Archives de catégorie : Appel à contributions

Ruptures écocritiques, à l’avant-garde ELFe 11 (appel 31 mai 21)

Elfe XX-XXI, été 2022 : « Ruptures écocritiques, à l’avant-garde »

Olivier PENOT-LACASSAGNE (dir.)

Modalités de participation

Les propositions, d’environ deux pages rédigées, enrichies d’une bibliographie indicative, devront être adressées avant le 31 mai 2021 à l’adresse suivante :

olivier.penot-lacassagne@sorbonne-nouvelle.fr

Les auteurs et autrices seront informé.e.s des résultats fin juin 2021. Une première version des articles devra être rendue le 31 décembre 2021.

Télécharger le texte de l’appel

Informations aux auteurs (site de la revue ELFe XX-XXI)

Ruptures écocritiques, à l’avant-garde

« La dénonciation du passé ne peut tenir lieu de penser », écrit Isabelle Stengers dans Civiliser la modernité[1] ? Le ravage de la biosphère multiplie pourtant les raisons de refuser de reconduire l’existant ; il impose de changer le cours des choses, de reconsidérer les savoirs, de reprendre langue avec le vivant. L’état du monde est si dégradé qu’il nous faut maintenant « apprendre à vivre dans les ruines [2] », ruines qu’il s’agit de penser/panser.

Comment répondre, donc, aux mutations en cours, comment négocier le tournant radical où nous sommes engagés « sans se voir aussitôt accusé de tenir un “discours apocalyptique” ou, dans une version plus atténuée, un “discours catastrophiste[3]” » ? Peut-on encore discourir comme les Modernes qui, Bruno Latour l’a montré[4], ont « raté le monde » et « perdu la Terre » ? Continuer la lecture

Expériences. Congrès 2022 de la Société d’étude de la littérature de langue française du XXe et du XXIe siècles (appel pour le 01/09/21)

Congrès bisannuel 2022 de la Société d’étude de la littérature de langue française du XXe et du XXIe siècles (SELF XX-XXI)

  • Date limite pour les propositions : 1er septembre 2021.
  • Réponse : 30 octobre 2021.
  • Programme : 30 janvier 2022.
  • Congrès à Paris : Jeudi 16 – Samedi 18 juin 2022.

Lieu du congrès : Maisons de la recherche de Sorbonne Université et de l’Université Sorbonne Nouvelle ; Université Paris-Diderot

Comité scientifique : Université Sorbonne Nouvelle : Marie-Paule Berranger et Alexandre Gefen ; Sorbonne Université : Sophie Basch et Bernard Vouilloux ; Université Paris – Nanterre : Laurence Campa et Dominique Viart ; Université Paris Diderot : Hélène Baty-Delalande, Cécile De Bary et Dominique Rabaté.

Coordination : Alexandre Gefen, vice-président de la SELF XX-XXI.

Argument : 

Du Grand Jeu aux écritures blanches, du Nouveau Roman à la non-fiction, de l’unanimisme au lettrisme ou à l’afropolitanisme, de la littérature blanche au livre de jeunesse, du calligramme à l’hypertexte, inventant des formes et des dispositifs qui rivalisent d’originalité et s’hybrident avec virtuosité à tous les médias et à tous les discours, faisant même l’expérience du livre hors du livre, la littérature a fait de l’expérimentation sa valeur suprême, transformant l’originalité romantique en un principe de constante effraction.

Mais qu’elle veuille dire les expériences limites ou parler de l’expérience ordinaire, la préoccupation de la littérature a été autant existentielle qu’esthétique : comment penser l’expérience, si celle-ci peut être aussi bien un acquis qu’une aventure ? Expériences de sortie de soi sous mescaline de Michaux ou expérience intérieure mystique de Bataille, expérience concentrationnaire ou expérience dépressive, expérience de l’infra-ordinaire avec Perec, expérience de la négritude chez Césaire, l’écrivain moderne a fait de sa vie personnelle une expérience littéraire. Il a renouvelé les formes d’écriture du sujet tout autant que celles de la communauté : des surréalistes au Comité invisible en passant par la revue Souffles, les expériences collectives, utopies imaginées ou projet collectif concret, groupe, chapelle, mouvement ou revue, formes variées de rencontres culturelles et de créolisation ont jalonné le long XXe siècle – un siècle d’expériences donc que le XXIe poursuit à sa manière par son exigence de dévoilement et de transformation sociale et politique. 

