Archives de l’auteur : Simon Bréan

« La ville dans les fictions climatiques » Programme Parvis 22 janvier 2021

Colloque international organisé dans le cadre du programme PARVIS de l’I-Site FUTURE consacré aux imaginaires urbains futuristes.

Date limite : 22 janvier 2021
Date du colloque : 5-7 mai 2021
Lieu : université Gustave Eiffel  ou en ligne
Responsables : Irène Langlet ; Nadège Pérelle
Comité scientifique : Carl Abbott, Portland State University (Etats-Unis) ; Lieven Ameel, Université de Turku (Finlande) ; Sébastien Févry, Université Catholique de Louvain (Belgique) ; Adeline Johns-Putra, Xi’an Jiaotong-Liverpool University à Suzhou (Chine) ; Isabelle Krzywkowski, Université Grenoble Alpes ; Irène Langlet, Université Gustave Eiffel Allison Mackey, Universidad de la República (Uruguay); Andrew Milner, Monash University (Australie) ; Soline Nivet, École nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais ; Antoine Picon, École des Ponts ParisTech / Harvard ; Matthew Scheider-Mayerson, Yale-NUS College (Etats-Unis) ; Pierre Schoentjes, Université de Gand (Belgique).

Télécharger le texte complet de l’appel (avec bibliographie).

Les villes futuristes, présentes depuis longtemps dans la littérature utopique ou de science-fiction, sont encore peu représentées dans les corpus des études littéraires urbaines. Pour Carl Abbott, les stéréotypes du cinéma de SF peuvent expliquer cette étonnante absence, dans le sens où ils imposent la vision d’une ville « méga-machinique » dans des histoires consistant la plupart du temps à les démolir à l’aide de coûteux effets spéciaux. Mais cet urbaniste érudit de la SF s’applique précisément à montrer comment l’« imagination du désastre » de la ville SF peut s’organiser en prototypes urbains futuristes : « ville prison » et « ville envahie par les mauvaises herbes », « ville catastrophe » incendiée ou inondée, « cité désertée » et « cité mosaïque »… Bon nombre de ces synopsis se retrouvent d’ailleurs dans les fictions climatiques en général.

Fictions climatiques : ce nom de genre, d’abord apparu en anglais (climate fiction, abrégée cli-fi), désigne un vaste ensemble d’histoires impliquant une prise en compte, directe ou indirecte, de la crise climatique. Naguère simple décor, la crise est désormais un levier narratif, ou le thème principal de ces fictions. Cela peut aller de la fiction post-apocalyptique au roman-catastrophe, du thriller scientifique à la hard science-fiction pure et dure ; mais on y trouve aussi des polars, des romans noirs, des romans sentimentaux, des teen-novels, et de la littérature blanche, ou « générale » (Langlet, 2020). Le prisme des fictions urbaines met nettement en évidence l’héritage science-fictionnel de ce genre récemment popularisé, mais observer la ville dans la cli-fi fait émerger bien d’autres références, que l’on pense à la philosophie du flâneur (Baudelaire, Benjamin), aux montages-collages manifestant dans les arts le kaléidoscope existentiel de la ville moderne (Dos Passos, Döblin, Aragon), les contrastes entre la vue du gratte-ciel et l’expérience de la ville au sol et de son labyrinthe de signes (De Certeau). 

Continuer la lecture

Ombres et Transparences – publication de la journée d’études

Francis Picabia. Transparence (1932). Tous droits réservés.

Le samedi 10 novembre 2018 s’est tenue, sur le thème

Ombres et Transparences

une Journée Jeunes chercheurs de la SELF XX-XXI (à Paris 3 Sorbonne Nouvelle), organisée par Aude Leblond, Solenne Montier et Anysia Troin-Guis.

Vous pouvez trouver sur le carnet les actes issus de cette journée (rubrique publications en ligne).

Assemblée Générale 28 novembre 2020 (visioconférence)

Cher.e.s collègues,

Vous êtes convié(e)s à l’Assemblée Générale annuelle 2020 de la Société d’étude de la littérature de langue française du XXe et du XXIe siècles qui aura lieu le samedi 28 novembre à 10h00 par vidéo-conférence.

