Archives de catégorie : Billets

Message du Président de la Maison des écrivains et de la littérature

Nous reproduisons ici un message du Président de la Maison des écrivains et de la littérature

Message : 

Le management de l’actuel ministère de la Culture veut-il conduire la Maison des écrivains à la fermeture ?

Ce 5 décembre 2023, la nouvelle est tombée sur la Maison des écrivains et de la littérature telle un couperet : le Ministère de la Culture, sans ménagement aucun et au mépris d’un personnel déjà très éprouvé, a décidé de réduire à 350.000 euros sa subvention pour l’année 2024 (au lieu des 700.000 puis 500.000 précédemment alloués). Comment, dès lors, planifier des programmes d’éducation artistique et culturelle, et organiser comme il se doit un travail d’équipe ?

De plus, on nous informe ce même jour que le soutien du Ministère sera encore moindre en 2025…

La première coupe budgétaire a contraint le Conseil d’administration de la Mél à opérer des licenciements économiques : à ce jour, la masse salariale a été diminuée de moitié, mais la charge de travail est restée la même et pèse très lourdement sur une équipe par trop réduite…

Force est de constater, hélas, que le “projet” de la Mél, son contenu autant que ses actions intéressent de moins en moins le Ministère …

Au moment même où les résultats du dernier rapport Pisa attestent d’une détérioration sans précédent du rapport des enfants et des adolescents à l’écriture et à la lecture, le soutien accru d’initiatives dont le but est de susciter le goût de lire et l’intérêt pour la littérature ne serait-il pas particulièrement légitime ?

Les deux axes principaux du travail entrepris depuis plusieurs années par la Mél nous semblent évidemment devoir se développer davantage encore : promouvoir l’esprit critique comme la liberté d’interprétation des textes et par là-même l’idée de la laïcité mais aussi répondre pour partie à l’éco-anxiété des plus jeunes par des rencontres liant littérature et sciences à la nature sont incontestablement des priorités sociétales…

Pourquoi vouloir mettre un terme à l’engagement de nombreux écrivains (et de nombreux partenaires institutionnels, associatifs, etc.) en faveur de la lecture quand celle-ci a été déclarée “grande cause nationale” par le président de la République ?

Et comment ne pas dénoncer cette forfaiture ?



Julien Cendres, Président de la Mél

Sylvie Gouttebaron, Directrice de la Mél

Hommage à Francine Dugast (1938-2023)

« Elle ne cherchait pas la lumière, préférait la porter sur les autres ».

C’est ainsi qu’Annie Ernaux clôt l’hommage qu’elle rend à Francine Dugast à l’annonce de sa disparition. Tous ceux, toutes celles qui ont connu Francine la retrouveront dans cette formule. Nous nous souvenons de sa vivacité, de son énergie, de l’attention qu’elle accordait à chacun et chacune. Francine Dugast avait le talent de dynamiser ceux qui l’entouraient, amis, collègues, étudiants. Et sa générosité invitait à passer insensiblement d’une de ces catégories à l’autre. Nul doute qu’une personnalité aussi exceptionnelle demeure inscrite dans nos mémoires, comme y demeureront aussi ses travaux qui associaient à l’exigence intellectuelle toute l’implication d’un engagement humaniste, politique et social.

Cet engagement se manifeste dans l’animation de la recherche, la volonté de faire travailler les gens ensemble et de vulgariser leurs travaux. Présidente de la Société des Amis de Colette de 1989 à 1996, Francine Dugast eut à cœur de diffuser l’œuvre de l’écrivaine et de favoriser la création d’un centre de documentation à Saint-Sauveur en Puisaye. C’est elle aussi qui, membre de la petite association d’Etude du Roman du XXe siècle, présidée par Bernard Alluin et dont j’étais le secrétaire, nous incita vivement à la transformer en Société d’étude de la littérature française du XXe siècle, susceptible de fédérer l’ensemble des centres de recherche français dont les travaux portaient sur cette période, quels que soient les genres envisagés et les méthodes employées. Elle œuvra activement à nos côtés pour la réussite de cette entreprise, fidèle à nos rencontres et prenant l’initiative d’organiser en 2000 avec Michèle Touret le second colloque de la SELF XXe à Rennes, publié sous le titre : Le temps des lettres. Quelles périodisations pour l’histoire de la littérature du XXe siècle ? (P.U. de Rennes, 2001). Continuer la lecture

Roman 20/50 Numéro ” Les Deux Beune : récit, roman, romanesque ” (CFP 16/10/23)

Les Deux Beune : récit, roman, romanesque

Direction : Stéphane Chaudier, Université de Lille, ALiTHiLa, Roman 20/50 et Guillaume Ménard, Université McGill.