« La littérature transmet du passé ce qui est significatif dans l’expérience présente et prophétique du mouvement plus large de l’avenir » écrivait John Dewey dans L’Art comme expérience (1934) pour témoigner de l’immense ambition de la littérature de son siècle à représenter tout ce qui est et dont l’humain peut faire l’expérience comme à imaginer par des expériences de pensée tout ce qui sera. De la modernité triomphante aux réinventions contemporaines de la littérature comme forme d’enquête, de relation ou d’intervention, la littérature française et francophone a bien voulu tout essayer, tout expérimenter. C’est ce projet immense que de multiples approches pourront explorer durant ce congrès, qu’elles s’intéressent à l’expérience vécue, dite, racontée, imaginée, ou aux dispositifs et aux formes de l’expérimentation elle-même, qu’il s’agisse de décrire des expériences au présent ou au passé, de revenir sur des expériences incarnées ou de s’intéresser à des expérimentations numériques, qu’on veuille les approcher au plus près de la langue ou au contraire par un regard historique, sociologique ou bien encore ethnographique sur le littéraire.

Propositions :

Cet appel s’adresse aussi bien aux chercheurs qu’aux doctorants en littérature française et francophone des XXe et XXIe siècles. 

Les propositions peuvent être individuelles ou sous forme de panels thématiques (3 à 5 intervenants).

Merci d’envoyer une proposition de 3000-5000 signes et espaces accompagnée d’une brève notice biographique à congresself2022@gmail.com pour évaluation par le comité scientifique et la SELF XX-XXI.

Organisation :

Les participants devront prendre en charge leurs voyage et leur hébergement à Paris. La participation au colloque comprend la cotisation à la SELF XX-XXI : 50 € pour les chercheurs et 30 € pour les étudiants.

Nouvelles interdisciplinarités des études littéraires (XXe-XXIe siècles) (Appel 15/05/21)

Journée d’étude « Jeunes chercheur.se.s » de la SELF XX-XXI

Date limite : 15 mai 2021
Date du colloque : 27 novembre 2021
Lieu : Ecole normale supérieure (Paris)
Responsables : Aurélien d’Avout (Université de Rouen), Esther Demoulin (Sorbonne Université)
Comité scientifique : Aurélien d’Avout (Université de Rouen); Marie-Hélène Boblet (Université de Caen); Aude Bonord (Université d’Orléans); Guillaume Bridet (Université de Dijon); Esther Demoulin (Sorbonne Université); Jean-Louis Jeannelle (Sorbonne Université)

 

Nouvelles interdisciplinarités des études littéraires (XXe-XXIe siècles)

Télécharger le texte complet de l’appel 

L’objectif de cette journée d’étude de la SELF consiste à sonder les nouvelles pratiques de l’interdisciplinarité, telles qu’elles sont mises en œuvre par les jeunes chercheur.se.s en littérature des XXe et XXIe siècles, dans le cadre de leurs différents travaux et de leur thèse en particulier. Les intervenant.e.s sont ainsi invité.e.s à présenter la nature, la genèse et la portée de leurs recherches passe-frontières ; à exposer leurs manières de faire (disciplines convoquées, astuces méthodologiques inventées) comme leurs manières de vivre (sociabilités construites, lieux de savoirs fréquentés) cette interdisciplinarité. Entendue comme « un certain rapport d’unité, de relations et d’actions réciproques […] entre diverses branches du savoir[1] », celle-ci présente souvent un rôle fondateur dans la construction d’un parcours intellectuel et dans les rencontres qu’elle induit.

L’encouragement à convoquer des disciplines plurielles ou à élaborer a minima des projets transversaux n’est pas nouveau et provient parfois de l’auteur ou de l’objet d’étude choisi. Pour autant, les cartes se trouvent rebattues depuis le dernier quart du XXe siècle sous l’effet de plusieurs tendances, à commencer par la légitimation accrue des studies anglo-saxonnes, qu’elles soient déjà assez anciennes (postcolonial et gender studies par exemple) ou plus récentes (animal, environmental, trauma studies, etc.). En cherchant à revaloriser de manière parfois militante la place des récits issus des minorités, celles-ci ont réorganisé la topographie traditionnelle des échanges disciplinaires en favorisant de nouvelles combinaisons épistémologiques ainsi que la création de nouveaux sous-champs dans la recherche littéraire (à l’exemple de l’écocritique ou de la zoopoétique). Plus récemment, l’intérêt pour la littérature mondiale, le développement des humanités numériques et surtout le dialogue entre littérature et sciences cognitives – dont le mérite est de renouveler l’appréhension du processus créatif comme de l’acte de la lecture[2] – redessinent les contours des pratiques interdisciplinaires en ouvrant la voie à des corpus inédits.

