (2020), appel à contribution : Claude Simon

Le prochain numéro de la revue Elseneur sera consacré à l’œuvre de Claude Simon. Intitulé Claude Simon, passions du corps, il invite à renouveler, par le biais des passions, les nombreuses analyses consacrées aux corps dans cette œuvre.

  • Si l’on s’attache d’abord aux connotations amoureuses de ces passions, les analyses pourront porter sur les amours heureuses ou malheureuses, interrompues ou continues et sur les évocations des relations charnelles. Peuvent également faire l’objet d’études l’évolution de la définition de l’érotisme au fil des romans, et sa distinction d’avec la pornographie.
  • Si l’on revient à l’étymologie du mot passion lui-même, on fera surgir différents aspects de la souffrance ou de la douleur qui orientent la réflexion sur les motifs récurrents du corps malade, blessé ou mourant, et mettent en valeur le thème de la vulnérabilité des corps.
  • Si l’on entend passions dans le sens beaucoup plus large des émotions et des sentiments en tant qu’ils s’inscrivent sur le corps, on pourra s’intéresser à la manière dont l’écriture de Claude Simon scrute, parfois presque dans une optique clinique, les signes du chagrin, de la maladie et de la désagrégation ou, au contraire, image la bonne santé, l’entrain, voire la joie.
  • Ces représentations de corps blessés, vulnérables, aimants, entretiennent, on le sait, des liens multiples avec celles figurées dans les arts visuels. Les contributions pourront développer ce point qui met en lumière la conjonction entre les passions de Claude Simon pour les corps et pour les arts plastiques.
  • La transmission de ces passions au lecteur, c’est-à-dire l’efficacité pragmatique de l’écriture et l’expérience charnelle de la lecture constituent également des pistes de travail.

Toutes les perspectives critiques sont les bienvenues. Les articles pourront rendre compte de ces passions du corps par des analyses de textes ou d’images, aussi bien que par des formes essayistiques ou artistiques librement inspirées.

Comité de lecture

Marie-Paule Berranger (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Bruno Blanckeman (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Claude Coste (Université de Cergy-Pontoise), Brigitte Diaz (Université de Caen Normandie), Gérard Gengembre (Université de Caen Normandie), Laure Himy-Pieri (Université de Caen Normandie).

Les propositions d’une vingtaine de lignes accompagnées d’une courte notice biobibliographique sont à envoyer avant le 28 avril 2019 à marie.hartmann@unicaen.fr et à marie-helene.boblet@unicaen.fr

Remise des articles (entre 30000 et 35000 signes) : 15 juin 2019.

Littérature, enjeux contemporains 12e édition

Sous influences. De l’art dans la littérature.

Paris, du 23 au 26 janvier 2019.

Mercredi 23 janvier : Centre Pompidou
Jeudi 24 janvier : Nanterre Université
Vendredi 25 et samedi 26 janvier : Théâtre du Vieux Colombier

L’art à la lettre …non pas ce que les mots disent de l’art, des arts, mais ce que les arts font aux mots, à la syntaxe, à l’ordre littéraire. Comment l’image – fixe, animée –, les musiques, la matière travaillée, polie, sculptée, rompue, la danse, les architectures, en bousculent les formes, en suscitent les élans ; comment ils inaugurent de neuves dispositions. Ce que les arts font au verbe lorsqu’ils y importent leurs manières, leurs regards, leur écoute, l’amplitude de leurs inventions. Car les littératures se régénèrent de ce qui les chahute et les provoque, les met en demeure, les excède et les exalte. Ut pictura poesis disait Horace. « L’œil écoute » répond Claudel. Les mots ne cessent de voir ailleurs, de faire entendre. Mallarmé invente l’espace page, Apollinaire les Calligrammes.