Bien à vous tou.te.s,

Alexandre Gefen, pour l’équipe de la SELF XX-XXI 

Ordre du jour

I BILAN DES ACTIVITES   

II BILAN FINANCIER 

Gestion du compte de la SELF XX-XXI

III ELFE XX-XXI. PROGRAMMATION, PUBLICATION EN LIGNE

  • publication en ligne des contributions de jeunes chercheurs sur « Ombres et transparences » (2018)
  • publication du numéro 9 : https://journals.openedition.org/elfe/753
  • publication en cours du numéro 10

Les membres sont invités à proposer des projets de dossiers pour de futurs numéros

IV  MANIFESTATION(S) SCIENTIFIQUE(S) A VENIR

V ELECTION DU NOUVEAU CONSEIL D’ADMINISTRATON

Au vu de l’expérience passée, l’équipe en place propose de porter à 4 années la durée des mandats. 
Vote sur la modification éventuelle de l’article 8 des statuts de la SELF XX-XXI

Election des membres du Conseil d’administration

Les candidatures doivent être envoyées à Marie-Hélène Boblet avant le 20 novembre. Les candidats doivent être à jour de leurs cotisations (voir https://self.hypotheses.org/adherer-a-la-self

Après son élection par l’Assemblée générale,le Conseil choisit parmi ses membres, au scrutin secret, les membres du Bureau. Les membres du bureau sont indéfiniment ré-éligibles (art. 9.2) 

  (7 fonctions sont à pourvoir)

Participer à l’Assemble Générale par Zoom

Lien zoom : https://u-paris.zoom.us/j/84229157033?pwd=VUovSkphRDFOelBpblQ2TU9Zdlg5dz09

ID de réunion : 842 2915 7033

Code secret : 059314

Une seule touche sur l’appareil mobile

+13017158592,,84229157033#,,,,,,0#,,059314# États-Unis d’Amérique (Germantown)

+13126266799,,84229157033#,,,,,,0#,,059314# États-Unis d’Amérique (Chicago)

Composez un numéro en fonction de votre emplacement

        +1 301 715 8592 États-Unis d’Amérique (Germantown)

        +1 312 626 6799 États-Unis d’Amérique (Chicago)

        +1 346 248 7799 États-Unis d’Amérique (Houston)

        +1 669 900 6833 États-Unis d’Amérique (San Jose)

        +1 929 205 6099 États-Unis d’Amérique (New York)

        +1 253 215 8782 États-Unis d’Amérique (Tacoma)

ID de réunion : 842 2915 7033

Code secret : 059314

Trouvez votre numéro local : https://u-paris.zoom.us/u/k4oktXKks

« Littératures du faux » Colloque international (Regensburg) 18-20 juin 2020

Colloque international organisé dans le cadre des « Rencontres allemandes de la littérature contemporaine » (RALC, 2ème édition) à l’Université de Regensburg du 18 au 20 juin 2020

Organisation : Jochen Mecke et Anne-Sophie Donnarieix

Lieu : Université de Regensburg

Date d’envoi des propositions : 15 février 2020

Entre imitation et contrefaçon, supercherie et mystification, les circuits de la fiction contemporaine conduisent les lecteurs et lectrices sur des sentiers souvent semés d’embûches. Jouant avec une fascination pour le faux qui exploite toute la polysémie du terme, de nombreux romans mettent en scène des régimes fondés sur le simulacre, l’inauthentique, l’erroné. Car le faux n’est pas simplement l’avatar de l’erreur (ou du mensonge), il engage aussi un système de reproduction fondé sur l’imitation plus ou moins fidèle, et sur l’idée d’une authenticité déviée, inventée, virtualisée, voire récusée. De la virtuose réfutation du Nouveau Monde chez Pierre Senges (La Réfutation majeure) au faux-roman d’Éric Chevillard (Défense de Prosper Brouillon) ou au célèbre et inexistant tableau révolutionnaire de Pierre Michon (Les Onze), des hétéronymes d’Antoine Volodine aux parodies de l’Histoire chez Alain Fleischer (La Hache et le violon, Imitation), des avatars virtuels chez Camille Laurens (Celle que vous croyez) aux doubles post-humains chez Michel Houellebecq (La Possibilité d’une île) ou aux effets d’(auto-)aliénation sociale chez Marie NDiaye (Autoportrait en vert, Ladivine), le faux attire par sa puissance à la fois facétieuse et fallacieuse, ludique et inquiétante. Le colloque souhaite examiner cette notion qui cristallise les relations complexes que la littérature contemporaine entretient avec ses modèles – réels comme littéraires, factuels comme fictionnels.

