Hommage à Bruno Curatolo

Bruno Curatolo 

(1953-2018)

Bruno Curatolo

Le 30 août 2018 nous quittait Bruno Curatolo. Né en Tunisie, il avait passé la Méditerranée au bout de quelques années avant de suivre des études à l’Université Stendhal-Grenoble 3 où il obtient l’agrégation de Lettres modernes en 1976, après quoi il devient enseignant dans le secondaire, en Bourgogne. Il s’inscrit alors à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, d’abord en DEA (1986) puis en thèse, sur Le style de la fiction dans l’œuvre romanesque de Raymond Guérin, thèse soutenue en 1990 sous la direction de Jean-Yves Tadié. En 1995, il est recruté comme Maître de conférences à l’Université de Bourgogne, où il donnait des cours depuis une dizaine d’années. En 2000, toujours à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, il soutient, sous l’autorité de Mireille Sacotte, une HDR intitulée : Sur quelques aspects méconnus de la création littéraire au XXe siècle. Enfin, en 2001, il est élu Professeur de littérature française à l’Université de Franche-Comté, où il assumera de multiples responsabilités (il fut notamment Directeur de l’EA « Archives, Textes et Sciences des Textes »), avant de prendre sa retraite en 2015.

Tout au long de ces années, il ne cessa d’explorer des chemins de traverse plutôt que d’emprunter les voies trop bien frayées. Durant une première période, à l’occasion de colloque qu’il organisa ou co-organisa, il s’attacha à la figure du philosophe, appréhendé comme personnage (Portraits de philosophes, 2001) et comme écrivain (Le Style des philosophes, 2007). Parallèlement, il s’employa à faire (re)découvrir et à réhabiliter des écrivains injustement traités par l’histoire littéraire, à commencer par son auteur de thèse,  Raymond Guérin – dont Les Poulpes, son chef-d’œuvre,  lui faisait retrouver les accents de Céline, étudié lors de sa maîtrise. Dans le cadre de « La revie littéraire », de la revue Roman 20/50, à laquelle il était très attaché, ou dans des ouvrages collectifs, se sont succédés les noms de Paul Gadenne, Maurice Raphaël, Julien Blanc, Emmanuel Bove, Georges Hyvernaud, Jean Forton, Jacques Chauviré, Emmanuel Robin, Roland Cailleux. Avec une mention spéciale pour André Beucler, dont il avait édité plusieurs correspondances ; et une autre mention pour Gustave Roud, le Vaudois, dont le nom renvoie au tropisme helvétique de Bruno Curatolo, qui avait parlé un temps de prendre sa retraite en Suisse. À parcourir ainsi les entours des textes canoniques, Bruno Curatolo était parvenu à déplacer la focale et à recomposer le paysage littéraire des années 1930-50, sa période de prédilection, ou du moins à nous faire nous interroger sur les intermittences de la mémoire et l’arbitraire de l’oubli. On comprend ainsi que le livre d’hommage offert à son départ de l’Université de Franche-Comté se soit intitulé Atlantides littéraires : les écrivains oubliés (2016).

Le même besoin de repenser la vie littéraire du siècle passé a conduit Bruno Curatolo à s’intéresser, de longue date, aux journaux et aux revues.  Après leur avoir consacré plusieurs colloques et nombre d’articles (sur La ParisienneLa Table ronde, La Nouvelle NRF…),  il a mené à bien cette somme qu’est le Dictionnaire des revues littéraires au vingtième siècle. Domaine français (2014, 1358 p.), qui fait revivre une multitude de périodiques oubliés et donne chair à tout un arrière-plan (les réseaux, les polémiques, les stratégies éditoriales…). Le désir qu’avait Bruno Curatolo de mettre en lumière les auteurs et les textes délaissés explique sans doute son intérêt pour la nouvelle, longtemps considérée comme mineure (« Ah ! Non ! C’est un peu court, jeune homme », disait Cyrano). C’est ainsi qu’avec son collègue etsuccesseur Yvon Houssais, il fut à l’origine de plusieurs manifestations et publications autour de Marcel Arland (Marcel Arland, lecteur, éditeur, écrivain, 2015) et joua un rôle clef dans le lancement d’un panorama en trois volumes de la nouvelle au XXe siècle, dont le premier volume, sur les trois prévus, est sorti en 2017 (La Nouvelle de langue française depuis 1900, t. 1, 1900-1950).          

Ainsi que ce rapide aperçu le montre, Bruno Curatolo avait une puissance de travail impressionnante, servie par une grande exigence envers lui-même comme envers les autres, et le sens du bien commun (son rôle au bureau de la SELF XX-XXI depuis 2013). Cette intégrité profonde l’a tenu à l’écart des faux-semblants, dont il ne fut jamais dupe. Et ce n’est jamais par stratégie de carrière mais par pur appétit de savoir, et aussi par sens de la justice (réhabiliter les “condamnés”), qu’il aura choisi ses objets d’étude. Mais il est d’autres aspects de l’homme qui méritent d’être mis en avant. D’abord une extrême pudeur qui lui a fait dissimuler jusqu’au bout les maux dont il souffrait, lui qui depuis des années menait une existence ascétique. Ensuite sa fidélité en amitié, dont peut témoigner l’auteur de ces lignes, pour l’avoir connu durant quarante ans. Enfin, sa profonde drôlerie : en raison des jeux de rôles qu’impose l’institution, beaucoup n’ont sans doute pas mesuré l’humour qui était le sien. Un humour hénaurme, indifférent au politiquement correct, et qui repoussait très loin les limites.

Le savoir et le sourire, telle est sans doute l’image qu’il aurait aimé nous laisser.

Jacques Poirier              

Professeur émérite à l’Université de Bourgogne