La critique à l’écran II : filmer la littérature (appel à communication 01/09/18)

Colloque international –

La critique à l’écran II : filmer la littérature

Date limite : 1er septembre 2018
Organisé par l’UPPA – Université de Pau et des pays de l’Adour, ALTER (Arts/Langages : Transitions et Relations), Médiathèque André Labarrère et Cinéma Le Méliès
Date du colloque : Jeudi 28 et vendredi 29 mars 2019
Responsables : Sylvain Dreyer, Dominique Vaugeois
Comité scientifique : Carole Aurouet (Université Paris-Est-Marne-la-Vallée), Gilles Mouëllic (Université Rennes II), Bernard Vouilloux (Sorbonne Université)

Lire le texte complet de l’appel à contributions

Lors de la première édition de ce colloque intitulée « La critique à l’écran I – Les arts
plastiques », nous entendions faire la lumière sur la notion de « film sur l’art », en
mettant en avant la dimension critique de ce genre cinématographique. Cette nouvelle
édition, abordera les « films sur la littérature », notion plus difficile à cerner et dont il
n’est même pas sûr qu’elle constitue un genre. Est-ce parce que l’image audiovisuelle et
la littérature ne bénéficient pas des liens de proximité qui peuvent exister entre deux
médiums essentiellement visuels ? Ou, au contraire, parce que le film de fiction, par le
biais de l’adaptation, entretient historiquement avec l’œuvre littéraire un riche
compagnonnage qui monopolise l’attention portée aux relations entre littérature et
cinéma ?

Pourtant, d’emblée, le corpus paraît foisonnant, mais encore peu connu et étudié. Nous
souhaitons en particulier mettre l’accent sur les émissions qui ont marqué l’histoire de
la télévision, à commencer par Lectures pour tous présentée par Pierre Dumayet, Pierre
Desgraupes et Max-Pol Fouchet sur la RTF à partir de 1953 ou encore Apostrophes,
Ouvrez les guillemets et Bouillon de culture présentées par Bernard Pivot. La télévision a
également produit plusieurs émissions passionnantes sur la littérature et les écrivains,
en particulier « Un siècle d’écrivains » et les multiples séries documentaires dans
lesquelles s’est notamment illustré Robert Bober (« Lire c’est vivre », « Lire et écrire », « Lire
et relire », « Correspondances »). Nous espérons également attirer l’attention sur l’œuvre singulière de cinéastes comme Richard Dindo (Rimbaud, Genet, Aragon, Kafka) et André
S. Labarthe (Simenon, Bataille, Sollers, Artaud, Réverzy, Schulz). Un point sur la stratégie
de certains éditeurs de DVD serait également bienvenu : nous pensons par exemple à la
collection « Montparnasse/Regard ». Enfin, les quelques réalisations portant
directement sur la critique littéraire pourront être abordées, en particulier les films de
Thierry Thomas ou de Philippe Collin sur Roland Barthes.
Au sein de ce vaste corpus, nous nous limiterons aux productions faisant œuvre de
critique. Sans vouloir définir de manière trop restrictive le concept de critique, nous
pouvons poser provisoirement qu’il s’agit de films qui développent un point de vue
axiologique spécifique, allant de l’éloge à l’éreintement, mais aussi qui articulent un
discours spécialisé et analytique à propos d’un texte, d’un auteur, d’une école ou de la
littérature en général. Tout questionnement sur la critique passe par une réflexion sur
la citation et les modes de convocation des textes critiqués : lecture en voix-off ou
lecture incarnée (par l’auteur, des comédiens ou autres), apparition scripturale du texte
à l’écran (manuscrit, tapuscrit, livre édité, incrustation vidéo, etc.).

La question fondamentale qui nous préoccupe est celle de la différence entre critique
filmée et critique écrite traditionnelle. Le « film sur la littérature », à la différence de films
portant sur d’autres moyens d’expression artistiques, pose immédiatement la question
de sa légitimité : si la critique filmique se limite à un discours mis en images à propos de
tel texte ou de tel auteur, quel intérêt peut-il y avoir à mobiliser le dispositif
audiovisuel ? Le film sur la littérature peut alors être suspecté de tendre à une
vulgarisation excessive ou de contribuer au culte de quelques auteurs starifiés.

À l’inverse, la critique filmée apparaît comme une opportunité permettant de construire
une autre forme de pensée sur la littérature : une pensée qui semble renoncer en partie
à la puissance de l’analyse langagière, certes, mais une pensée qui a l’immense avantage
de recourir à l’incarnation, à travers la présence du corps de l’auteur, mais aussi de celui
des critiques, des libraires et des simples lecteurs, voire des personnages fictifs ou
même des idées. Comment représente-t-on l’écrivain ? Il conviendra de s’interroger sur
les grandes évolutions de cette tendance à l’incarnation et également à la place
grandissante accordée aux lecteurs. Le film sur la littérature apparaît ainsi comme une
forme paradoxale permettant de donner à voir et entendre la littérature.

Cette réflexion centrale débouche sur plusieurs questions connexes :
1. En quoi le langage cinématographique (cadrage, plans, montage) est-il à même de
prendre en charge la critique littéraire ?
2. Les films et les émissions sur la littérature peuvent-ils rapprocher le public populaire
de la littérature ? Dans cette perspective, comment aborder les stratégies de production
et de diffusion employées (télévision, cinéma, DVD, internet) ? Accessoirement,
comment comprendre la vogue actuelle des « booktubeurs » ?
3. Même si cet aspect doit être abordé avec prudence et même si nous écartons
délibérément la question rebattue de l’adaptation, peut-on dire que certains biopics
portant sur des écrivains articulent un discours critique ?
Nous essaierons de rendre justice à tous les types de production : films de commande
(télévision, musée et maison d’écrivain), collections didactiques, essais de cinéastes
francs-tireurs. Les films pris en compte pourront concerner la littérature dans tous ses
aspects (roman, théâtre, poésie, essai). Dans les années à venir, nous souhaitons
prolonger la réflexion en interrogeant les films portant sur les arts vivants (théâtre,
danse, cirque), sur la musique ou sur le cinéma lui-même.