Pour autant, les sollicitations se révèlent parfois contradictoires. Il faut en effet prendre en compte la pression toujours plus forte exercée sur les doctorant.e.s, sommé.e.s d’achever leur thèse « nouveau régime » dans des délais raccourcis – idéalement en trois ans, à l’instar du calendrier privilégié dans le domaine des sciences « dures » – qui vont à l’encontre de l’investissement temporel exigé par l’interdisciplinarité (pour le rattrapage de connaissances dans l’une ou l’autre discipline, pour la mise en place d’un compromis méthodologique, pour la pensée de leur articulation théorique, etc.). Celle-ci ne va pas donc sans heurts, méthodologiques ou institutionnels, pour des jeunes chercheur.se.s tantôt encouragé.e.s, tantôt mis.e.s en garde dans cette voie, au risque de devenir « potentiellement suspects de dispersion[3] » ou de ne pas répondre aux critères du Conseil national des universités (CNU), composé d’autant de sections que de disciplines.

Comment les jeunes chercheur.se.s en littérature d’aujourd’hui composent-il.elle.s avec une telle donne et dans quelle mesure s’inspirent-il.elle.s malgré tout des nouvelles interdisciplinarités pour faire de leur thèse une aire de créativité ? Continuer la lecture

« La ville dans les fictions climatiques » Programme Parvis 22 janvier 2021

Colloque international organisé dans le cadre du programme PARVIS de l’I-Site FUTURE consacré aux imaginaires urbains futuristes.

Date limite : 22 janvier 2021
Date du colloque : 5-7 mai 2021
Lieu : université Gustave Eiffel  ou en ligne
Responsables : Irène Langlet ; Nadège Pérelle
Comité scientifique : Carl Abbott, Portland State University (Etats-Unis) ; Lieven Ameel, Université de Turku (Finlande) ; Sébastien Févry, Université Catholique de Louvain (Belgique) ; Adeline Johns-Putra, Xi’an Jiaotong-Liverpool University à Suzhou (Chine) ; Isabelle Krzywkowski, Université Grenoble Alpes ; Irène Langlet, Université Gustave Eiffel Allison Mackey, Universidad de la República (Uruguay); Andrew Milner, Monash University (Australie) ; Soline Nivet, École nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais ; Antoine Picon, École des Ponts ParisTech / Harvard ; Matthew Scheider-Mayerson, Yale-NUS College (Etats-Unis) ; Pierre Schoentjes, Université de Gand (Belgique).

Télécharger le texte complet de l’appel (avec bibliographie).

Les villes futuristes, présentes depuis longtemps dans la littérature utopique ou de science-fiction, sont encore peu représentées dans les corpus des études littéraires urbaines. Pour Carl Abbott, les stéréotypes du cinéma de SF peuvent expliquer cette étonnante absence, dans le sens où ils imposent la vision d’une ville « méga-machinique » dans des histoires consistant la plupart du temps à les démolir à l’aide de coûteux effets spéciaux. Mais cet urbaniste érudit de la SF s’applique précisément à montrer comment l’« imagination du désastre » de la ville SF peut s’organiser en prototypes urbains futuristes : « ville prison » et « ville envahie par les mauvaises herbes », « ville catastrophe » incendiée ou inondée, « cité désertée » et « cité mosaïque »… Bon nombre de ces synopsis se retrouvent d’ailleurs dans les fictions climatiques en général.

Fictions climatiques : ce nom de genre, d’abord apparu en anglais (climate fiction, abrégée cli-fi), désigne un vaste ensemble d’histoires impliquant une prise en compte, directe ou indirecte, de la crise climatique. Naguère simple décor, la crise est désormais un levier narratif, ou le thème principal de ces fictions. Cela peut aller de la fiction post-apocalyptique au roman-catastrophe, du thriller scientifique à la hard science-fiction pure et dure ; mais on y trouve aussi des polars, des romans noirs, des romans sentimentaux, des teen-novels, et de la littérature blanche, ou « générale » (Langlet, 2020). Le prisme des fictions urbaines met nettement en évidence l’héritage science-fictionnel de ce genre récemment popularisé, mais observer la ville dans la cli-fi fait émerger bien d’autres références, que l’on pense à la philosophie du flâneur (Baudelaire, Benjamin), aux montages-collages manifestant dans les arts le kaléidoscope existentiel de la ville moderne (Dos Passos, Döblin, Aragon), les contrastes entre la vue du gratte-ciel et l’expérience de la ville au sol et de son labyrinthe de signes (De Certeau). 