Continuer la lecture

L’Homme foudroyé de Blaise Cendrars – 12 octobre 2019 journée d’agrégation

Les articles tirés de certaines communications sont maintenant en ligne.

Date : 12 octobre 2019

Responsables : Marie-Paule Berranger (Université Sorbonne nouvelle) et Myriam Boucharenc (Université Paris-Nanterre)

Lieu Université Sorbonne nouvelle Censier 13, rue Santeuil 75005 Paris
Amphi A

Pour entrer sur le site de Censier, il peut être demandé de présenter une carte d’étudiant ainsi que le programme de la journée 

Coordination : SELF XX-XXI

  • 9h – Ouverture de la Journée d’étude par Marie-Hélène Boblet (Université de Caen Normandie)
  • 9h15 – Marie-Paule Berranger (Université Paris 3-Sorbonne nouvelle) : Un livre à géométrie variable
  • 9h50 – Claude Leroy (Université Paris-Nanterre) : Prochronie chez Cendrars ou la redonne du temps
  • 10h25 – Dominique Carlat (Université Lumière-Lyon 2) Blessure, folie
    • Pause
  • 11h 20 – Philippe Forest (Université de Nantes) L’autofiction selon Cendrars
  • 11h 55 – Françoise Simonet-Tenant (Université de Rouen Normandie) L’Homme foudroyé, un récit au genre introuvable
    • Déjeuner
  • 14 h – Dominique Rabaté (Université Paris Diderot) Cendrars et son temps
  • 14h 35 – Marie-Françoise Lemonnier Delpy (Université de Picardie Jules Verne) La guerre dans L’Homme foudroyé
  • 15h 10 – Myriam Boucharenc (Université Paris-Nanterre) La cuisine 
    • Pause
  • 16h – Pierre-Marie Héron (Université Paul Valéry-Montpellier/IUF) Primum vivere : le narrateur dans L’Homme foudroyé
  • 16h 35 – Christine Le Quellec Cottier (Université de Lausanne) L’Homme foudroyé. Quand l’art du déport génère une poétique du neutre
  • 17h10 – Jean-Louis Jeannelle (Université Paris IV-Sorbonne) Plus romanesque et intéressé qu’un romancier

Modes de présence et fonctions de l’écrivain dans la cité aux XXe et XXIe siècles (Congrès de la SELF XX-XXI 12-14 septembre 2019 )

Le deuxième congrès de la SELF XX-XXI se tiendra du jeudi 12 au samedi 14 septembre 2019.  Il est organisé avec le soutien du LASLAR et du CELLF.

Site officiel du congrès

Télécharger le programme

Organisateurs : Marie-Hélène Boblet et Simon Bréan

Comité scientifique : Marie-Hélène Boblet, Université de Caen-Normandie ; Simon Bréan, Université Paris-Sorbonne ; Alexandre Gefen, CNRS ; Alain Schaffner, Université Sorbonne Nouvelle – Paris III  ; Anne-Yvonne Julien, Université de Poitiers

Coordination et administration : Catherine Bienvenu

Le congrès « Modes de présence et fonctions de l’écrivain dans la cité aux XXe et XXIe siècles » se donne pour objectif d’identifier et d’analyser les pratiques et les configurations contemporaines, afin de les replacer dans le temps long de l’histoire littéraire du XXe siècle. Passé le temps des macro-idéologies, l’engagement ne paraît plus tout à fait de mise, mais les écrivains n’ont pas pour autant déserté la cité. Les œuvres témoignent de multiples modalités d’écriture impliquée, souvent synonyme d’une pratique de terrain, résultant d’enquêtes approfondies et d’immersion, ou d’une expérience professionnelle influant sur le geste scriptural.

Quel rôle peut, ou veut, encore jouer l’écrivain : témoigner d’une réalité, proposer une alternative, accompagner une cause militante… ? Sur  quoi l’autorité de son travail se fonde-t-elle, dans un espace public d’expression et de communication de plus en plus complexe et problématique ? Deux écrivains seront invités à partager leur expérience : Marie Cosnay et Leslie Kaplan.

Journée Cendrars 10 juillet 2019 (AIEF)

Dans le cadre du LXXIe congrès de l’Association Internationale des études françaises, se tiendra une journée Cendrars le Mercredi 10 juillet, 10h et 14h, sous la présidence de Claude Leroy.

