Archives de catégorie : ELFe XX-XXI

Ruptures écocritiques, à l’avant-garde ELFe 11 (appel 31 mai 21)

Elfe XX-XXI, été 2022 : « Ruptures écocritiques, à l’avant-garde »

Olivier PENOT-LACASSAGNE (dir.)

Modalités de participation

Les propositions, d’environ deux pages rédigées, enrichies d’une bibliographie indicative, devront être adressées avant le 31 mai 2021 à l’adresse suivante :

olivier.penot-lacassagne@sorbonne-nouvelle.fr

Les auteurs et autrices seront informé.e.s des résultats fin juin 2021. Une première version des articles devra être rendue le 31 décembre 2021.

Télécharger le texte de l’appel

Informations aux auteurs (site de la revue ELFe XX-XXI)

Ruptures écocritiques, à l’avant-garde

« La dénonciation du passé ne peut tenir lieu de penser », écrit Isabelle Stengers dans Civiliser la modernité[1] ? Le ravage de la biosphère multiplie pourtant les raisons de refuser de reconduire l’existant ; il impose de changer le cours des choses, de reconsidérer les savoirs, de reprendre langue avec le vivant. L’état du monde est si dégradé qu’il nous faut maintenant « apprendre à vivre dans les ruines [2] », ruines qu’il s’agit de penser/panser.

Comment répondre, donc, aux mutations en cours, comment négocier le tournant radical où nous sommes engagés « sans se voir aussitôt accusé de tenir un “discours apocalyptique” ou, dans une version plus atténuée, un “discours catastrophiste[3]” » ? Peut-on encore discourir comme les Modernes qui, Bruno Latour l’a montré[4], ont « raté le monde » et « perdu la Terre » ? Continuer la lecture

Expériences. Congrès 2022 de la Société d’étude de la littérature de langue française du XXe et du XXIe siècles (appel pour le 01/09/21)

Congrès bisannuel 2022 de la Société d’étude de la littérature de langue française du XXe et du XXIe siècles (SELF XX-XXI)

  • Date limite pour les propositions : 1er septembre 2021.
  • Réponse : 30 octobre 2021.
  • Programme : 30 janvier 2022.
  • Congrès à Paris : Jeudi 16 – Samedi 18 juin 2022.

Lieu du congrès : Maisons de la recherche de Sorbonne Université et de l’Université Sorbonne Nouvelle ; Université Paris-Diderot

Comité scientifique : Université Sorbonne Nouvelle : Marie-Paule Berranger et Alexandre Gefen ; Sorbonne Université : Sophie Basch et Bernard Vouilloux ; Université Paris – Nanterre : Laurence Campa et Dominique Viart ; Université Paris Diderot : Hélène Baty-Delalande, Cécile De Bary et Dominique Rabaté.

Coordination : Alexandre Gefen, vice-président de la SELF XX-XXI.

Argument : 

Du Grand Jeu aux écritures blanches, du Nouveau Roman à la non-fiction, de l’unanimisme au lettrisme ou à l’afropolitanisme, de la littérature blanche au livre de jeunesse, du calligramme à l’hypertexte, inventant des formes et des dispositifs qui rivalisent d’originalité et s’hybrident avec virtuosité à tous les médias et à tous les discours, faisant même l’expérience du livre hors du livre, la littérature a fait de l’expérimentation sa valeur suprême, transformant l’originalité romantique en un principe de constante effraction.

Mais qu’elle veuille dire les expériences limites ou parler de l’expérience ordinaire, la préoccupation de la littérature a été autant existentielle qu’esthétique : comment penser l’expérience, si celle-ci peut être aussi bien un acquis qu’une aventure ? Expériences de sortie de soi sous mescaline de Michaux ou expérience intérieure mystique de Bataille, expérience concentrationnaire ou expérience dépressive, expérience de l’infra-ordinaire avec Perec, expérience de la négritude chez Césaire, l’écrivain moderne a fait de sa vie personnelle une expérience littéraire. Il a renouvelé les formes d’écriture du sujet tout autant que celles de la communauté : des surréalistes au Comité invisible en passant par la revue Souffles, les expériences collectives, utopies imaginées ou projet collectif concret, groupe, chapelle, mouvement ou revue, formes variées de rencontres culturelles et de créolisation ont jalonné le long XXe siècle – un siècle d’expériences donc que le XXIe poursuit à sa manière par son exigence de dévoilement et de transformation sociale et politique. 