La revue Roman 20/50 consacre un numéro HS à l’événement éditorial et littéraire que constitue la parution au printemps du dernier opus de Pierre Michon, Les Deux Beune.

Calendrier

  • octobre 2024 : parution du numéro
  • lundi 15 avril 2024 : réception des contributions
  • lundi 15 janvier 2024 : établissement définitif du sommaire
  • lundi 30 octobre 2023 : établissement du sommaire (sélection des propositions)
  • lundi 16 octobre 2023 : date limite des propositions : titre et résumé (entre 10 lignes et une page) à envoyer à : guillaume.menard@mail.mcgill.ca et stephane.chaudier@wanadoo.fr

Présentation du numéro

            En 1996 paraissait La Grande Beune aux éditions Verdier ; en 2023, La Grande Beune devient « la première partie » d’un « roman », Les Deux Beune, qui en comporte désormais deux : « La Grande Beune » et « La Petite Beune ». Le chiffre deux tient sous dépendance symbolique, presque magique, les dimensions les plus saillantes de cette œuvre : sa géographie (ou si l’on préfère son hydrologie), sa composition, son histoire éditoriale (1996-2023), sa titrologie, mais aussi sa thématique, puisque le roman raconte comment se forme le couple, à la fois improbable et évident, d’Yvonne et de M. Pierre, les si bien nommés. Tout, dans Les Deux Beune, est double, car tout sans doute se dédouble ; par-delà le geste conclusif qui apparie les deux chapitres d’un récit, rapproche les deux bords d’une temporalité, unit les deux sexes des protagonistes, rien ne saurait rester figé dans le marbre de l’Unique. Les Deux Beune, cet événement littéraire, aux résonances philosophiques, crée le deux à partir de l’un, le multiple à partir du simple, le composé à partir de l’homogène ; il engendre l’inédit, le neuf, en réinvestissant l’ancien, le déjà édité. Dans cette surprise, s’indique déjà quelque chose de profondément romanesque. En Michonie, il existe dorénavant deux Beune, comme partout dans le monde il existe deux Testaments : le premier et le second, l’ancien et le nouveau – la Grande et la Petite. Continuer la lecture

À la recherche d’une patrie européenne : cent ans de représentation de l’Europe dans la revue Europe (CFP 28/02/23)

Colloque international

À la recherche d’une patrie européenne :

cent ans de représentation de l’Europe dans la revue Europe

Lieu : Université de Passau (Allemagne), 10 et 11 novembre 2023

Organisation

  • Marina Ortrud Hertrampf (Université de Passau)
  • Guillaume Bridet (Sorbonne Nouvelle)

Les communications pourront avoir lieu en allemand, en anglais ou en français.

Les résumés, d’environ 300 mots, accompagnés d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer d’ici le 28 février 2023 à Marina Ortrud Hertrampf (marina.hertrampf@uni-passau.de) et à Guillaume Bridet (guillaume.bridet@sorbonne-nouvelle.fr).

Argument

« Les années qui vont venir décideront du sort de l’Europe, auquel est lié celui de toute la race humaine. Il est urgent que nous apprenions à regarder plus haut que tous les intérêts, les passions, les égoïsmes des individus et des groupements ethniques » : même si son eurocentrisme le situe dans un certain contexte qui n’est plus le nôtre et qui demande à être interrogé, ce constat d’un nécessaire dépassement des intérêts des peuples et des nations sonne quant à lui comme très actuel. René Acros le formule dans le premier numéro de la revue Europe en février 1923. Cent ans après la naissance de cette revue littéraire et intellectuelle qui s’efforce de passer d’une vision de l’Europe à une réalité vécue, nous nous retrouvons au cœur de l’Europe – certes constitutionnalisée politiquement entre-temps par l’Union européenne – confrontés à une situation comparable : sur un seuil où se joue l’avenir de la « Patrie européenne ». Continuer la lecture

Marguerite Yourcenar entre la construction de l’œuvre et la vérité de l’art

Appel à communications (date limite : 31 mai 2023)

Colloque “Marguerite Yourcenar entre la construction de l’œuvre et la vérité de l’art
organisé à l’occasion du 120e anniversaire de la naissance de Marguerite Yourcenar

à Milan les 26 et 27 octobre 2023.

