Parution – Paul Claudel, “Je suis le contradictoire”

Claude Pérez, Paul Claudel « Je suis le contradictoire » Biographie (Cerf, 2021)

Présentation (4e de couverture)

On ne connaît pas Claudel.
On connaît une légende, une rumeur, mais on ne connaît
pas Claudel. De sa conversion, on ne connaît que la parabole
façonnée par lui et par d’autres ; de ses relations avec sa soeur
Camille, guère plus que les romans ou les scénarios construits
à partir des rares archives ; de son activité artistique, surtout les
grands drames typiques d’un « théâtre de texte » : or ce prosateur
de génie est devenu après Le Soulier de satin un homme de
spectacles, pour qui réécrire voulait dire dés-écrire.
Quant à la diplomatie et à la politique, qui est averti de son activité
de tête de réseau d’espionnage à Copenhague en 1920 ? de ses
interventions auprès de Roosevelt en faveur de Blum en 1936,
puis en faveur de la paix jusqu’en 1939 ? Qui sait que le poème
à Pétain est l’oeuvre d’un homme espionné jusque chez lui par
la police de Vichy ? De Gaulle lui a dépêché deux émissaires en
1942 : qui en a entendu parler ?
Et quel autre écrivain en 1941 osait condamner les persécutions
antisémites comme cet anti-nazi véhément, devenu sioniste,
l’a fait dans sa lettre au Grand Rabbin ou dans L’Apocalypse de
saint Jean ? « Le Fils de l’Homme sur la croix avait quelqu’un au
ciel pour répondre à son : Lamma sabachtani ? Mais Israël souffre
sans consolateur. »
Cette biographie appuyée sur des archives inédites offre un portrait
renouvelé, paradoxal, inattendu, d’un soi-disant « gorille »
qui se définissait en 1929 comme un « vieux lapin épouvanté ».



Citer ce billet
Simon Bréan (2021, 2 novembre). Parution – Paul Claudel, “Je suis le contradictoire” Self XX-XXI. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tyix