Roman 20/50 Numéro ” Les Deux Beune : récit, roman, romanesque ” (CFP 16/10/23)

Les Deux Beune : récit, roman, romanesque

Direction : Stéphane Chaudier, Université de Lille, ALiTHiLa, Roman 20/50 et Guillaume Ménard, Université McGill.

La revue Roman 20/50 consacre un numéro HS à l’événement éditorial et littéraire que constitue la parution au printemps du dernier opus de Pierre Michon, Les Deux Beune.

Calendrier

  • octobre 2024 : parution du numéro
  • lundi 15 avril 2024 : réception des contributions
  • lundi 15 janvier 2024 : établissement définitif du sommaire
  • lundi 30 octobre 2023 : établissement du sommaire (sélection des propositions)
  • lundi 16 octobre 2023 : date limite des propositions : titre et résumé (entre 10 lignes et une page) à envoyer à : guillaume.menard@mail.mcgill.ca et stephane.chaudier@wanadoo.fr

Présentation du numéro

            En 1996 paraissait La Grande Beune aux éditions Verdier ; en 2023, La Grande Beune devient « la première partie » d’un « roman », Les Deux Beune, qui en comporte désormais deux : « La Grande Beune » et « La Petite Beune ». Le chiffre deux tient sous dépendance symbolique, presque magique, les dimensions les plus saillantes de cette œuvre : sa géographie (ou si l’on préfère son hydrologie), sa composition, son histoire éditoriale (1996-2023), sa titrologie, mais aussi sa thématique, puisque le roman raconte comment se forme le couple, à la fois improbable et évident, d’Yvonne et de M. Pierre, les si bien nommés. Tout, dans Les Deux Beune, est double, car tout sans doute se dédouble ; par-delà le geste conclusif qui apparie les deux chapitres d’un récit, rapproche les deux bords d’une temporalité, unit les deux sexes des protagonistes, rien ne saurait rester figé dans le marbre de l’Unique. Les Deux Beune, cet événement littéraire, aux résonances philosophiques, crée le deux à partir de l’un, le multiple à partir du simple, le composé à partir de l’homogène ; il engendre l’inédit, le neuf, en réinvestissant l’ancien, le déjà édité. Dans cette surprise, s’indique déjà quelque chose de profondément romanesque. En Michonie, il existe dorénavant deux Beune, comme partout dans le monde il existe deux Testaments : le premier et le second, l’ancien et le nouveau – la Grande et la Petite.

            Placer le romanesque à la source de cette œuvre ne peut faire oublier qu’il en est aussi le cœur : Les Deux Beune est en effet le seul de ses récits que Pierre Michon assume et présente (enfin !, diront les impatients) comme un « roman » (p. 5). La Grande Beune de 1996 n’était pas encore un roman ; mais pourquoi ? Ce récit n’était-il pas déjà un roman sans en avoir le nom, un roman en puissance ? N’attendait-il pas l’acte définitif d’une qualification qui serait en somme une requalification ? Exit donc le texte flottant, sans qualité générique, le texte indéterminé. Entrée de ce mot galvaudé, banal et prestigieux, ce nom glorieux, peut-on dire, mais aussi populacier : roman. Ce roman unique mais dédoublé, ce roman synthèse, achève, couronne peut-être, toute une œuvre qui demande ainsi à être relue et replacée sous le signe du romanesque. Tel serait l’enjeu de cet ouvrage collectif que nous voudrions consacrer à cette dimension intrigante mais curieusement peu mise en valeur dans l’abondante bibliographie sur Michon : le romanesque.

            Avant de nous évader dans les délices de la spéculation, à laquelle invite la notion si labile de romanesque malgré les tenaces et louables efforts pour la cerner, il conviendrait de ne pas négliger le terrain le plus concrètement textuel. Qu’est-ce qui fait des Deux Beune un récit ? Un roman ? Comment, dans cette fiction qui raconte une histoire, se croisent et s’organisent les dimensions de la narrativité ? De la temporalité ? Mais aussi de cette curieuse historicité qui nous déporte de la guerre d’Algérie que M. Pierre, malgré son jeune âge, ne fait pas (« 1961 », p. 11) à la grotte préhistorique, en passant par « Verdun » et « les enfers de la Petite-Pologne » (p. 16) ? Selon quel rythme s’enchaînent les épisodes et coule le temps dit romanesque ? Quels sont les personnages moteurs de cette histoire ? Comment penser cette double triangulation autour du couple (héroïque ?) d’Yvonne et Pierre : d’abord, un homme entre deux femmes, l’une amoureuse et délaissée (p. 109, 129), l’autre désirée et crue inaccessible ; ensuite, une femme, Yvonne, entre deux hommes qui se la disputent ? En quoi ces configurations, peu originales au demeurant, révèlent-elle la puissance romanesque du désir, de l’amour, de l’érotisme, de la violence et les rapports entre les sexes (ce mot devenu presque honteux) ? En 1996, le nom Metoo n’existait pas ; en 2023, est-il possible, loin de toute naïveté, qu’elle soit viriliste ou pro fem’, d’évaluer le potentiel romanesque d’Yvonne, la femme qui prendrait plaisir à la domination ?

            Le romanesque, comme on le voit, est affaire de corps, d’espaces, d’affects représentés ; mais aussi de durée, de rythme et de tension ; et encore de paragraphe, de nombre de pages, d’organisations séquentielles ; ou de style, de « choix » lexicaux, énonciatifs, de figures, ce qui inviterait à s’interroger : de 1996 à 2023, Michon a-t-il changé de style ? Donne-t-il à contempler la permanence ou la fluence de cette vache sacrée, le style du Grand Écrivain ? Le romanesque est enfin affaire de posture et de positionnement dans ce fameux « champ » si bien labouré. Entretiens, proclamations, tout peut passer à la moulinette d’une enquête sur cette tentation du roman : roman refusé, roman annoncé, roman différé, roman édité. Entre Michon, saint Jean-Baptiste de ce romancier à venir qu’il a toujours-déjà été et la sphère médiatique censée faire l’opinion (Michon romancier ? Michon prix Goncourt ? Vous n’y songez pas), y a-t-il eu incompréhension ou tacite entente et jeu de rôle ? Récit, roman, romanesque sont des mots qui appellent le dépli de toutes ces dimensions concrètes.

            Pourtant le romanesque n’en reste pas moins pris dans cette étrange torsion qui noue au dramatique (l’agencement des actions dans l’intrigue, l’art de construire une bonne histoire, quel que soit son support) l’expression toujours émouvante de l’émotion, laquelle ressortit plutôt du lyrisme ; ce dernier est spécialisé dans l’expression du sujet sensible – et qui le sait. Entre le dramaturge ou le scénariste et le poète lyrique s’immisce le sujet romanesque, sorte de trait d’union, instance poreuse, doublement localisée dans la fiction et hors d’elle, dans ce personnage de papier mais « pas que » comme disent les jeunes, comme dans ces lecteurs-lectrices qui ne cessent de chercher comment articuler le lire-vivre. C’est pourquoi nous accueillerons aussi les tentatives d’éprouver les approches du romanesque à l’aune des Deux Beune, et à travers ce texte, de toute l’œuvre narrative de Michon.



Citer ce billet
Simon Bréan (2023, 6 juillet). Roman 20/50 Numéro ” Les Deux Beune : récit, roman, romanesque ” (CFP 16/10/23). Self XX-XXI. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tyjr