L’Université IULM de Milan, l’Université de Pavie et la Société Internationale d’Études
Yourcenariennes vous invitent cordialement à participer au colloque international qui se tiendra à Milan les 26 et 27 octobre 2023 avec pour thème Marguerite Yourcenar entre la construction de l’œuvre et la vérité de l’art.
Le colloque propose d’analyser l’œuvre de Marguerite Yourcenar en relation à l’autrice et aux différentes postures qu’elle a assumées au cours de son existence. D’abord bien insérée dans la vie littéraire des premières années 1930, elle s’est ensuite de plus en plus retirée de la scène : son départ pour les ÉtatsUnis a coïncidé avec la progressive construction de son personnage, devenue prépondérante dans les années qui l’ont vue, d’une part, brûler des tas de documents qu’elle ne voulait pas consigner à la postérité, de l’autre, mettre sous scellé d’autres textes qui ne seront accessibles à la critique qu’à partir de 2037.
En plus, elle entreprend l’écriture d’une trilogie autobiographique où son moi est masqué par les ombres de ses ancêtres, comme si elle ne savait se livrer que par la médiation de l’altérité. Ce « je » qui donne unité à l’œuvre est de toute évidence une construction, une œuvre ellemême. Ce que nous offre MY lorsqu’elle dit « je » en son propre nom est, de fait, la figure d’un auteur « impliqué », comme dirait Wayne Booth, à savoir non certes la femme MY, mais plutôt son moi littéraire.
La volonté d’avoir un entier contrôle sur la réception de son œuvre explique aussi ses préfaces et ses épitextes en général. Les écrits avec lesquels elle a accompagné ses œuvres de fiction ont contribué à définir son autorité autant que son auctorialité. Cela n’empêche que le « je » qui intervient à propos de son œuvre, « sans appartenir à la fiction que l’œuvre présente, n’en est pas moins fictif » (Rabau, p. 94). Parce que « l’auteur serait à une œuvre ce que le narrateur est à une fiction : certes une garantie de l’unité et de sens, mais également une instance qui demeure une construction fictive » (Rabau, p. 91).
Sur cette base, nous proposons de jeter un regard sur les contradictions du personnage
Marguerite Yourcenar, mais aussi sur les écarts possibles entre la signification qu’elle a voulu imposer à certains de ses œuvres et la lecture qu’en a faite la critique. Par exemple elle s’est toujours dite hostile à la littérature engagée, mais ce à quoi elle s’oppose, en fait, semble plutôt la littérature propagande : elle a participé aux batailles de son siècle et, même dans ses œuvres à la portée plus universelle, une lecture attentive sait déceler ses préoccupations pour le futur du monde. Ou encore, que l’on pense à sa volonté de voir dans Denier du rêve une dénonciation de la dictature mussolinienne et, à l’inverse, l’invitation à ne lire Le coup de Grâce que comme un « document humain »

Continuer la lecture

Soutenance d’HDR – Aude Bonord

La soutenance d’Habilitation à Diriger des Recherches d’Aude Bonord se tiendra

le lundi 23 janvier 2023
à 14h
à la Maison de la recherche de l’université Sorbonne Nouvelle, 4 rue des Irlandais, 75005 Paris, salle Claude Simon

Elle sera suivie d’un pot sur place auquel vous êtes toutes et tous chaleureusement conviés (réponse souhaitée avant le 15 janvier – aude.bonord@yahoo.fr).

Le dossier

Romans, récits de vies, vies exemplaires (XXe-XXIe siècles)

comporte notamment un ouvrage inédit intitulé

François d’Assise : variations littéraires sur une figure légendaire (XXe
-XXIe siècles)

Le jury est composé de Mesdames et Messieurs les Professeurs

  • Carole Auroy (Université d’Angers)
  • Myriam Boucharenc (Université Paris Nanterre)
  • Guillaume Bridet (Université Sorbonne Nouvelle)
  • Marie-Françoise Lemonnier-Delpy (Université de Picardie Jules Verne)
  • Aude Préta- de Beaufort (Université de Lorraine)
  • Alain Schaffner (Université Sorbonne Nouvelle, garant)

Textes et Contextes – Appel à direction de volume (2023)

La revue Textes et Contextes lance un appel à direction pour son volume 18.2 qui paraîtra en novembre 2023.

