Cahiers Max Jacob – appel à contributions

Spiritualité, foi et symbolisme chez Max Jacob

CAHIERS MAX JACOB 25/26

Appel à contributions

« Un cri perce une montagne de douleurs / une sortie vers le Seigneur, » écrit Max Jacob à l’orée de Fond de l’eau, recueil poétique de 1927 qui marque un tournant religieux dans la production de l’auteur (O., p. 1411). Ce cri est ce qui surmonte la « montagne de douleurs » de l’existence matérielle, pour accéder au spirituel. Il s’enracine dans la vie charnelle, dans le « ventre » de l’être humain, pour s’élancer vers les hauteurs de l’idée qui doit être « sentie » (O., p. 1385) : la morale en dépend comme la poésie. La douleur, le cri, le corps : ce sont des axes importants de la pensée religieuse de Max Jacob tels que les travaux décisifs de Christine Van Rogger-Andreucci, de René Plantier, et de Judith Morganroth Schneider ont permis de les baliser. Presque trente ans plus tard, un bilan s’impose sur la question de la spiritualité de l’auteur. Grâce aux progrès des études biographiques et les publications de nombreux textes et/ou de correspondances inédits, l’étude sociologique peut désormais poursuivre une analyse approfondie de la nature de la spiritualité de l’auteur, de ses lieux et de ses réseaux de sociabilité, que ce soit du point de vue du catholicisme ou du judaïsme (ou même de l’astrologie, que l’auteur Jacob n’a jamais cessé de pratiquer sa vie durant). Quant à la poésie et à la poétique, la critique a bien posé les premiers jalons ; reste à mieux cerner comment Jacob prend sa pleine place dans un siècle où le principe nietzschéen de la « mort de Dieu » domine le discours sur la poésie. De nombreuses questions semblables se posent sur la « situation » de l’auteur : dans quelle mesure représente-t-il un cas singulier ou typique des convertis de son époque ? Quelle est la position de son système de croyances dans la constellation catholique de son temps (on ne citera pour mémoire que Maritain et le thomisme, Julien Teppe et le dolorisme), ou d’autres époques (Emmerich, Maître Eckhart, les pères de l’Église…) ? Ce numéro vise, non pas à baliser un terrain peu exploré, mais à faire le bilan d’un siècle de pensée sur l’auteur et la spiritualité fascinante qui concerne toutes les facettes de sa création. Le numéro propose d’aborder la spiritualité de Max Jacob sur deux axes principaux :

Vie et spiritualité :
le mythe du « martyre » ou de la sainteté de Max Jacob (mythographie et biographie),
la conversion (Max Jacob parmi les convertis, témoignages de convertis),
le judaïsme,
les rapports familiaux et la religion,
la question religieuse dans la correspondance (pratique, invocation… les pèlerinages, les pardons),
l’évolution de la pratique religieuse de Max Jacob,
l’astrologie.

Littérature et spiritualité :
poétiques du divin,
moralisme et didactisme dans la fiction et les écrits en prose,
rôle de l’humour dans l’œuvre religieuse,
la religion populaire, la religion et la Bretagne,
l’astrologie dans l’écriture.

PROPOSITION DE CONTRIBUTION : en langue française, 1 500 signes, accompagnée d’une notice bio-bibliographique, à envoyer avant le 15 janvier 2024 à Romain Debluë, responsable du dossier thématique : romaindeblue@gmail.com.
LIVRAISON ARTICLE : 31 janvier 2025
ARTICLE FINAL : 38 000 signes espaces et appareil critique compris.
Publication : LES CAHIERS MAX JACOB, publication bisannuelle des Amis de Max Jacob, revue à comité scientifique (http://cahiersmaxjacob.org).
DATE DE PARUTIONdécembre 2026.



Citer ce billet
Laure Michel (2023, 16 février). Cahiers Max Jacob – appel à contributions. Self XX-XXI. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tyjm