Continuer la lecture

« Littératures du faux » Colloque international (Regensburg) 18-20 juin 2020

Colloque international organisé dans le cadre des « Rencontres allemandes de la littérature contemporaine » (RALC, 2ème édition) à l’Université de Regensburg du 18 au 20 juin 2020

Organisation : Jochen Mecke et Anne-Sophie Donnarieix

Lieu : Université de Regensburg

Date d’envoi des propositions : 15 février 2020

Entre imitation et contrefaçon, supercherie et mystification, les circuits de la fiction contemporaine conduisent les lecteurs et lectrices sur des sentiers souvent semés d’embûches. Jouant avec une fascination pour le faux qui exploite toute la polysémie du terme, de nombreux romans mettent en scène des régimes fondés sur le simulacre, l’inauthentique, l’erroné. Car le faux n’est pas simplement l’avatar de l’erreur (ou du mensonge), il engage aussi un système de reproduction fondé sur l’imitation plus ou moins fidèle, et sur l’idée d’une authenticité déviée, inventée, virtualisée, voire récusée. De la virtuose réfutation du Nouveau Monde chez Pierre Senges (La Réfutation majeure) au faux-roman d’Éric Chevillard (Défense de Prosper Brouillon) ou au célèbre et inexistant tableau révolutionnaire de Pierre Michon (Les Onze), des hétéronymes d’Antoine Volodine aux parodies de l’Histoire chez Alain Fleischer (La Hache et le violon, Imitation), des avatars virtuels chez Camille Laurens (Celle que vous croyez) aux doubles post-humains chez Michel Houellebecq (La Possibilité d’une île) ou aux effets d’(auto-)aliénation sociale chez Marie NDiaye (Autoportrait en vert, Ladivine), le faux attire par sa puissance à la fois facétieuse et fallacieuse, ludique et inquiétante. Le colloque souhaite examiner cette notion qui cristallise les relations complexes que la littérature contemporaine entretient avec ses modèles – réels comme littéraires, factuels comme fictionnels.

Continuer la lecture

Appel à contribution : Numéro 9 de la revue ELFe XX-XXI, 2020 (nouvelle échéance 15 septembre)

Dire et lire les vulnérabilités contemporaines 

Les propositions d’une vingtaine de lignes accompagnées d’une courte notice biobibliographique sont à envoyer avant le 15 septembre 2019 à anne.gourio@unicaen.fret à marie-helene.boblet@unicaen.fr

Remise des articles (entre 30000 et 35000 signes) : 15 avril 2020.

Argumentaire

Dans les années 1990/2000, à mesure que s’accroissait « la société du risque » (Beck, 1986), le concept de vulnérabilité a émergé dans différents champs, des sciences humaines et sociales au droit pénal et civil. Porté par la fin des « grands récits », la crise de l’idée émancipatrice du Progrès, il coïncide avec un nouveau régime d’historicité, fait d’une extrême incertitude à l’égard d’un présent de plus en plus instable et d’un avenir de moins en moins prévisible. Alors que la grille interprétative des Trente Glorieuses portait essentiellement sur la capacité des individus, leur autonomie et leur responsabilité, l’approche des difficultés existentielles par une notion qui ne relève ni d’une ontologie de la personne ni d’une pensée de la maîtrise présuppose d’envisager un mode relationnel d’interdépendance qui excède les relations verticales de domination et les rapports horizontaux de désaffiliation.

 La notion de vulnérabilité qui s’est imposée à la fin du XXe siècle offre une vision élargie des multiples sources de fragilité, outre les privations matérielles, la précarité ou l’exclusion. Par-delà les guerres, le chômage de masse ou les déviances de la démocratie néo-libérale, elle s’ouvre à l’inquiétude du sujet à la fois intime et social, affectif et affecté, confirmant l’attention nouvellement portée à l’endroit des émotions.

Continuer la lecture

Elseneur n°35 (2020), appel à contribution : Claude Simon

Le prochain numéro de la revue Elseneur sera consacré à l’œuvre de Claude Simon. Intitulé Claude Simon, passions du corps, il invite à renouveler, par le biais des passions, les nombreuses analyses consacrées aux corps dans cette œuvre.