Il ne s’agira pas des écrits sur l’art, des adaptations ni des novellisations, mais de ces textes qui s’écrivent avec l’art ; des écrivains qui jouent de multiples palettes et claviers alors même que pourtant ils écrivent. Qu’est-ce qui infuse de la peinture ou de la photographie, de la chorégraphie, dans leurs œuvres, qu’est-ce qui s’y diffuse des sons et des chants, de leur frappe et de leurs rythmes ? Qu’en demeure-t-il dans la trame des formes et des phrases ainsi portées au papier ?

Pour leur XIIe édition, les rencontres Littérature : enjeux contemporains revisitent la relation de la littérature à l’art, non comme l’emprise de l’une sur l’autre, mais dans le sens d’une fécondation nouvelle. Écrivains, penseurs, poètes, dramaturges débattront de ce qu’ils mettent en œuvre de la peinture, de la danse, de la musique, du cinéma dans leurs propres créations.

Télécharger le programme complet

Continuer la lecture

Ombres et transparences

Journée Jeunes chercheurs de la SELF XX-XXI

Samedi 10 novembre 2018

Paris 3 Sorbonne Nouvelle – salle du conseil Maison de la recherche 4 rue des Irlandais 9h15-12h/14h/17h

Télécharger le programme

Comité d’organisation

  • Aude Leblond
  • Solenne Montier
  • Anysia Troin-Guis

Comité scientifique

  • Béatrice Bloch (Bordeaux Montaigne)
  • Anne Gourio (Caen Normandie)
  • Frédéric Martin-Achard (Jean Monnet Saint-Etienne)
  • Philippe Ortel (Bordeaux Montaigne)
  • Claude Perez (Aix Marseille)
  • Anne-Christine Royère (Reims Champagne-Ardenne)
  • Bernard Vouilloux (Sorbonne Université)
Continuer la lecture

Actualités de Joseph Delteil

Deux actualités scientifiques concernant Joseph Delteil

  1. Parution en novembre d’un numéro de la revue Europe sur Joseph Delteil.

Avec des articles de  Marie-Françoise Lemonnier-Delpy, Jacques Laurans, Frédéric Jacques Temple, Christian Dedet, Jérôme Prieur, Aragon, Bernard Chambaz, Bruno Curatolo, Max Chaleil, Denitza Bantcheva, Danièle Estèbe Hoursiangou, Mathieu Gimenez, Christian Lacroix, Joseph Delteil, Robert Briatte, Gilles Gudin de Vallerin, Philippe Gardy, Philippe Forcioli, Magali Arnaud, Jean-Paul Court, Colette Nys-Mazure.

2. Un colloque « Joseph Delteil et les autres » se tient les 16 et 17 octobre 2018 à l’université de Picardie Jules Verne, organisé par Marie-Françoise Lemonnier Delpy. Lire le programme.

Continuer la lecture

Hommage à Bruno Curatolo

Bruno Curatolo 

(1953-2018)

Bruno Curatolo

Le 30 août 2018 nous quittait Bruno Curatolo. Né en Tunisie, il avait passé la Méditerranée au bout de quelques années avant de suivre des études à l’Université Stendhal-Grenoble 3 où il obtient l’agrégation de Lettres modernes en 1976, après quoi il devient enseignant dans le secondaire, en Bourgogne. Il s’inscrit alors à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, d’abord en DEA (1986) puis en thèse, sur Le style de la fiction dans l’œuvre romanesque de Raymond Guérin, thèse soutenue en 1990 sous la direction de Jean-Yves Tadié. En 1995, il est recruté comme Maître de conférences à l’Université de Bourgogne, où il donnait des cours depuis une dizaine d’années. En 2000, toujours à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, il soutient, sous l’autorité de Mireille Sacotte, une HDR intitulée : Sur quelques aspects méconnus de la création littéraire au XXe siècle. Enfin, en 2001, il est élu Professeur de littérature française à l’Université de Franche-Comté, où il assumera de multiples responsabilités (il fut notamment Directeur de l’EA « Archives, Textes et Sciences des Textes »), avant de prendre sa retraite en 2015.

Continuer la lecture

Journée d’agrégation Simone de Beauvoir 6 octobre 2018

Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée

Les communications de la journée sont maintenant disponibles sur la page permanente.