Cette revue électronique internationale accueille les contributions originales de chercheurs français et étrangers spécialisés dans le domaine des cultures anglophone, francophone, germanophone, hispanophone et italianophone, contributions qui traversent et brassent les disciplines traditionnelles que sont la littérature, la linguistique, la civilisation, l’histoire des idées et l’étude de l’image.

Dans le prolongement des axes principaux du centre de recherche auquel est adossée la revue, Textes & Contextes choisit des objets d’étude reliés aux problématiques suivantes : Continuer la lecture

Relire La Tentation de l’Occident d’André Malraux (JE 26 novembre 2021)

Relire La Tentation de l’Occident d’André Malraux

Journée d’études

Vendredi 26 novembre 2021

Lieu
Université Rennes 2
Salle recherche de l’UFR ALC rez-de-chaussée du bâtiment B.

Organisation
Hélène Baty-Delalande et Dominique Vaugeois

Programme

9H45 Accueil des participants autour d’un café

10h : Dominique Vaugeois, Rennes 2 :
« La Tentation de l’Occident : “un petit essai de structure pour nihilisme modéré” » ?
10h45 : Guillaume Bridet, Université de Bourgogne :
« Comment lire La Tentation de l’Occident ? Orientalisme et littérature »
11h30 : Jonathan Barkate, Université Paris-Est Marne-La-Vallée :
« La tentation du roman dans La Tentation de l’Occident »

13h déjeuner

14h30 : Jean-Louis Jeannelle, Sorbonne Université :
« Le musée : l’autre tentation dans La Tentation de l’Occident ? »
15h15 : Stéphanie Bertrand, Université de Lorraine :
« Le style formulaire, une tentation d’autorité ? »
16h : Hélène Baty-Delalande, Université Rennes 2 :
« ‘‘Préférant m’entretenir de ces choses avec vous plutôt qu’avec moi-même’’ : politique et amitié dans La Tentation de l’Occident »

Parution – Paul Claudel, “Je suis le contradictoire”

Claude Pérez, Paul Claudel « Je suis le contradictoire » Biographie (Cerf, 2021)

Présentation (4e de couverture)

On ne connaît pas Claudel.
On connaît une légende, une rumeur, mais on ne connaît
pas Claudel. De sa conversion, on ne connaît que la parabole
façonnée par lui et par d’autres ; de ses relations avec sa soeur
Camille, guère plus que les romans ou les scénarios construits
à partir des rares archives ; de son activité artistique, surtout les
grands drames typiques d’un « théâtre de texte » : or ce prosateur
de génie est devenu après Le Soulier de satin un homme de
spectacles, pour qui réécrire voulait dire dés-écrire.
Quant à la diplomatie et à la politique, qui est averti de son activité
de tête de réseau d’espionnage à Copenhague en 1920 ? de ses
interventions auprès de Roosevelt en faveur de Blum en 1936,
puis en faveur de la paix jusqu’en 1939 ? Qui sait que le poème
à Pétain est l’oeuvre d’un homme espionné jusque chez lui par
la police de Vichy ? De Gaulle lui a dépêché deux émissaires en
1942 : qui en a entendu parler ?
Et quel autre écrivain en 1941 osait condamner les persécutions
antisémites comme cet anti-nazi véhément, devenu sioniste,
l’a fait dans sa lettre au Grand Rabbin ou dans L’Apocalypse de
saint Jean ? « Le Fils de l’Homme sur la croix avait quelqu’un au
ciel pour répondre à son : Lamma sabachtani ? Mais Israël souffre
sans consolateur. »
Cette biographie appuyée sur des archives inédites offre un portrait
renouvelé, paradoxal, inattendu, d’un soi-disant « gorille »
qui se définissait en 1929 comme un « vieux lapin épouvanté ».