  • Si l’on s’attache d’abord aux connotations amoureuses de ces passions, les analyses pourront porter sur les amours heureuses ou malheureuses, interrompues ou continues et sur les évocations des relations charnelles. Peuvent également faire l’objet d’études l’évolution de la définition de l’érotisme au fil des romans, et sa distinction d’avec la pornographie.
  • Si l’on revient à l’étymologie du mot passion lui-même, on fera surgir différents aspects de la souffrance ou de la douleur qui orientent la réflexion sur les motifs récurrents du corps malade, blessé ou mourant, et mettent en valeur le thème de la vulnérabilité des corps.
  • Si l’on entend passions dans le sens beaucoup plus large des émotions et des sentiments en tant qu’ils s’inscrivent sur le corps, on pourra s’intéresser à la manière dont l’écriture de Claude Simon scrute, parfois presque dans une optique clinique, les signes du chagrin, de la maladie et de la désagrégation ou, au contraire, image la bonne santé, l’entrain, voire la joie.
  • Ces représentations de corps blessés, vulnérables, aimants, entretiennent, on le sait, des liens multiples avec celles figurées dans les arts visuels. Les contributions pourront développer ce point qui met en lumière la conjonction entre les passions de Claude Simon pour les corps et pour les arts plastiques.
  • La transmission de ces passions au lecteur, c’est-à-dire l’efficacité pragmatique de l’écriture et l’expérience charnelle de la lecture constituent également des pistes de travail.

Toutes les perspectives critiques sont les bienvenues. Les articles pourront rendre compte de ces passions du corps par des analyses de textes ou d’images, aussi bien que par des formes essayistiques ou artistiques librement inspirées.

Comité de lecture

Marie-Paule Berranger (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Bruno Blanckeman (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Claude Coste (Université de Cergy-Pontoise), Brigitte Diaz (Université de Caen Normandie), Gérard Gengembre (Université de Caen Normandie), Laure Himy-Pieri (Université de Caen Normandie).

Les propositions d’une vingtaine de lignes accompagnées d’une courte notice biobibliographique sont à envoyer avant le 28 avril 2019 à marie.hartmann@unicaen.fr et à marie-helene.boblet@unicaen.fr

Remise des articles (entre 30000 et 35000 signes) : 15 juin 2019.

La machine à histoires. Périodisation, formes & usages des écritures romanesques contemporaines. (Appel 20.09.18)

Appel à communication pour le colloque « La machine à histoires. Périodisation, formes & usages des écritures romanesques contemporaines. » (20 septembre 2018)

Date limite : 20 septembre 2018
Date du colloque : 23, 24 et 25 mai 2019
Lieu : université Paris Nanterre
Responsables : Anne-Sophie Donnarieix, Morgane Kieffer, Jochen Mecke & Dominique Viart.
Comité scientifique : Aurélie Adler, Wolfgang Asholt, Anne-Sophie Donnarieix, Morgane Kieffer, Jochen Mecke & Dominique Viart.

Télécharger le texte complet de l’appel

Ce colloque a pour ambition de revenir à une notion si vaste qu’il est souvent jugé prudent d’éviter de l’affronter : le romanesque. Il s’agira d’abord de proposer une lecture des pratiques romanesques contemporaines en se défaisant des étiquettes et groupements institués dans la première décennie du « contemporain », pour évaluer ce champ selon une dimension diachronique (peut-on proposer une périodisation des écritures romanesques depuis le seuil accepté des années 1980 ?) et une dimension synchronique (quelles lignes de force peut-on tracer parmi un corpus vaste et hétérogène, sans se satisfaire des effets de famille toujours labiles ?). Par ce prisme, nos réflexions pourront permettre un retour réflexif sur nos pratiques critiques, et une discussion des seuils historiques et des ensembles esthétiques établis.

Le schème du « retour » est en effet devenu un lieu commun du discours critique sur le contemporain. À l’opposé du geste de la table rase revendiqué par les avant-gardes, celui-ci reviendrait à des formes qu’elles auraient délaissées. Toutefois, face à cette approche générationnelle, qui situe les auteurs contemporains dans l’héritage paradoxal des avant-gardes entre réticence au roman et élan romanesque, la recherche la plus récente travaille à remettre au jour les liens qui perdurent de part et d’autre de cette borne, pour des filiations et des sillages au long terme. Continuer la lecture

La critique à l’écran II : filmer la littérature (appel à communication 01/09/18)

Colloque international –

La critique à l’écran II : filmer la littérature

Date limite : 1er septembre 2018
Organisé par l’UPPA – Université de Pau et des pays de l’Adour, ALTER (Arts/Langages : Transitions et Relations), Médiathèque André Labarrère et Cinéma Le Méliès
Date du colloque : Jeudi 28 et vendredi 29 mars 2019
Responsables : Sylvain Dreyer, Dominique Vaugeois
Comité scientifique : Carole Aurouet (Université Paris-Est-Marne-la-Vallée), Gilles Mouëllic (Université Rennes II), Bernard Vouilloux (Sorbonne Université)

