Archives de catégorie : Billets

Expériences. Congrès 2022 de la Société d’étude de la littérature de langue française du XXe et du XXIe siècles (appel pour le 01/09/21)

Congrès bisannuel 2022 de la Société d’étude de la littérature de langue française du XXe et du XXIe siècles (SELF XX-XXI)

  • Date limite pour les propositions : 1er septembre 2021.
  • Réponse : 30 octobre 2021.
  • Programme : 30 janvier 2022.
  • Congrès à Paris : Jeudi 16 – Samedi 18 juin 2022.

Lieu du congrès : Maisons de la recherche de Sorbonne Université et de l’Université Sorbonne Nouvelle ; Université Paris-Diderot

Comité scientifique : Université Sorbonne Nouvelle : Marie-Paule Berranger et Alexandre Gefen ; Sorbonne Université : Sophie Basch et Bernard Vouilloux ; Université Paris – Nanterre : Laurence Campa et Dominique Viart ; Université Paris Diderot : Hélène Baty-Delalande, Cécile De Bary et Dominique Rabaté.

Coordination : Alexandre Gefen, vice-président de la SELF XX-XXI.

Argument : 

Du Grand Jeu aux écritures blanches, du Nouveau Roman à la non-fiction, de l’unanimisme au lettrisme ou à l’afropolitanisme, de la littérature blanche au livre de jeunesse, du calligramme à l’hypertexte, inventant des formes et des dispositifs qui rivalisent d’originalité et s’hybrident avec virtuosité à tous les médias et à tous les discours, faisant même l’expérience du livre hors du livre, la littérature a fait de l’expérimentation sa valeur suprême, transformant l’originalité romantique en un principe de constante effraction.

Mais qu’elle veuille dire les expériences limites ou parler de l’expérience ordinaire, la préoccupation de la littérature a été autant existentielle qu’esthétique : comment penser l’expérience, si celle-ci peut être aussi bien un acquis qu’une aventure ? Expériences de sortie de soi sous mescaline de Michaux ou expérience intérieure mystique de Bataille, expérience concentrationnaire ou expérience dépressive, expérience de l’infra-ordinaire avec Perec, expérience de la négritude chez Césaire, l’écrivain moderne a fait de sa vie personnelle une expérience littéraire. Il a renouvelé les formes d’écriture du sujet tout autant que celles de la communauté : des surréalistes au Comité invisible en passant par la revue Souffles, les expériences collectives, utopies imaginées ou projet collectif concret, groupe, chapelle, mouvement ou revue, formes variées de rencontres culturelles et de créolisation ont jalonné le long XXe siècle – un siècle d’expériences donc que le XXIe poursuit à sa manière par son exigence de dévoilement et de transformation sociale et politique. 

« La littérature transmet du passé ce qui est significatif dans l’expérience présente et prophétique du mouvement plus large de l’avenir » écrivait John Dewey dans L’Art comme expérience (1934) pour témoigner de l’immense ambition de la littérature de son siècle à représenter tout ce qui est et dont l’humain peut faire l’expérience comme à imaginer par des expériences de pensée tout ce qui sera. De la modernité triomphante aux réinventions contemporaines de la littérature comme forme d’enquête, de relation ou d’intervention, la littérature française et francophone a bien voulu tout essayer, tout expérimenter. C’est ce projet immense que de multiples approches pourront explorer durant ce congrès, qu’elles s’intéressent à l’expérience vécue, dite, racontée, imaginée, ou aux dispositifs et aux formes de l’expérimentation elle-même, qu’il s’agisse de décrire des expériences au présent ou au passé, de revenir sur des expériences incarnées ou de s’intéresser à des expérimentations numériques, qu’on veuille les approcher au plus près de la langue ou au contraire par un regard historique, sociologique ou bien encore ethnographique sur le littéraire.

Propositions :

Cet appel s’adresse aussi bien aux chercheurs qu’aux doctorants en littérature française et francophone des XXe et XXIe siècles. 

Les propositions peuvent être individuelles ou sous forme de panels thématiques (3 à 5 intervenants).

Merci d’envoyer une proposition de 3000-5000 signes et espaces accompagnée d’une brève notice biographique à congresself2022@gmail.com pour évaluation par le comité scientifique et la SELF XX-XXI.

Organisation :

Les participants devront prendre en charge leurs voyage et leur hébergement à Paris. La participation au colloque comprend la cotisation à la SELF XX-XXI : 50 € pour les chercheurs et 30 € pour les étudiants.

« La ville dans les fictions climatiques » Programme Parvis 22 janvier 2021

Colloque international organisé dans le cadre du programme PARVIS de l’I-Site FUTURE consacré aux imaginaires urbains futuristes.

