Le trouble dans la littérature narrative des XXe et XXIe siècles (CFP jeunes chercheurs)

Appel à communications pour la Journée des doctorants et jeunes chercheurs de la SELF XX-XXI (7 juin 2023)

Date limite : 7 juin 2023
Organisé par la SELF XX-XXI
Date de la journée d’études : 2 décembre 2023
Lieu : A déterminer (Paris)
Responsables : Bahia Dalens, Alice Laumier.

Comité scientifique : Carole Auroy, Hélène Baty-Delalande, Marie-Hélène Boblet, Bahia Dalens, Alice Laumier.

Télécharger l’appel complet

Une histoire de l’« art du trouble » en littérature, courant du début du xxe siècle jusqu’à nos jours, reste à écrire, de même qu’il reste à penser les différents modes d’articulation possibles entre les dimensions thématique, poétique et, du côté de la réception, ce qui relèverait d’une expérience de lecture et d’une activité interprétative marquées par le trouble. Nous souhaitons par là inscrire cette journée d’étude dans le regain d’intérêt récent de la critique littéraire pour la réception, et en particulier pour la part qu’y prend l’émotion.

Représentation, enregistrement, exacerbation, réaction, réparation : se pencher sur les modalités d’expression et de production littéraires du trouble implique également de réfléchir à l’idée de littérature et au rapport au monde qu’elle construit. Plusieurs questions émergent alors :

            – Si sa présence en littérature peut se comprendre comme la marque ou l’indice d’époques elles-mêmes troubles (perte des repères, crise, opacité du présent…), pourrait-on également la considérer comme une tentative et une occasion d’apprendre à vivre « avec le trouble » (D. Haraway) ou « dans le tremblé, dans l’inquiet, dans le trouble » (C. de Toledo) ?

            – Quels sont les intérêts esthétiques et politiques à générer du trouble, à produire des expériences déconcertantes de lecture ? Faut-il y voir une volonté de perturbation, pensée comme une résistance à certains impératifs qui caractérisent nos sociétés (clarté, intelligibilité, exigence d’identification…) ?

            – Enfin, depuis une pensée de la littérature comme ce qui « introduit le trouble » (N. Caligaris) jusqu’à une conception « réparatrice » (A. Gefen), en passant par la catégorie de « littérature déconcertante » (D. Viart) : comment l’étude du trouble croise-t-elle le problème de la valeur littéraire ?

Pour cerner cette notion aux contours incertains et à la riche polysémie, il est possible de partir de termes proches : déstabilisation, ambiguïté, malaise, équivoque, opacité, hybridité… mais également de se tourner vers des notions connexes élaborées par d’autres penseurs : estrangement (V. Chklovski, C. Ginzburg), vertige (R. Caillois, C. de Toledo), récit indécidable (B. Blanckeman), hantise par déplacement et condensation (D. Viart), survivance (G. Didi-Huberman).

La journée d’étude aura lieu le 2 décembre 2023 avec des interventions d’une vingtaine de minutes. Les propositions de communication sont à adresser avant le mercredi 7 juin aux deux adresses suivantes : bahia.dalens@gmail.com et alice.laumier@gmail.com. Elles devront comporter une notice bio-bibliographique de quelques lignes et ne pas dépasser une page (3000 signes espaces compris). Les réponses seront communiquées par mail le 30 juin.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Simon Bréan (18 mars 2023). Le trouble dans la littérature narrative des XXe et XXIe siècles (CFP jeunes chercheurs). Self XX-XXI. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tyjp