Nouvelles interdisciplinarités des études littéraires (XXe-XXIe siècles) – Journée d’études de la SELF XX-XXI 27 novembre 21

Sorbonne Université (salle F366) – 27 novembre 2021

https://self.hypotheses.org/files/2021/11/AfficheJEInterdisciplinarites-291021.pdf

9h – Accueil des participant.e.s

9h15-9h30 – Présentation de la journée par Guillaume Bridet (Université de Dijon), président de la SELF XX-XXI, Aurélien d’Avout (Université de Rouen) et Esther Demoulin (Université Paul-Valéry Montpellier 3), organisateurs

9h30-10h45 – Session 1 – Hybridités génériques, nouveaux horizons textuels (modératrice : Marie-Hélène Boblet)

  • Odile Chatirichvili (Université Grenoble Alpes): « Récolter ce qu’on n’a pas semé : réflexions et témoignage sur un travail à propos de mathématiciens »
  • Sam Racheboeuf, (Université Grenoble Alpes) : « Histoire et Littérature : quels assauts contre quelle frontière ? »
  • Alice Bourgois (Université de Picardie Jules Verne) : « À la croisée des chemins : l’étude de la bande-dessinée historique comme catalyseur de l’interdisciplinarité »

10h45-11h15 – Pause

11h15-11h45 – Première table ronde – L’interdisciplinarité à l’épreuve de la rédaction. Obstacles et bricolages (modérateur : Aurélien d’Avout)

11h45-13h00 – Session 2 – Humanités médicales : nouvelles venues des études littéraires (modératrice : Aude Bonord) 

  • Claire Jeantils (CNRS) : « La perspective des humanités médicales sur la recherche littéraire : à propos des récits de l’épilepsie »
  • Cathy Dissler (Université d’Angers) : « Pluralité d’approches de la vieillesse en institution »
  • Marie Bonnot (Université de Paris) : « “Un seul lit pour deux rêves” : littérature et psychanalyse »

13h-14h30 : Déjeuner au restaurant « L’Invitée » (8, rue Thénard 75005)

14h30-16h15 – Session 3 – Emprunts théoriques aux sciences humaines (modérateur : Guillaume Bridet)

  • Théo Soula (Université Toulouse – Jean Jaurès): « La “géographie littéraire” : quelle géographie pour quelle littérature ? »
  • Pamela Krause (Sorbonne Université-Université Catholique de Louvain) : « Le parti pris de l’interdisciplinarité. La poésie de la pensée et l’imaginaire philosophique »
  • Marion Coste (IUT de Neuville-sur-Oise) : « De la musique à la littérature et la scène : réajustements intermédiaux » 
  • Ricarda Knauf (Université de Bourgogne) : « Interdisciplinarité et interculturalité à partir de deux romans. Les Nuits de Strasbourg d’Assia Djebar et Le Village de l’Allemand ou le journal des frères Schiller de Boualem Sansal »

16h15-16h45 : Pause

16h45-17h15 – Seconde table ronde – Formations et sociabilités : rencontres interdisciplinaires (modératrice : Esther Demoulin)

17h15-18h15 – Session 4 – Sociologie et littérature : vers une redéfinition des études littéraires ? (modérateur : Jean-Louis Jeannelle)

  • Larisa Botnari (Université de Bucarest), « Enjeux interdisciplinaires d’une redéfinition de la littérature comme une “forme de connaissance” »
  • Mathilde Roussigné (EHESS) : « Terrain littéraire. Une catégorie au miroir des partis pris universitaires »

18h15-18h30 – Conclusion

Sartre – journée d’agrégation – 20 novembre 2021

Journée d’agrégation – Sartre – Le Mur

La journée d’agrégation organisée chaque année par la SELF XX-XXI se tiendra cette année le 20 novembre.

NB : les vidéos des communications sont disponibles sur cette page.

Date : samedi 20 novembre 2021

Lieu : Visioconférence (lien à venir)

Responsables : Guillaume Bridet et Jean-François Louette

Programmme :

  • 9h Guillaume Bridet (Université de Bourgogne, Président de la SELF XX-XXI) et Jean-François Louette (Sorbonne Université) : Présentation
  • 9h20 Jean-François Louette (Sorbonne Université) : “Pièges dans Le Mur ou les dix commandements du diablotin Sartre.”  
  • 10h10 Sophie Guermès (Université de Bretagne Occidentale) : “Situation du Mur.” 
  • 11h Philippe Zard (Université Paris Nanterre) : “Le syndrome Hoffka. Hoffmann, Kafka, ou la tentation fantastique dans Le Mur.”
  • 11h50 Hélène Baty-Delalande (Université Rennes 2) : “Le Mur comme œuvre populiste ?”

pause

  • 14h Guillaume Bridet (Université de Bourgogne) : “Sexe nègre et magie noire dans Le Mur : exploration d’un imaginaire racial, chromatique et libidinal.”
  • 14h50 Franck Neveu (Sorbonne Université) : “La caractérisation non pertinente dans Le Mur.”
  • 15h40 Stéphane Chaudier (Université de Lille) : “L’assertion du vrai dans Le Mur.”
  • 16h30 Dominique Rabaté (Université de Paris) : “Sueurs et tremblements dans Le Mur.”