Date limite : 22 janvier 2021
Date du colloque : 5-7 mai 2021
Lieu : université Gustave Eiffel  ou en ligne
Responsables : Irène Langlet ; Nadège Pérelle
Comité scientifique : Carl Abbott, Portland State University (Etats-Unis) ; Lieven Ameel, Université de Turku (Finlande) ; Sébastien Févry, Université Catholique de Louvain (Belgique) ; Adeline Johns-Putra, Xi’an Jiaotong-Liverpool University à Suzhou (Chine) ; Isabelle Krzywkowski, Université Grenoble Alpes ; Irène Langlet, Université Gustave Eiffel Allison Mackey, Universidad de la República (Uruguay); Andrew Milner, Monash University (Australie) ; Soline Nivet, École nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais ; Antoine Picon, École des Ponts ParisTech / Harvard ; Matthew Scheider-Mayerson, Yale-NUS College (Etats-Unis) ; Pierre Schoentjes, Université de Gand (Belgique).

Télécharger le texte complet de l’appel (avec bibliographie).

Les villes futuristes, présentes depuis longtemps dans la littérature utopique ou de science-fiction, sont encore peu représentées dans les corpus des études littéraires urbaines. Pour Carl Abbott, les stéréotypes du cinéma de SF peuvent expliquer cette étonnante absence, dans le sens où ils imposent la vision d’une ville « méga-machinique » dans des histoires consistant la plupart du temps à les démolir à l’aide de coûteux effets spéciaux. Mais cet urbaniste érudit de la SF s’applique précisément à montrer comment l’« imagination du désastre » de la ville SF peut s’organiser en prototypes urbains futuristes : « ville prison » et « ville envahie par les mauvaises herbes », « ville catastrophe » incendiée ou inondée, « cité désertée » et « cité mosaïque »… Bon nombre de ces synopsis se retrouvent d’ailleurs dans les fictions climatiques en général.

Fictions climatiques : ce nom de genre, d’abord apparu en anglais (climate fiction, abrégée cli-fi), désigne un vaste ensemble d’histoires impliquant une prise en compte, directe ou indirecte, de la crise climatique. Naguère simple décor, la crise est désormais un levier narratif, ou le thème principal de ces fictions. Cela peut aller de la fiction post-apocalyptique au roman-catastrophe, du thriller scientifique à la hard science-fiction pure et dure ; mais on y trouve aussi des polars, des romans noirs, des romans sentimentaux, des teen-novels, et de la littérature blanche, ou « générale » (Langlet, 2020). Le prisme des fictions urbaines met nettement en évidence l’héritage science-fictionnel de ce genre récemment popularisé, mais observer la ville dans la cli-fi fait émerger bien d’autres références, que l’on pense à la philosophie du flâneur (Baudelaire, Benjamin), aux montages-collages manifestant dans les arts le kaléidoscope existentiel de la ville moderne (Dos Passos, Döblin, Aragon), les contrastes entre la vue du gratte-ciel et l’expérience de la ville au sol et de son labyrinthe de signes (De Certeau). 

Continuer la lecture

Ombres et Transparences – publication de la journée d’études

Francis Picabia. Transparence (1932). Tous droits réservés.

Le samedi 10 novembre 2018 s’est tenue, sur le thème

Ombres et Transparences

une Journée Jeunes chercheurs de la SELF XX-XXI (à Paris 3 Sorbonne Nouvelle), organisée par Aude Leblond, Solenne Montier et Anysia Troin-Guis.

Vous pouvez trouver sur le carnet les actes issus de cette journée (rubrique publications en ligne).

Assemblée générale de la SELF XX-XXI du 14 mars 2020

Cher.e.s collègues,

nous vous confirmons que l’Assemblée générale de notre association aura bien lieu le samedi 14 mars 2020 10h00 (Paris 3, Salle Las Vergnas).

L’ordre du jour sera le suivant :

  • bilan des activités de l’année 2019
  • bilan financier
  • état de la revue Elfe XX-XXI et prochains numéros
  • manifestations scientifiques pour les années 2020-2021 : organisation et thématique de la journée Jeunes chercheurs et 2020 et du congrès 2021 (9-11 septembre 2021 à Paris ?) 
  • renouvellement du conseil d’administration en place depuis janvier 2017, pour 2 ans.

Si vous ne pouvez pas être présent merci de faire parvenir une procuration à un.e collègue qui pourra être parmi nous.

Les candidatures pour le CA sont bienvenues et, exceptionnellement, elles peuvent se faire in absentia.

