Archives de catégorie : ELFe XX-XXI

Appel à contribution : Numéro 9 de la revue ELFe XX-XXI, 2020 (nouvelle échéance 15 septembre)

Dire et lire les vulnérabilités contemporaines 

Les propositions d’une vingtaine de lignes accompagnées d’une courte notice biobibliographique sont à envoyer avant le 15 septembre 2019 à anne.gourio@unicaen.fret à marie-helene.boblet@unicaen.fr

Remise des articles (entre 30000 et 35000 signes) : 15 avril 2020.

Argumentaire

Dans les années 1990/2000, à mesure que s’accroissait « la société du risque » (Beck, 1986), le concept de vulnérabilité a émergé dans différents champs, des sciences humaines et sociales au droit pénal et civil. Porté par la fin des « grands récits », la crise de l’idée émancipatrice du Progrès, il coïncide avec un nouveau régime d’historicité, fait d’une extrême incertitude à l’égard d’un présent de plus en plus instable et d’un avenir de moins en moins prévisible. Alors que la grille interprétative des Trente Glorieuses portait essentiellement sur la capacité des individus, leur autonomie et leur responsabilité, l’approche des difficultés existentielles par une notion qui ne relève ni d’une ontologie de la personne ni d’une pensée de la maîtrise présuppose d’envisager un mode relationnel d’interdépendance qui excède les relations verticales de domination et les rapports horizontaux de désaffiliation.

 La notion de vulnérabilité qui s’est imposée à la fin du XXe siècle offre une vision élargie des multiples sources de fragilité, outre les privations matérielles, la précarité ou l’exclusion. Par-delà les guerres, le chômage de masse ou les déviances de la démocratie néo-libérale, elle s’ouvre à l’inquiétude du sujet à la fois intime et social, affectif et affecté, confirmant l’attention nouvellement portée à l’endroit des émotions.

Continuer la lecture