Note Vous y trouverez aussi les actes de la Journée d’étude « Zaza, figure et traces », qui a eu lieu le vendredi 9 avril 2010 à l’Université Paris Diderot -Paris 7 organisée par Cécile Decousu (UFRLAC) sous la direction de Julia Kristeva (Université Paris 7).

6 octobre 2018, Paris III-Sorbonne Nouvelle, site Censier, amphi D 03 – 9h30-16h

Pour entrer sur le site de Censier, il est demandé de présenter une carte d’étudiant ainsi que le programme de la journée 

Responsable : Jean-Louis Jeannelle (Université de Rouen)

Coordination : SELF XXe-XXIe

Avec le soutien de l’UMR THALIM (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle) et du CEREdI (Université de Rouen)

10h – Marie-Françoise Lemonnier-Delpy (Université de Picardie-Jules Verne) : « Fille(s) et mère(s) »

10h40 – Isabelle Grellet (Auteure avec Caroline Kruse des Jeunes Filles exemplaires) : « Simone de Beauvoir et Élisabeth Lacoin : destins croisés »

11h10 – Jean-Louis Jeannelle (Université de Rouen, CEREdI) : « Les ratées de la famille »

11h50-12h10 : Questions

14h – Sandrine Vaudrey-Luigi (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle) : « Unité et valeur stylistiques des Mémoires d’une jeune fille rangée ».

14h40 – Simon Bréan (Sorbonne Université) : « Beauvoir, démocrate et romanesque »

15h20 – Alain Schaffner (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle) : « Le corps dans les Mémoires d’une jeune fille rangée »

16h-16h20 : Questions.

Penser/Exposer la vulnérabilité – Colloque à Caen 29-30/11 et 1/12/18

Penser/Exposer la vulnérabilité  (29-30/11 et 1/12/18)

Responsables scientifiques :

  • Marie-Hélène Boblet (LASLAR, université de Caen Normandie)
  • Hélène Marche (CERREV, université de Caen Normandie)
  • Nadine Proia-Lelouey (LPCN, université de Caen Normandie)

Consulter le programme.

PRÉSENTATION

Le concept de vulnérabilité [vulnerability] émerge dans différents champs des sciences humaines et sociales dans les années 1990/2000, à mesure que s’accroît « la société du risque » (Beck, 1986). Il repose sur des fondements philosophiques comme l’éthique de la sollicitude (Ricœur, Levinas) et du care (Gilligan) et a suscité de nombreux travaux dans le domaine de la sociologie, de la psychologie, du droit, de la philosophie politique et morale.

Méta-objet transdisciplinaire, il est l’indice d’une révolution anthropologique qui permet une nouvelle lecture des grilles à partir desquelles se construit la représentation de l’humain (Martucelli, 2014, Genard, 2015). Ce concept permet en effet d’avoir une vision plus large des multiples sources de fragilité qui excèdent les privations matérielles, la précarité ou l’exclusion. Il souligne un changement dans la façon d’appréhender leurs effets multiples – sanitaires, sociaux, économiques, environnementaux -, ainsi que les réponses individuelles, collectives, institutionnelles ou politiques proposées pour y remédier.

Eprouvée dans des contextes empiriques donnés, la vulnérabilité et les situations de vulnérabilité sont aussi des objets de re-présentations sociales, psychologiques et esthétiques, donnant lieu à des configurations subjectives, dramatiques ou narratives. L’exposition de la vulnérabilité, depuis les espaces de la vie quotidienne jusqu’aux arènes publiques, incluant les mondes de l’art, ouvre une réflexion sur ses modalités de voilement et de dévoilement, sur ses mises en forme, ses mises en scène, mais aussi sur les processus d’invisibilisation ou au contraire de surexposition des « corps vulnérables » ou des « populations vulnérables » dans les sociétés contemporaines. Engageant le domaine du sensible et de la perception, la mise en jeu et en enjeu de la vulnérabilité pose notamment la question de la porosité des frontières entre les espaces publics, privés et intimes. 