Expériences. Congrès 2022 de la Société d’étude de la littérature de langue française du XXe et du XXIe siècles (appel pour le 01/09/21)

Congrès bisannuel 2022 de la Société d’étude de la littérature de langue française du XXe et du XXIe siècles (SELF XX-XXI)

Télécharger le Programme Experiences 2022.

  • Date limite pour les propositions : 1er septembre 2021.
  • Réponse : 30 octobre 2021.
  • Programme : 30 janvier 2022.
  • Congrès à Paris : Jeudi 16 – Samedi 18 juin 2022.

Lieu du congrès : Maisons de la recherche de Sorbonne Université et de l’Université Sorbonne Nouvelle ; Université Paris-Diderot

Comité scientifique : Université Sorbonne Nouvelle : Marie-Paule Berranger et Alexandre Gefen ; Sorbonne Université : Sophie Basch et Bernard Vouilloux ; Université Paris – Nanterre : Laurence Campa et Dominique Viart ; Université Paris Diderot : Hélène Baty-Delalande, Cécile De Bary et Dominique Rabaté.

Coordination : Alexandre Gefen, vice-président de la SELF XX-XXI.

Argument : 

Du Grand Jeu aux écritures blanches, du Nouveau Roman à la non-fiction, de l’unanimisme au lettrisme ou à l’afropolitanisme, de la littérature blanche au livre de jeunesse, du calligramme à l’hypertexte, inventant des formes et des dispositifs qui rivalisent d’originalité et s’hybrident avec virtuosité à tous les médias et à tous les discours, faisant même l’expérience du livre hors du livre, la littérature a fait de l’expérimentation sa valeur suprême, transformant l’originalité romantique en un principe de constante effraction.

Mais qu’elle veuille dire les expériences limites ou parler de l’expérience ordinaire, la préoccupation de la littérature a été autant existentielle qu’esthétique : comment penser l’expérience, si celle-ci peut être aussi bien un acquis qu’une aventure ? Expériences de sortie de soi sous mescaline de Michaux ou expérience intérieure mystique de Bataille, expérience concentrationnaire ou expérience dépressive, expérience de l’infra-ordinaire avec Perec, expérience de la négritude chez Césaire, l’écrivain moderne a fait de sa vie personnelle une expérience littéraire. Il a renouvelé les formes d’écriture du sujet tout autant que celles de la communauté : des surréalistes au Comité invisible en passant par la revue Souffles, les expériences collectives, utopies imaginées ou projet collectif concret, groupe, chapelle, mouvement ou revue, formes variées de rencontres culturelles et de créolisation ont jalonné le long XXe siècle – un siècle d’expériences donc que le XXIe poursuit à sa manière par son exigence de dévoilement et de transformation sociale et politique. 

« La littérature transmet du passé ce qui est significatif dans l’expérience présente et prophétique du mouvement plus large de l’avenir » écrivait John Dewey dans L’Art comme expérience (1934) pour témoigner de l’immense ambition de la littérature de son siècle à représenter tout ce qui est et dont l’humain peut faire l’expérience comme à imaginer par des expériences de pensée tout ce qui sera. De la modernité triomphante aux réinventions contemporaines de la littérature comme forme d’enquête, de relation ou d’intervention, la littérature française et francophone a bien voulu tout essayer, tout expérimenter. C’est ce projet immense que de multiples approches pourront explorer durant ce congrès, qu’elles s’intéressent à l’expérience vécue, dite, racontée, imaginée, ou aux dispositifs et aux formes de l’expérimentation elle-même, qu’il s’agisse de décrire des expériences au présent ou au passé, de revenir sur des expériences incarnées ou de s’intéresser à des expérimentations numériques, qu’on veuille les approcher au plus près de la langue ou au contraire par un regard historique, sociologique ou bien encore ethnographique sur le littéraire.

Propositions :

Cet appel s’adresse aussi bien aux chercheurs qu’aux doctorants en littérature française et francophone des XXe et XXIe siècles. 