Lire le texte complet de l’appel à contributions

Lors de la première édition de ce colloque intitulée « La critique à l’écran I – Les arts
plastiques », nous entendions faire la lumière sur la notion de « film sur l’art », en
mettant en avant la dimension critique de ce genre cinématographique. Cette nouvelle
édition, abordera les « films sur la littérature », notion plus difficile à cerner et dont il
n’est même pas sûr qu’elle constitue un genre. Est-ce parce que l’image audiovisuelle et
la littérature ne bénéficient pas des liens de proximité qui peuvent exister entre deux
médiums essentiellement visuels ? Ou, au contraire, parce que le film de fiction, par le
biais de l’adaptation, entretient historiquement avec l’œuvre littéraire un riche
compagnonnage qui monopolise l’attention portée aux relations entre littérature et
cinéma ? Continuer la lecture

Ombres et transparences (appel 8 juillet 2018)

Appel à communications pour la Journée des doctorants et jeunes chercheurs de la SELF XX-XXI (8 juillet 2018)

Francis Picabia. Transparence (1932). Tous droits réservés.

Date limite : 8 juillet 2018
Organisé par la SELF XX-XXI
Date de la journée d’études : 10 novembre 2018
Lieu : Salle du conseil, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, 75005 (Paris 3 Sorbonne Nouvelle)
Responsables : Aude Leblond, Solenne Montier, Anysia Troin-Guis

Comité scientifique : Frédéric Martin-Achard (Université Jean Monnet Saint-Etienne) ; Béatrice Bloch (Université Bordeaux Montaigne) ; Anne Gourio (Université Caen Normandie); Philippe Ortel (Université Bordeaux Montaigne) ; Claude Perez (Université Aix-Marseille) ; Anne-Christine Royère (Université Reims Champagne-Ardenne) ; Bernard Vouilloux (Université Paris IV Sorbonne)

Lire le texte complet de l’appel à contributions

Présent dans les imaginaires politiques de la Révolution française, encouragé par les progrès techniques au fil du XIXe siècle, redoublé par la naissance de la psychanalyse et de la radiographie à l’aube du XXe siècle, le désir de transparence n’a cessé de gagner en ampleur durant le XXe siècle jusqu’à aujourd’hui. Le domaine contemporain de la « communication », qu’elle soit entendue comme fait – c’est-à-dire une interaction, médiatisée ou non, à l’échelle individuelle ou institutionnelle – ou, dans son emploi le plus usuel, comme compétence, confirme que la transparence ne relève plus seulement d’un imaginaire mais d’une véritable idéologie.

Cette journée d’études invite à examiner la manière dont la littérature s’est saisie de cet imaginaire du XXe siècle jusqu’au XXIe siècle. Le champ littéraire semble opposer aux excès possibles de la transparence des zones d’ombre et des réserves, qu’elle fait valoir à travers l’attention portée aux non-dits, la tentation de l’illisibilité, la défense de l’invisibilité ou encore l’exploration du silence. Ce sont ces choix tout à la fois esthétiques et éthiques qu’il s’agira d’analyser au sein des différents supports et formes d’écritures narratives, théâtrales et poétiques de la littérature française et francophone du XXe et du XXIe siècle.

Appel « Modes de Présence et Fonctions de l’écrivain dans la cité », 1er juillet 2018 : Congrès international 2019 de la SELF XX-XXI

Modes de Présence et Fonctions de l’écrivain dans la cité

CONGRES INTERNATIONAL 2019 DE LA SOCIÉTÉ D’ÉTUDE DE LA LITTÉRATURE DE LANGUE FRANÇAISE DU XXe ET DU XXIe SIÈCLES

Date limite de proposition : 1er juillet 2018

Responsabilité scientifique : Société d’étude de la littérature et de la langue française du XXe et du XXIe siècles et LASLAR (Université de Caen)

Coordination : Marie-Hélène Boblet (LASLAR) et Simon Bréan (CELLF UMR 8599).

Lieu : Université de Caen

Date : 12-13-14 septembre 2019 (3 jours).

Propositions à envoyer sous forme individuelle ou sous forme de panels thématiques (3 à 5 intervenants)

Les propositions (une demi-page) sont à transmettre aux adresses marie-helene.boblet@unicaen.fr  et simon.brean@paris-sorbonne.fr avant le 1er juillet 2018. Les réponses seront données au 30 septembre 2018. Les textes des communications acceptées seront à remettre avant le colloque, pour le 1er septembre 2019. Cet appel s’adresse aussi bien aux chercheurs qu’aux doctorants en littérature française et francophone des XXe et XXIe siècles.