« La littérature transmet du passé ce qui est significatif dans l’expérience présente et prophétique du mouvement plus large de l’avenir » écrivait John Dewey dans L’Art comme expérience (1934) pour témoigner de l’immense ambition de la littérature de son siècle à représenter tout ce qui est et dont l’humain peut faire l’expérience comme à imaginer par des expériences de pensée tout ce qui sera. De la modernité triomphante aux réinventions contemporaines de la littérature comme forme d’enquête, de relation ou d’intervention, la littérature française et francophone a bien voulu tout essayer, tout expérimenter. C’est ce projet immense que de multiples approches pourront explorer durant ce congrès, qu’elles s’intéressent à l’expérience vécue, dite, racontée, imaginée, ou aux dispositifs et aux formes de l’expérimentation elle-même, qu’il s’agisse de décrire des expériences au présent ou au passé, de revenir sur des expériences incarnées ou de s’intéresser à des expérimentations numériques, qu’on veuille les approcher au plus près de la langue ou au contraire par un regard historique, sociologique ou bien encore ethnographique sur le littéraire.

Propositions :

Cet appel s’adresse aussi bien aux chercheurs qu’aux doctorants en littérature française et francophone des XXe et XXIe siècles. 

Les propositions peuvent être individuelles ou sous forme de panels thématiques (3 à 5 intervenants).

Merci d’envoyer une proposition de 3000-5000 signes et espaces accompagnée d’une brève notice biographique à congresself2022@gmail.com pour évaluation par le comité scientifique et la SELF XX-XXI.

Organisation :

Les participants devront prendre en charge leurs voyage et leur hébergement à Paris. La participation au colloque comprend la cotisation à la SELF XX-XXI : 50 € pour les chercheurs et 30 € pour les étudiants.

Appel à contribution : Numéro 9 de la revue ELFe XX-XXI, 2020 (nouvelle échéance 15 septembre)

Dire et lire les vulnérabilités contemporaines 

Les propositions d’une vingtaine de lignes accompagnées d’une courte notice biobibliographique sont à envoyer avant le 15 septembre 2019 à anne.gourio@unicaen.fret à marie-helene.boblet@unicaen.fr

Remise des articles (entre 30000 et 35000 signes) : 15 avril 2020.

Argumentaire

Dans les années 1990/2000, à mesure que s’accroissait « la société du risque » (Beck, 1986), le concept de vulnérabilité a émergé dans différents champs, des sciences humaines et sociales au droit pénal et civil. Porté par la fin des « grands récits », la crise de l’idée émancipatrice du Progrès, il coïncide avec un nouveau régime d’historicité, fait d’une extrême incertitude à l’égard d’un présent de plus en plus instable et d’un avenir de moins en moins prévisible. Alors que la grille interprétative des Trente Glorieuses portait essentiellement sur la capacité des individus, leur autonomie et leur responsabilité, l’approche des difficultés existentielles par une notion qui ne relève ni d’une ontologie de la personne ni d’une pensée de la maîtrise présuppose d’envisager un mode relationnel d’interdépendance qui excède les relations verticales de domination et les rapports horizontaux de désaffiliation.

 La notion de vulnérabilité qui s’est imposée à la fin du XXe siècle offre une vision élargie des multiples sources de fragilité, outre les privations matérielles, la précarité ou l’exclusion. Par-delà les guerres, le chômage de masse ou les déviances de la démocratie néo-libérale, elle s’ouvre à l’inquiétude du sujet à la fois intime et social, affectif et affecté, confirmant l’attention nouvellement portée à l’endroit des émotions.

Continuer la lecture