Les propositions peuvent être individuelles ou sous forme de panels thématiques (3 à 5 intervenants).

Merci d’envoyer une proposition de 3000-5000 signes et espaces accompagnée d’une brève notice biographique à congresself2022@gmail.com pour évaluation par le comité scientifique et la SELF XX-XXI.

Organisation :

Les participants devront prendre en charge leurs voyage et leur hébergement à Paris. La participation au colloque comprend la cotisation à la SELF XX-XXI : 50 € pour les chercheurs et 30 € pour les étudiants.

« La ville dans les fictions climatiques » Programme Parvis 22 janvier 2021

Colloque international organisé dans le cadre du programme PARVIS de l’I-Site FUTURE consacré aux imaginaires urbains futuristes.

Date limite : 22 janvier 2021
Date du colloque : 5-7 mai 2021
Lieu : université Gustave Eiffel  ou en ligne
Responsables : Irène Langlet ; Nadège Pérelle
Comité scientifique : Carl Abbott, Portland State University (Etats-Unis) ; Lieven Ameel, Université de Turku (Finlande) ; Sébastien Févry, Université Catholique de Louvain (Belgique) ; Adeline Johns-Putra, Xi’an Jiaotong-Liverpool University à Suzhou (Chine) ; Isabelle Krzywkowski, Université Grenoble Alpes ; Irène Langlet, Université Gustave Eiffel Allison Mackey, Universidad de la República (Uruguay); Andrew Milner, Monash University (Australie) ; Soline Nivet, École nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais ; Antoine Picon, École des Ponts ParisTech / Harvard ; Matthew Scheider-Mayerson, Yale-NUS College (Etats-Unis) ; Pierre Schoentjes, Université de Gand (Belgique).

Télécharger le texte complet de l’appel (avec bibliographie).

Les villes futuristes, présentes depuis longtemps dans la littérature utopique ou de science-fiction, sont encore peu représentées dans les corpus des études littéraires urbaines. Pour Carl Abbott, les stéréotypes du cinéma de SF peuvent expliquer cette étonnante absence, dans le sens où ils imposent la vision d’une ville « méga-machinique » dans des histoires consistant la plupart du temps à les démolir à l’aide de coûteux effets spéciaux. Mais cet urbaniste érudit de la SF s’applique précisément à montrer comment l’« imagination du désastre » de la ville SF peut s’organiser en prototypes urbains futuristes : « ville prison » et « ville envahie par les mauvaises herbes », « ville catastrophe » incendiée ou inondée, « cité désertée » et « cité mosaïque »… Bon nombre de ces synopsis se retrouvent d’ailleurs dans les fictions climatiques en général.

Fictions climatiques : ce nom de genre, d’abord apparu en anglais (climate fiction, abrégée cli-fi), désigne un vaste ensemble d’histoires impliquant une prise en compte, directe ou indirecte, de la crise climatique. Naguère simple décor, la crise est désormais un levier narratif, ou le thème principal de ces fictions. Cela peut aller de la fiction post-apocalyptique au roman-catastrophe, du thriller scientifique à la hard science-fiction pure et dure ; mais on y trouve aussi des polars, des romans noirs, des romans sentimentaux, des teen-novels, et de la littérature blanche, ou « générale » (Langlet, 2020). Le prisme des fictions urbaines met nettement en évidence l’héritage science-fictionnel de ce genre récemment popularisé, mais observer la ville dans la cli-fi fait émerger bien d’autres références, que l’on pense à la philosophie du flâneur (Baudelaire, Benjamin), aux montages-collages manifestant dans les arts le kaléidoscope existentiel de la ville moderne (Dos Passos, Döblin, Aragon), les contrastes entre la vue du gratte-ciel et l’expérience de la ville au sol et de son labyrinthe de signes (De Certeau). 

Continuer la lecture

Ombres et Transparences – publication de la journée d’études

Francis Picabia. Transparence (1932). Tous droits réservés.

Le samedi 10 novembre 2018 s’est tenue, sur le thème

Ombres et Transparences

une Journée Jeunes chercheurs de la SELF XX-XXI (à Paris 3 Sorbonne Nouvelle), organisée par Aude Leblond, Solenne Montier et Anysia Troin-Guis.

Vous pouvez trouver sur le carnet les actes issus de cette journée (rubrique publications en ligne).