Appel à communication (télécharger)

Depuis la fin du xxe siècle et le début du XXIe siècle, les modes de présence des écrivains et les modalités de leurs interventions dans la cité se sont modifiés. Le 2e Congrès de la Société d’étude de la littérature de langue française XX-XXI se donne pour objectif d’identifier et d’analyser les nouvelles pratiques et les configurations contemporaines, afin de les replacer dans le temps long de l’histoire littéraire du xxe siècle. Continuer la lecture

Appel 31 octobre 2017 – Colloque L’écriture « entre deux mondes » de Marie Darrieussecq

Colloque international

 L’écriture  « entre deux mondes »  de Marie Darrieussecq

Université de Lorraine-Metz – Université de Paris –Sorbonne

Date limite de proposition31 octobre 2017

Date des journées : 26 (Metz) et 29 janvier 2018 (Paris)

Responsables : Karine Germoni, STIH, Université Paris-Sorbonne ; Sophie Milcent-Lawson, CREM, Université de Lorraine ; Cécile Narjoux, STIH, Université Paris-Sorbonne

Comité scientifique :  Bruno Blanckeman (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3), Jacques Durrenmatt (Université Paris-Sorbonne), Simon Kemp (Somerville College, Oxford, Grande-Bretagne), Anne Simon (EHESS, CNRS, Paris), Bruno Thibault (Université du Delaware, Etats-Unis). Dominique Viart (Université Paris Ouest-Nanterre)

Télécharger l’appel – la langue de Darrieussecq

Frais d’inscription

La participation au colloque implique le paiement des droits d’inscription, à savoir :

  • 30 € pour les chercheurs titulaires
  • 15 € pour les doctorants

Les frais d’inscription couvrent la participation aux deux journées de colloque, aux deux déjeuners et au dîner du vendredi soir. Les frais de déplacement et d’hébergement sont laissés à la charge des participants.

Colloque ouvert au public (gratuit, pas d’inscription nécessaire).

Argumentaire

Après les recueils de contributions consacrés à « la langue » de Sylvie Germain (EUD, 2010), à celle de Laurent Mauvignier (EUD, 2012), d’Éric Chevillard (EUD, 2013) et de Jean Rouaud (EUD, 2015), il s’agit de poursuivre l’investigation du matériau langagier dans ses réalisations et ses singularisations littéraires les plus contemporaines.

À cet égard, l’œuvre de Marie Darrieussecq, a retenu notre attention. Auteur fidèle à POL, depuis son premier roman Truismes, paru en 1986, suivi depuis de 15 autres (le dernier en cette rentrée littéraire 2017 Notre vie dans les forêts), d’une pièce de théâtre (Le Musée de la mer, 2009), d’une biographie (Être ici est une splendeur. Vie de Paula M.Becker, P.O.L, 2016), de plusieurs romans pour la jeunesse, Marie Darrieussecq a aussi questionné la langue à ses frontières par l’entremise de ses nombreuses traductions mais aussi au travers de sa réflexion sur l’art, comme en témoignent sa production textuelle et photographique ininterrompue sur la création moderne et contemporaine depuis 1998. Continuer la lecture

Appel 30 avril 2016 « André Beucler par voie d’affiche : littérature, cinéma, radio, publicité » : Journées d’études

André Beucler par voie d’affiche : littérature, cinéma, radio, publicité

Journées d’études – Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Date limite de proposition : 30 avril 2016

Dates des journées : 18-19 novembre 2016

Journées organisées par l’axe « Interférences de la littérature, des arts et des medias » (CSLF EA-1586, Université Paris Ouest-Nanterre), le « Centre Jacques-Petit » (ELLIAD EA-4661, Université de Franche-Comté) et l’ANR LITTéPUB (« Littérature publicitaire et publicité littéraire de 1830 à nos jours »), en collaboration avec l’Association André Beucler (www.andrebeucler.com)

Responsables : Myriam Boucharenc et Bruno Curatolo

Comité scientifique : Roland Beucler, Myriam Boucharenc, Bruno Curatolo, Claude Leroy.

Argumentaire

André Beucler (1998-1985) est sans doute aujourd’hui plus connu du grand public pour avoir partagé l’affiche avec Jean Gabin (en tenue de Spahi) dans le film de Grémillon, adapté de son roman Gueule d’amour, que comme romancier-phare des Années folles. Entré en littérature en 1925 par la grande porte des éditions Gallimard avec La Ville anonyme, ce jeune auteur du groupe des « moins de trente ans » enchaîne alors nouvelles et romans : Entrée du désordre (1925), Le Pays neuf (1927), La Belle de banlieue (1927), Le Mauvais Sort (1928), À droite par quatre (Émile-Paul, 1930)… Aussitôt salué par la critique comme un « incomparable montreur d’images » (Georges Poupet), un « extraordinaire tempérament de rêveur » (Pierre Bonardi), il s’attire l’admiration enthousiaste de Paul Morand et de… Charlie Chaplin, qui reconnaissent tous deux en lui un puissant maître du hasard. L’attrait de ses personnages pour le fortuit, l’errance et parfois la dérive, un sens de l’insolite et du désaxement amoureux qui ne va pas sans un certain goût de la perte, en font un écrivain en phase avec la modernité romanesque des années vingt, entée sur l’ethos poétique. Pourtant lorsque paraît à la date peu opportune de septembre 1939 son roman à clé, La Fleur qui chante, André Beucler n’est déjà plus le « grand romancier de demain » pressenti dix ans plus tôt par André Rousseaux. Continuer la lecture