Lieu : Salle des Actes, Sorbonne Université

Inscription nécessaire : écrire à claude.leroy@parisnanterre.fr

Blaise Cendrars

Président : Claude LEROY (Université Paris Nanterre),

  • Claude LEROY (Université Paris Nanterre) « Cendrars kaléidoscope ».
  • Marie-Paule BERRANGER (Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3), « La place du poète».
  • Jean-Carlo FLÜCKIGER (Centre d’études Blaise Cendrars, Berne), « L’univers du romancier».
  • Jehanne DENOGENT (Université de Lausanne), « Modernité du primitivisme ».
  • Myriam BOUCHARENC (Université Paris Nanterre), « Un grand reporter sur le motif »
  • Aude BONORD (Université d’Orléans), « Un mystique sans foi ».
  • Marie-France BOROT (Université de Barcelone), « Plongées dans les abysses. Cendrars et la psychanalyse ».
  • Birgit WAGNER (Université de Vienne), « Cendrars multimédial ».
  • Rennie YOTOVA (Organisation Internationale de la Francophonie, Bucarest), « Au cœur du monde francophone ».

Appel à contribution : Numéro 9 de la revue ELFe XX-XXI, 2020 (nouvelle échéance 15 septembre)

Dire et lire les vulnérabilités contemporaines 

Les propositions d’une vingtaine de lignes accompagnées d’une courte notice biobibliographique sont à envoyer avant le 15 septembre 2019 à anne.gourio@unicaen.fret à marie-helene.boblet@unicaen.fr

Remise des articles (entre 30000 et 35000 signes) : 15 avril 2020.

Argumentaire

Dans les années 1990/2000, à mesure que s’accroissait « la société du risque » (Beck, 1986), le concept de vulnérabilité a émergé dans différents champs, des sciences humaines et sociales au droit pénal et civil. Porté par la fin des « grands récits », la crise de l’idée émancipatrice du Progrès, il coïncide avec un nouveau régime d’historicité, fait d’une extrême incertitude à l’égard d’un présent de plus en plus instable et d’un avenir de moins en moins prévisible. Alors que la grille interprétative des Trente Glorieuses portait essentiellement sur la capacité des individus, leur autonomie et leur responsabilité, l’approche des difficultés existentielles par une notion qui ne relève ni d’une ontologie de la personne ni d’une pensée de la maîtrise présuppose d’envisager un mode relationnel d’interdépendance qui excède les relations verticales de domination et les rapports horizontaux de désaffiliation.

 La notion de vulnérabilité qui s’est imposée à la fin du XXe siècle offre une vision élargie des multiples sources de fragilité, outre les privations matérielles, la précarité ou l’exclusion. Par-delà les guerres, le chômage de masse ou les déviances de la démocratie néo-libérale, elle s’ouvre à l’inquiétude du sujet à la fois intime et social, affectif et affecté, confirmant l’attention nouvellement portée à l’endroit des émotions.

Continuer la lecture

CENTENAIRE DE LA MORT DE VICTOR SEGALEN

Parution de « Segalen, attentif à ce qui n’a pas été dit« , Colette 
Camelin dir. avec la collaboration de Muriel Détrie, Hermann, avril 
2017.

Exposition, concerts et conférences « Victor Segalen, là-bas le soleil 
grandit
 » Espace Andrée Chédid, Issy-les-Moulineaux. 7 mai-30 mai

Colloque « Les « traces alternées » de Victor Segalen: une exploration de 
sa correspondance (1893-1919) 21-22 mai Université de Brest, Faculté 
Victor Segalen.

« Victor Segalen dans son dernier décor« : rencontres au Huelgoat 
(Finistère) 30 mai-2 juin contact@ecoledesfilles.org

Congrès de la SELF XX-XXI 2019 : ouverture des inscriptions

Le site consacré aux inscriptions pour le congrès de la SELF XX-XXI 2019 :
Modes de Présence et Fonctions de l’écrivain dans la cité ; est maintenant ouvert: https://selfxx-xxi-2019.sciencesconf.org

Le congrès se tiendra à Caen du 12 au 14 septembre 2019.

Les frais d’inscription au congrès comprennent les déjeuners des jeudi 12 et vendredi 13 septembre.

