Hommage à Francine Dugast (1938-2023)

« Elle ne cherchait pas la lumière, préférait la porter sur les autres ».

C’est ainsi qu’Annie Ernaux clôt l’hommage qu’elle rend à Francine Dugast à l’annonce de sa disparition. Tous ceux, toutes celles qui ont connu Francine la retrouveront dans cette formule. Nous nous souvenons de sa vivacité, de son énergie, de l’attention qu’elle accordait à chacun et chacune. Francine Dugast avait le talent de dynamiser ceux qui l’entouraient, amis, collègues, étudiants. Et sa générosité invitait à passer insensiblement d’une de ces catégories à l’autre. Nul doute qu’une personnalité aussi exceptionnelle demeure inscrite dans nos mémoires, comme y demeureront aussi ses travaux qui associaient à l’exigence intellectuelle toute l’implication d’un engagement humaniste, politique et social.

Cet engagement se manifeste dans l’animation de la recherche, la volonté de faire travailler les gens ensemble et de vulgariser leurs travaux. Présidente de la Société des Amis de Colette de 1989 à 1996, Francine Dugast eut à cœur de diffuser l’œuvre de l’écrivaine et de favoriser la création d’un centre de documentation à Saint-Sauveur en Puisaye. C’est elle aussi qui, membre de la petite association d’Etude du Roman du XXe siècle, présidée par Bernard Alluin et dont j’étais le secrétaire, nous incita vivement à la transformer en Société d’étude de la littérature française du XXe siècle, susceptible de fédérer l’ensemble des centres de recherche français dont les travaux portaient sur cette période, quels que soient les genres envisagés et les méthodes employées. Elle œuvra activement à nos côtés pour la réussite de cette entreprise, fidèle à nos rencontres et prenant l’initiative d’organiser en 2000 avec Michèle Touret le second colloque de la SELF XXe à Rennes, publié sous le titre : Le temps des lettres. Quelles périodisations pour l’histoire de la littérature du XXe siècle ? (P.U. de Rennes, 2001).

Son souci pédagogique n’était pas moindre, comme agrégée de Lettres classiques d’abord puis, après avoir soutenu en Sorbonne une thèse d’Etat sur L’Image de l’enfance dans la prose littéraire de 1919 à 1930, comme professeure à l’Université de Rennes II, qu’elle a marqué de ses enseignements ; mais encore dans les charges qu’elle accepta d’assumer : à la direction de la Mission académique à la formation des personnels de l’éducation nationale (MAFPEN) de l’académie de Bretagne, de 1982 à 1985, puis à la Direction de l’Institut national de recherche pédagogique (INRP) qu’elle anima de 1988 à 1993 et auquel elle demeurait très attachée. Elle a plusieurs fois abordé cette dimension de son travail, notamment lors de sa participation au séminaire et à l’ouvrage d’Antoine Prost, La Formation des maîtres de 1940 à 2010 (P.U. de Rennes, 2014) où elle traite de la création des IUFM.

Les objets, les œuvres, auxquels nous consacrons nos travaux disent beaucoup de ce que nous sommes. Et ce n’est pas un hasard si Francine Dugast fut une grande spécialiste de l’enfance, de Colette, de Louis Guilloux, plus tard d’Annie Ernaux. Son intérêt pour le statut des femmes, pour le monde social, transparaît dans ces choix. Ses travaux font date, avec une particularité qu’il importe de souligner : l’amplitude de ses intérêts et l’ouverture de son esprit. Elle sut en effet conjuguer des recherches sur le début du XXe siècle et sur les années 50-60 sans se fermer à la littérature contemporaine, alors bien négligée dans l’université française. Elle sut de même, dans un temps où cela ne se faisait guère, travailler à la fois sur le formalisme du Nouveau roman et sur une littérature en prise sur l’Histoire et la société comme celle de Guilloux. Talent œcuménique qui lui permit de contribuer largement à l’imposante Histoire de la littérature française du XXe siècle coordonnée par son amie Michèle Touret (P.U. de Rennes, 2000 et 2008).

On lui doit ainsi de nombreux travaux sur Colette, pour la plupart réunis dans Colette : les Pouvoirs de l’écriture (PUR, 1999) ainsi que plusieurs directions d’ouvrages. Francine Dugast publie aussi une édition complète et commentée des romans de l’écrivaine (Colette Romans, Pochothèque Hachette, 2004) et contribue à l’édition de la Pléiade qui lui est consacrée. Il en va de même au sujet de Louis Guilloux, sur l’œuvre duquel elle co-organise des colloques et publie plusieurs contributions importantes. Dans le même temps, elle s’intéresse au Nouveau Roman, en publiant dès 1976 avec Nicole Bothorel et Jean Thoraval, Les nouveaux romanciers (Bordas), puis, quelques années plus tard et seule cette fois, Le Nouveau Roman. Une césure dans l’histoire du récit (Bordas, 2001), qui connaîtra plusieurs rééditions, dont la dernière très largement augmentée (P.U. de Rennes, 2018). Elle savait, dans ces ouvrages sur les nouveaux romanciers, nous inviter à une relecture libérée de tout dogmatisme théorique, comme en attestent aussi bien son long article précurseur sur « Le Spectre de l’ascendance : fonction tragifiante du personnage de l’ancêtre au fil de l’œuvre de Claude Simon » (Revue des Sciences Humaines, n°215, 1989) que son intervention à Rome sur « Le Nouveau Roman et l’Histoire » (in D. Viart, Nouvelles écritures de l’Histoire [2009] rééd,  Classiques Garnier, 2021).

Lorsqu’avec quelques amis et collègues nous avons entrepris, à la fin du siècle passé, d’ouvrir la recherche universitaire à la littérature contemporaine, elle fut immédiatement à nos côtés, avec Jean-Pierre Richard, un précieux soutien. N’avait-elle pas écrit sur Le Clézio dans la Revue des Sciences Humaines dès le début des années 1990 ? Fidèle à son souci des femmes et du monde populaire, c’est à Annie Ernaux qu’elle dédie alors ses principales recherches. Elle participe au séminaire que nous lui consacrons à l’université de Lille (« Littérature et sociologie : Les années d’Annie Ernaux », in Revue des Sciences Humaines, Lille, n°299, sept-oct 2010), accepte de rédiger l’ouvrage qui lui est consacré dans la collection « Ecrivains au présent » que j’avais ouverte aux éditions Bordas (Annie Ernaux, étude de l’œuvre, Bordas, 2008), prend part à plusieurs colloques (Fribourg, 2012 ; Cergy, 2014) et en organise un elle-même, aidée de Francine Best et Bruno Blanckeman, à Cerisy (Annie Ernaux : le Temps et la Mémoire, Stock, 2014).

Francine Dugast était une force vive, toujours enthousiaste, pleine d’envies et d’entrain. Elle demeure parmi nous, aussi bien dans ses textes que dans la mémoire que nous garderons de son inaltérable bonne humeur, de ses saines colères aussi, contre les scléroses institutionnelles, les pisse-froid de la critique, les médisants de la littérature, avec le souvenir, surtout, de son sourire, ce « beau sourire qui éclairait toujours son visage resté juvénile, comme sa silhouette » dont parle avec émotion Annie Ernaux devenue son amie.    

Car il est vrai que, pour Francine, la littérature était d’abord une leçon d’amitié.

Qu’il en soit longtemps ainsi : nous le lui devons.

Dominique Viart

 

 

 

 

 

 



Citer ce billet
Simon Bréan (2023, 15 novembre). Hommage à Francine Dugast (1938-2023). Self XX-XXI. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tyjw