Appel « Figures et figurations des terroristes : enjeux postcoloniaux » 30 juin 2016

Colloque international : Figures et figurations des terroristes : enjeux postcoloniaux

Date limite de proposition : 30 juin 2016

Dates du colloque: 23-24 mars 2017

Lieu : Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Organisateurs : Elara Bertho, Catherine Brun et Xavier Garnier, (UMR 7172/THALIM, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

Comité scientifique
Catherine Coquio (Paris Diderot)
Dominique Combe (Ens Ulm)
Jane Hiddleston (Oxford University)
François Zabbal (Institut du Monde Arabe)

L’ère du terrorisme global dans laquelle nous sommes entrés a mis en scène de redoutables figures publiques dont le potentiel de fascination reste à interroger. Les T-shirts à l’effigie de Ben Laden se portaient très couramment en Afrique subsaharienne dans les années 2000, après les événements du 11 septembre, comme si la charge sulfureuse de ce personnage avait été aussitôt assimilée et neutralisée par le corps social. Cette nouvelle configuration des réseaux d’appartenances à l’échelle mondiale autour des actes terroristes n’est sans doute pas étrangère aux enjeux potscoloniaux du monde contemporain et à la façon dont les logiques impériales perturbent les identités et les jeux d’identifications. Nous proposons d’interroger dans ce colloque la pertinence de la dimension potscoloniale du terrorisme mondialisé. Continuer la lecture

Appel « Extension du domaine des lettres », 15 juillet 2016 : Congrès international 2017 de la Société d’Étude de la Littérature de Langue Française du XXe et du XXIe siècles

Extension du domaine des lettres

CONGRES INTERNATIONAL 2017 DE LA SOCIÉTÉ D’ÉTUDE DE LA LITTÉRATURE DE LANGUE FRANÇAISE DU XXe ET DU XXIe SIÈCLES

René Magritte, « Le chef-d’œuvre ou les mystères de l’horizon » (1955, tous droits réservés)

Date limite de proposition : 15 juillet 2016

Dates du congrès : 14-15-16 septembre 2017 (3 jours)

Lieu : Aix en Provence et Marseille

Responsabilité scientifique : Société d’étude de la littérature de langue française du XXe et du XXIe siècles et CIELAM (Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille, EA4235).

 

Coordination : Claude Pérez (CIELAM) & Alexandre Gefen (SELF XX-XXI).

Propositions à envoyer sous forme individuelle ou sous forme de panels thématiques (3 à 5 intervenants)
Les propositions (une demi-page) sont à transmettre aux adresses cld.perez@orange.fr et gefen@fabula.org avant le 15 juillet 2016.
Les réponses seront données au 30 septembre 2016.

Les textes des communications acceptées seront à remettre avant le colloque, pour le 1er septembre 2017.

Cet appel s’adresse aussi bien aux chercheurs qu’aux doctorants en littérature française et francophone des XXe et XXIe siècles.

Appel à communication

« Que peut encore la littérature ?… » La question de l’épuisement de la littérature, de son impouvoir, de sa légitimité perdue, sinon même de sa fin, ne cesse de revenir aujourd’hui dans le débat public, au moment même où émergent de nouveaux usages et de nouvelles pratiques sociales, des ateliers d’écriture à la bibliothérapie, ainsi que des formes inattendues de création.

Conjointement, la question de l’enseignement de cette même littérature a été beaucoup agitée dans notre corporation depuis une quinzaine d’années. La baisse des effectifs dans les départements de lettres, en France comme dans plusieurs autres pays, les difficultés de leurs diplômés à trouver des emplois, les reconfigurations vers des modes de travail transdisciplinaires en « humanités » (voire en collaboration avec des sciences « dures » : sciences cognitives, informatique, etc.) — pèsent évidemment sur les débats.

Le propos sera d’interroger cette rénovation (possible ? souhaitable ?) du domaine des lettres : Continuer la lecture