Les inscriptions se font en ligne, rubrique « Inscription en ligne » du 23 avril au 1er juillet 2019. Il ne sera pas possible de s’inscrire sur place en septembre.

  • Pour les enseignants chercheurs et les chercheurs, l’inscription est de de 70€ jusqu’au 31 mai et de 80€, jusqu’au 1er juillet.

  • Pour les post-doctorants et les étudiants, l’inscription est de 35€ jusqu’au 1er juin et de 40€ jusqu’au 1er juillet (justificatif à envoyer à Catherine Bienvenu : catherine.bienvenu@unicaen.fr).

L’inscription au dîner de gala du vendredi 13 septembre est de : 35 €
Resturant : le Goût des Autres

Printemps Proustien (11-19 mai 2019)

Printemps Proustien, cent ans du Prix Goncourt décerné à Marcel Proust

Le Printemps Proustien, festival pluridisciplinaire, célèbre les cent ans du Prix Goncourt décerné à Marcel Proust. Dix jours de festivités culturelles et littéraires, de spectacles, d’animations et de rencontres, pour se plonger dans l’univers et l’époque de l’auteur d’À la recherche du temps perdu.

1919-2019, CENT ANS DU PRIX GONCOURT DÉCERNÉ À MARCEL PROUST

À l’initiative du Conseil Départemental d’Eure-et-Loir, le Printemps Proustien célèbre du 11 au 19 mai 2019 le centenaire du Prix Goncourt décerné 
à Marcel Proust pour À l’ombre des jeunes filles en fleurs.

Le fil rouge du festival est triple : Proust, le Goncourt et la Belle Époque.

Télécharger le programme

Pour plus d’information, le site du printemps proustien.

Continuer la lecture

COLLOQUE : LA MACHINE À HISTOIRES – PÉRIODISATION, FORMES & USAGES DES ÉCRITURES ROMANESQUES CONTEMPORAINES

23 mai 2019 au 25 mai 2019

23 et 24 mai 2019 :  Université Paris Nanterre, bâtiment SUFOM, salle de conférences,
puis  Maison de l’Etudiant.e.
25 mai 2019 : Université Sorbonne-Nouvelle, Maison de la recherche,
4 Rue des Irlandais, 75005 Paris 

Organisation : Anne-Sophie Donnarieix, Morgane Kieffer, Dominique Viart et Jochen Mecke

avec le soutien de l’Université Paris Nanterre, de l’ED 138, de la CAPE et du CSLF, de l’Institut Universitaire de France et de la Maison des Écrivains et de la Littérature.

Comité scientifique : Aurélie Adler, Wolfgang Asholt, Anne-Sophie Donnarieix, Morgane Kieffer, Jochen Mecke & Dominique Viart 

 Contacts : colloqueromanesque@gmail.com

Télécharger le programme du colloque et le programme des rencontres

Informations sur le campus de Nanterre.

Continuer la lecture

La Critique à l’écran II Filmer la littérature

Télécharger le programme complet

  • Jeudi 28 mars, Amphithéâtre de la Présidence, UPPA
  • Vendredi 29 mars, Médiathèque André Labarrère

Organisateurs : Sylvain Dreyer (UPPA) et Dominique Vaugeois (Rennes 2)

Comité scientifique :
Carole Aurouet (Université Paris-Est-Marne-la-Vallée),
Gilles Mouëllic (Université Rennes II),
Bernard Vouilloux (Sorbonne Universités)

Lors de la première édition de ce colloque intitulée « La critique à l’écran I – Les arts plastiques », nous entendions faire la lumière sur la notion de « film sur l’art », en mettant en avant la dimension critique de ce genre cinématographique. Cette nouvelle édition, abordera les « films sur la littérature », notion plus difficile à cerner et dont il n’est même pas sûr qu’elle constitue un genre. Est-ce parce que l’image audiovisuelle et la littérature ne bénéficient pas des liens de proximité qui peuvent exister entre deux médiums essentiellement visuels ? Ou, au contraire, parce que le film de fiction, par le biais de l’adaptation, entretient historiquement avec l’œuvre littéraire un riche compagnonnage qui monopolise l’attention portée aux relations entre littérature et cinéma ?

Continuer la lecture

Les Éditions du Seuil : colloque 4 et 5 avril 2019

Colloque international organisé par Sarah Clément, Hervé Serry et Dominique Viart

Les Éditions du Seuil : pratiques éditoriales en littérature et sciences humaines depuis 1980.

