« La ville dans les fictions climatiques » Programme Parvis 22 janvier 2021

Colloque international organisé dans le cadre du programme PARVIS de l’I-Site FUTURE consacré aux imaginaires urbains futuristes.

Date limite : 22 janvier 2021
Date du colloque : 5-7 mai 2021
Lieu : université Gustave Eiffel  ou en ligne
Responsables : Irène Langlet ; Nadège Pérelle
Comité scientifique : Carl Abbott, Portland State University (Etats-Unis) ; Lieven Ameel, Université de Turku (Finlande) ; Sébastien Févry, Université Catholique de Louvain (Belgique) ; Adeline Johns-Putra, Xi’an Jiaotong-Liverpool University à Suzhou (Chine) ; Isabelle Krzywkowski, Université Grenoble Alpes ; Irène Langlet, Université Gustave Eiffel Allison Mackey, Universidad de la República (Uruguay); Andrew Milner, Monash University (Australie) ; Soline Nivet, École nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais ; Antoine Picon, École des Ponts ParisTech / Harvard ; Matthew Scheider-Mayerson, Yale-NUS College (Etats-Unis) ; Pierre Schoentjes, Université de Gand (Belgique).

Télécharger le texte complet de l’appel (avec bibliographie).

Les villes futuristes, présentes depuis longtemps dans la littérature utopique ou de science-fiction, sont encore peu représentées dans les corpus des études littéraires urbaines. Pour Carl Abbott, les stéréotypes du cinéma de SF peuvent expliquer cette étonnante absence, dans le sens où ils imposent la vision d’une ville « méga-machinique » dans des histoires consistant la plupart du temps à les démolir à l’aide de coûteux effets spéciaux. Mais cet urbaniste érudit de la SF s’applique précisément à montrer comment l’« imagination du désastre » de la ville SF peut s’organiser en prototypes urbains futuristes : « ville prison » et « ville envahie par les mauvaises herbes », « ville catastrophe » incendiée ou inondée, « cité désertée » et « cité mosaïque »… Bon nombre de ces synopsis se retrouvent d’ailleurs dans les fictions climatiques en général.

Fictions climatiques : ce nom de genre, d’abord apparu en anglais (climate fiction, abrégée cli-fi), désigne un vaste ensemble d’histoires impliquant une prise en compte, directe ou indirecte, de la crise climatique. Naguère simple décor, la crise est désormais un levier narratif, ou le thème principal de ces fictions. Cela peut aller de la fiction post-apocalyptique au roman-catastrophe, du thriller scientifique à la hard science-fiction pure et dure ; mais on y trouve aussi des polars, des romans noirs, des romans sentimentaux, des teen-novels, et de la littérature blanche, ou « générale » (Langlet, 2020). Le prisme des fictions urbaines met nettement en évidence l’héritage science-fictionnel de ce genre récemment popularisé, mais observer la ville dans la cli-fi fait émerger bien d’autres références, que l’on pense à la philosophie du flâneur (Baudelaire, Benjamin), aux montages-collages manifestant dans les arts le kaléidoscope existentiel de la ville moderne (Dos Passos, Döblin, Aragon), les contrastes entre la vue du gratte-ciel et l’expérience de la ville au sol et de son labyrinthe de signes (De Certeau). 

Car les fictions climatiques sont le lieu d’un brassage littéraire, mais sont traversées aussi par des courants de réflexion interdisciplinaires et par les concepts qui les problématisent. Le concept d’Anthropocène en est un, par lequel on définit l’ère géologique nouvelle qui s’ouvre dès lors que les actions des êtres humains ont atteint une puissance suffisante pour modifier les cycles géologiques et climatiques de la planète. À ce titre, les fictions climatiques peuvent intéresser les disciplines qui débattent de l’Anthropocène, parmi lesquelles (sans nullement les épuiser) la climatologie, la biologie, l’écologie, les sciences de l’environnement, l’histoire, la géographie, etc. La cli-fi s’inscrit, à l’évidence, dans la perspective des romans écologiques, des écritures de la nature et du vivant telles qu’étudiées par des projets internationaux comme Animots ou Liter(n)ature, et des « écofictions », comme les a nommées Christian Chelebourg en 2012. Leur développement, en effet, est étroitement lié à l’examen de l’influence de l’homme sur l’environnement, à l’histoire des sciences et techniques, à la philosophie de la nature, aux théories politiques du monde industrialisé et globalisé. On les trouve ainsi en bonne place dans l’ouvrage d’Adam Trexler, Anthropocene Fictions.