Le colloque vise à interroger la notion de vulnérabilité dans ses origines, mais aussi dans ses implications anthropologiques, institutionnelles, politiques et culturelles. Signe d’une mutation socio-anthropologique récente de la société occidentale, elle demande à être déconstruite afin que l’on puisse en saisir les enjeux pour les individus comme pour les institutions. Le dialogue épistémologique et conceptuel entre les chercheurs permettra de conjuguer et de questionner état des lieux, évaluations normatives et médiations cathartiques.

Souscription aux Mélanges Michel Collot

Sujet, monde et langage dans la poésie moderne – De Baudelaire à Ponge

Michel Collot

À l’occasion de son départ à la retraite, les collègues de Michel Collot lui ont proposé de réunir, en guise de « Mélanges », une quinzaine d’articles sur la poésie moderne, issus de son enseignement et de ses recherches.

Si vous souhaitez vous associer à cet hommage et participer à la souscription lancée par l’éditeur pour la publication de ce volume, qui paraîtra cet automne, vous pouvez renvoyer aux Classiques Garnier ce bulletin.

Présentation de l’éditeur

Reparcourant sa carrière d’enseignant-chercheur, Michel Collot réunit ici une quinzaine d’études issues de ses cours et séminaires, de ses communications et conférences. Il y revisite quelques grandes œuvres représentatives d’une modernité poétique placée sous le signe de l’altérité, qui rompt avec la domination du principe d’équivalence. Dans cette traversée d’un siècle de poésie française, de Baudelaire à Ponge en passant par Rimbaud, Mallarmé, Valéry, Claudel, Apollinaire, Reverdy, Supervielle et Prévert, il s’attache à faire une place égale aux trois composantes essentielles de toute expérience poétique : sujet, monde et langage, et s’efforce d’analyser à la fois leur logique propre et leurs multiples interactions.

La machine à histoires. Périodisation, formes & usages des écritures romanesques contemporaines. (Appel 20.09.18)

Appel à communication pour le colloque « La machine à histoires. Périodisation, formes & usages des écritures romanesques contemporaines. » (20 septembre 2018)

Date limite : 20 septembre 2018
Date du colloque : 23, 24 et 25 mai 2019
Lieu : université Paris Nanterre
Responsables : Anne-Sophie Donnarieix, Morgane Kieffer, Jochen Mecke & Dominique Viart.
Comité scientifique : Aurélie Adler, Wolfgang Asholt, Anne-Sophie Donnarieix, Morgane Kieffer, Jochen Mecke & Dominique Viart.

Télécharger le texte complet de l’appel

Ce colloque a pour ambition de revenir à une notion si vaste qu’il est souvent jugé prudent d’éviter de l’affronter : le romanesque. Il s’agira d’abord de proposer une lecture des pratiques romanesques contemporaines en se défaisant des étiquettes et groupements institués dans la première décennie du « contemporain », pour évaluer ce champ selon une dimension diachronique (peut-on proposer une périodisation des écritures romanesques depuis le seuil accepté des années 1980 ?) et une dimension synchronique (quelles lignes de force peut-on tracer parmi un corpus vaste et hétérogène, sans se satisfaire des effets de famille toujours labiles ?). Par ce prisme, nos réflexions pourront permettre un retour réflexif sur nos pratiques critiques, et une discussion des seuils historiques et des ensembles esthétiques établis.