Les 4 et 5 avril 2019

Pôle Métiers du livre de St-Cloud
Amphithéâtre Annie Béthery

Télécharger le programme complet

Fondées en 1935, et dirigées pendant plus de quarante ans par Jean Bardet et Paul Flamand, les Éditions du Seuil sont restées indépendantes jusqu’en 2004. Après l’âge d’or, dans les années 60-70, d’une maison d’édition qui conciliait engagement, ligne éditoriale ambitieuse, et avant-gardisme dans le domaine de la littérature et des sciences humaines, de nombreux bouleversements l’ont affectée : multiples changements de direction ; départ en 1982 de sa revue emblématique Tel Quel, qui s’éteint pour renaître chez Denoël, puis chez Gallimard (sous le titre L’Infini)  ; rachat par La Martinière en 2004 ; déménagement en 2010 de ses locaux de la rue Jacob ; et enfin passage sous le contrôle de Média-Participations en 2017.

Alors que le catalogue du Seuil comporte plus de 16 000 titres et que la maison publie 350 nouveautés par an dans des secteurs très divers, la littérature et les sciences humaines continuent à cohabiter au sein d’un large éventail de collections prestigieuses : « Fiction & Cie », « Cadre rouge » et « Cadre vert », « Poétique », « La Librairie du XXIe siècle », « L’univers historique », « L’ordre philosophique », « La couleur des idées », « Champ freudien », etc. Comment les changements du paysage éditorial ont-ils pu modifier les pratiques des acteurs et influencer leurs choix de publication ? Comment le Seuil a-t-il pu s’adapter à ces transformations et garder un cap dans ce contexte ?

Continuer la lecture

Elseneur n°35 (2020), appel à contribution : Claude Simon

Le prochain numéro de la revue Elseneur sera consacré à l’œuvre de Claude Simon. Intitulé Claude Simon, passions du corps, il invite à renouveler, par le biais des passions, les nombreuses analyses consacrées aux corps dans cette œuvre.

  • Si l’on s’attache d’abord aux connotations amoureuses de ces passions, les analyses pourront porter sur les amours heureuses ou malheureuses, interrompues ou continues et sur les évocations des relations charnelles. Peuvent également faire l’objet d’études l’évolution de la définition de l’érotisme au fil des romans, et sa distinction d’avec la pornographie.
  • Si l’on revient à l’étymologie du mot passion lui-même, on fera surgir différents aspects de la souffrance ou de la douleur qui orientent la réflexion sur les motifs récurrents du corps malade, blessé ou mourant, et mettent en valeur le thème de la vulnérabilité des corps.
  • Si l’on entend passions dans le sens beaucoup plus large des émotions et des sentiments en tant qu’ils s’inscrivent sur le corps, on pourra s’intéresser à la manière dont l’écriture de Claude Simon scrute, parfois presque dans une optique clinique, les signes du chagrin, de la maladie et de la désagrégation ou, au contraire, image la bonne santé, l’entrain, voire la joie.
  • Ces représentations de corps blessés, vulnérables, aimants, entretiennent, on le sait, des liens multiples avec celles figurées dans les arts visuels. Les contributions pourront développer ce point qui met en lumière la conjonction entre les passions de Claude Simon pour les corps et pour les arts plastiques.
  • La transmission de ces passions au lecteur, c’est-à-dire l’efficacité pragmatique de l’écriture et l’expérience charnelle de la lecture constituent également des pistes de travail.

Toutes les perspectives critiques sont les bienvenues. Les articles pourront rendre compte de ces passions du corps par des analyses de textes ou d’images, aussi bien que par des formes essayistiques ou artistiques librement inspirées.

Comité de lecture

Marie-Paule Berranger (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Bruno Blanckeman (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Claude Coste (Université de Cergy-Pontoise), Brigitte Diaz (Université de Caen Normandie), Gérard Gengembre (Université de Caen Normandie), Laure Himy-Pieri (Université de Caen Normandie).

Les propositions d’une vingtaine de lignes accompagnées d’une courte notice biobibliographique sont à envoyer avant le 28 avril 2019 à marie.hartmann@unicaen.fr et à marie-helene.boblet@unicaen.fr

Remise des articles (entre 30000 et 35000 signes) : 15 juin 2019.