Envisager la question de la ville au sein des fictions climatiques amène à croiser ce concept d’Anthropocène avec celui d’Urbanocène, défendu par Geoffrey West ou Michel Lussault, afin de souligner le rôle déterminant joué par l’urbanisation massive dans l’évolution de la planète. Dans cette approche, les fictions climatiques, en tant que fictions anthropocéniques, sont une matrice neuve et productive des imaginaires de la ville future : en tant que méga-organisme vivant, en tant que système-ville où se manifeste une biodiversité spécifique, en tant que lieu et milieu de scénarios prototypiques ou originaux.

En proposant de scruter la ville (ses images, ses scénarios, ses récits et discours) dans les fictions climatiques, ce colloque envisage donc au moins de documenter cette culture de l’Urbanocène, dans ses filiations et ses innovations, et la condition humaine de l’homo urbanus en temps de crise climatique. Il s’agira de la caractériser, de la cartographier, et autant que possible d’en qualifier les messages, dans une visée résolument interdisciplinaire. La cli-fi se présente en effet comme un stock de matrices narratives, une réserve de motifs imaginaires. Quelles images les fictions climatiques donnent-elles des urbanistes, climatologues, botanistes, administrateurs et bâtisseurs de villes ? Et que pensent ces derniers de ces images ? A-t-on raison d’inviter les décideurs, designers et autres gestionnaires de la ville à lire de la cli-fi, comme le fait, entre cent autres, le réseau Léonard de l’entreprise Vinci[1] ? Un recueil d’extraits accompagnera ce texte de cadrage : il se voudra une invitation à l’exercice d’une critique croisée. Appliquée à des fictions anthropocéniques où, selon les vœux de Trexler, s’estompe voire disparaît le clivage entre « literary fiction » (littérature générale) et « genre fiction » (littérature de genre), l’analyse littéraire servira de point d’ancrage pour un échange pluridisciplinaire destiné à déconstruire des catégories (trop) familières : par exemple « espace » et « temps », « nature » et « culture ». Nous proposons d’adopter une démarche qui décloisonne au moins les corpus, au plus les disciplines, voire les métiers, dans une démarche de diffusion de la culture scientifique, de transfert de connaissances et de compétences.

Le colloque Parvis « La ville dans les fictions climatiques » attend dès lors, dans son projet de documentation des fictions urbaines et climatiques, des propositions qui s’intègrent aux pistes suivantes, avec une attention particulière prêtée à l’explicitation des corpus et des méthodes disciplinaires et interdisciplinaires :

  1. Images, scénarios et imaginaires de la ville dans la cli-fi. Comment apparaît la ville dans la cli-fi ? Par quels types de scénarios, personnages, formes narratives ? Au sein de quels lectorats, sur quels types de supports, dans quelles communautés interprétatives ? Quels imaginaires urbains et/ou climatiques s’en dégagent-ils, avec quelle influence sur le système littéraire dans son ensemble ?
  2. Fiction climatique et littérature urbaine. Comment les codes du genre littéraire contraignent-ils, ou favorisent-ils l’écriture et la lecture de la ville en crise climatique ?  Comment se combinent, s’articulent ou se désarticulent les généalogies, héritages, ruptures et continuités culturelles de la fiction climatique et de la fiction urbaine ? Comment la cli-fi se déploie-t-elle en tant que genre littéraire, médiatique et numérique ? Le genre croise-t-il, absorbe-t-il, remodèle-t-il les motifs classiques de la ville en littérature ? L’écriture, l’interprétation, la production et la consommation des fictions climatiques offre-t-elle des nouvelles perspectives à ces motifs de la ville en littérature ?
  3. Fictions climatiques et savoirs de l’Anthropocène / Urbanocène. Les fictions climatiques peuvent-elles être vues comme une vulgarisation des savoirs relatifs à l’Anthropocène / Urbanocène ? Comment les fictions climatiques illustrent-elles ou abritent-elles la circulation des connaissances scientifiques au sujet de la ville et de la crise climatique ? Quel intérêt présentent-elles auprès des métiers et disciplines non littéraires qui cohabitent dans la construction, la gestion et l’animation des villes ? Comment les débats scientifiques, urbanistiques, industriels, politiques, éthiques s’y trouvent-ils exprimés, détournés, pastichés, transgressés… ou au contraire passés sous silence ? Quelle position occupent-elles sur la carte des écotopies, des écritures de la nature et de l’environnement ? Comment s’y trouvent remodelées, ou non, les catégories que le concept d’anthropocène engage à repenser (espace et temps, nature et culture, humain et non-humain, environnement) ? Un recueil d’extraits accompagne le texte de cadrage, pour inviter à l’exercice d’une critique croisée.


Citer ce billet
Simon Bréan (2020, 11 novembre). « La ville dans les fictions climatiques » Programme Parvis 22 janvier 2021. Self XX-XXI. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tyip