Le schème du « retour » est en effet devenu un lieu commun du discours critique sur le contemporain. À l’opposé du geste de la table rase revendiqué par les avant-gardes, celui-ci reviendrait à des formes qu’elles auraient délaissées. Toutefois, face à cette approche générationnelle, qui situe les auteurs contemporains dans l’héritage paradoxal des avant-gardes entre réticence au roman et élan romanesque, la recherche la plus récente travaille à remettre au jour les liens qui perdurent de part et d’autre de cette borne, pour des filiations et des sillages au long terme. Continuer la lecture

La critique à l’écran II : filmer la littérature (appel à communication 01/09/18)

Colloque international –

La critique à l’écran II : filmer la littérature

Date limite : 1er septembre 2018
Organisé par l’UPPA – Université de Pau et des pays de l’Adour, ALTER (Arts/Langages : Transitions et Relations), Médiathèque André Labarrère et Cinéma Le Méliès
Date du colloque : Jeudi 28 et vendredi 29 mars 2019
Responsables : Sylvain Dreyer, Dominique Vaugeois
Comité scientifique : Carole Aurouet (Université Paris-Est-Marne-la-Vallée), Gilles Mouëllic (Université Rennes II), Bernard Vouilloux (Sorbonne Université)

Lire le texte complet de l’appel à contributions

Lors de la première édition de ce colloque intitulée « La critique à l’écran I – Les arts
plastiques », nous entendions faire la lumière sur la notion de « film sur l’art », en
mettant en avant la dimension critique de ce genre cinématographique. Cette nouvelle
édition, abordera les « films sur la littérature », notion plus difficile à cerner et dont il
n’est même pas sûr qu’elle constitue un genre. Est-ce parce que l’image audiovisuelle et
la littérature ne bénéficient pas des liens de proximité qui peuvent exister entre deux
médiums essentiellement visuels ? Ou, au contraire, parce que le film de fiction, par le
biais de l’adaptation, entretient historiquement avec l’œuvre littéraire un riche
compagnonnage qui monopolise l’attention portée aux relations entre littérature et
cinéma ? Continuer la lecture

Ombres et transparences (appel 8 juillet 2018)

Appel à communications pour la Journée des doctorants et jeunes chercheurs de la SELF XX-XXI (8 juillet 2018)

Francis Picabia. Transparence (1932). Tous droits réservés.

Date limite : 8 juillet 2018
Organisé par la SELF XX-XXI
Date de la journée d’études : 10 novembre 2018
Lieu : Salle du conseil, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, 75005 (Paris 3 Sorbonne Nouvelle)
Responsables : Aude Leblond, Solenne Montier, Anysia Troin-Guis

Comité scientifique : Frédéric Martin-Achard (Université Jean Monnet Saint-Etienne) ; Béatrice Bloch (Université Bordeaux Montaigne) ; Anne Gourio (Université Caen Normandie); Philippe Ortel (Université Bordeaux Montaigne) ; Claude Perez (Université Aix-Marseille) ; Anne-Christine Royère (Université Reims Champagne-Ardenne) ; Bernard Vouilloux (Université Paris IV Sorbonne)

Lire le texte complet de l’appel à contributions

Présent dans les imaginaires politiques de la Révolution française, encouragé par les progrès techniques au fil du XIXe siècle, redoublé par la naissance de la psychanalyse et de la radiographie à l’aube du XXe siècle, le désir de transparence n’a cessé de gagner en ampleur durant le XXe siècle jusqu’à aujourd’hui. Le domaine contemporain de la « communication », qu’elle soit entendue comme fait – c’est-à-dire une interaction, médiatisée ou non, à l’échelle individuelle ou institutionnelle – ou, dans son emploi le plus usuel, comme compétence, confirme que la transparence ne relève plus seulement d’un imaginaire mais d’une véritable idéologie.

Cette journée d’études invite à examiner la manière dont la littérature s’est saisie de cet imaginaire du XXe siècle jusqu’au XXIe siècle. Le champ littéraire semble opposer aux excès possibles de la transparence des zones d’ombre et des réserves, qu’elle fait valoir à travers l’attention portée aux non-dits, la tentation de l’illisibilité, la défense de l’invisibilité ou encore l’exploration du silence. Ce sont ces choix tout à la fois esthétiques et éthiques qu’il s’agira d’analyser au sein des différents supports et formes d’écritures narratives, théâtrales et poétiques de la littérature française et francophone du XXe et du XXIe siècle.