Alexandre Gefen, pour l’équipe de la SELF XX-XXI 

Congrès de la SELF XX-XXI 2019 : ouverture des inscriptions

Le site consacré aux inscriptions pour le congrès de la SELF XX-XXI 2019 :
Modes de Présence et Fonctions de l’écrivain dans la cité ; est maintenant ouvert: https://selfxx-xxi-2019.sciencesconf.org

Le congrès se tiendra à Caen du 12 au 14 septembre 2019.

Les frais d’inscription au congrès comprennent les déjeuners des jeudi 12 et vendredi 13 septembre.

Les inscriptions se font en ligne, rubrique « Inscription en ligne » du 23 avril au 1er juillet 2019. Il ne sera pas possible de s’inscrire sur place en septembre.

  • Pour les enseignants chercheurs et les chercheurs, l’inscription est de de 70€ jusqu’au 31 mai et de 80€, jusqu’au 1er juillet.

  • Pour les post-doctorants et les étudiants, l’inscription est de 35€ jusqu’au 1er juin et de 40€ jusqu’au 1er juillet (justificatif à envoyer à Catherine Bienvenu : catherine.bienvenu@unicaen.fr).

L’inscription au dîner de gala du vendredi 13 septembre est de : 35 €
Resturant : le Goût des Autres

Printemps Proustien (11-19 mai 2019)

Printemps Proustien, cent ans du Prix Goncourt décerné à Marcel Proust

Le Printemps Proustien, festival pluridisciplinaire, célèbre les cent ans du Prix Goncourt décerné à Marcel Proust. Dix jours de festivités culturelles et littéraires, de spectacles, d’animations et de rencontres, pour se plonger dans l’univers et l’époque de l’auteur d’À la recherche du temps perdu.

1919-2019, CENT ANS DU PRIX GONCOURT DÉCERNÉ À MARCEL PROUST

À l’initiative du Conseil Départemental d’Eure-et-Loir, le Printemps Proustien célèbre du 11 au 19 mai 2019 le centenaire du Prix Goncourt décerné 
à Marcel Proust pour À l’ombre des jeunes filles en fleurs.

Le fil rouge du festival est triple : Proust, le Goncourt et la Belle Époque.

Télécharger le programme

Pour plus d’information, le site du printemps proustien.

Continuer la lecture

La Critique à l’écran II Filmer la littérature

Télécharger le programme complet

  • Jeudi 28 mars, Amphithéâtre de la Présidence, UPPA
  • Vendredi 29 mars, Médiathèque André Labarrère

Organisateurs : Sylvain Dreyer (UPPA) et Dominique Vaugeois (Rennes 2)

Comité scientifique :
Carole Aurouet (Université Paris-Est-Marne-la-Vallée),
Gilles Mouëllic (Université Rennes II),
Bernard Vouilloux (Sorbonne Universités)

Lors de la première édition de ce colloque intitulée « La critique à l’écran I – Les arts plastiques », nous entendions faire la lumière sur la notion de « film sur l’art », en mettant en avant la dimension critique de ce genre cinématographique. Cette nouvelle édition, abordera les « films sur la littérature », notion plus difficile à cerner et dont il n’est même pas sûr qu’elle constitue un genre. Est-ce parce que l’image audiovisuelle et la littérature ne bénéficient pas des liens de proximité qui peuvent exister entre deux médiums essentiellement visuels ? Ou, au contraire, parce que le film de fiction, par le biais de l’adaptation, entretient historiquement avec l’œuvre littéraire un riche compagnonnage qui monopolise l’attention portée aux relations entre littérature et cinéma ?

Continuer la lecture

Les Éditions du Seuil : colloque 4 et 5 avril 2019

Colloque international organisé par Sarah Clément, Hervé Serry et Dominique Viart

Les Éditions du Seuil : pratiques éditoriales en littérature et sciences humaines depuis 1980.

Les 4 et 5 avril 2019

Pôle Métiers du livre de St-Cloud
Amphithéâtre Annie Béthery

Télécharger le programme complet

Fondées en 1935, et dirigées pendant plus de quarante ans par Jean Bardet et Paul Flamand, les Éditions du Seuil sont restées indépendantes jusqu’en 2004. Après l’âge d’or, dans les années 60-70, d’une maison d’édition qui conciliait engagement, ligne éditoriale ambitieuse, et avant-gardisme dans le domaine de la littérature et des sciences humaines, de nombreux bouleversements l’ont affectée : multiples changements de direction ; départ en 1982 de sa revue emblématique Tel Quel, qui s’éteint pour renaître chez Denoël, puis chez Gallimard (sous le titre L’Infini)  ; rachat par La Martinière en 2004 ; déménagement en 2010 de ses locaux de la rue Jacob ; et enfin passage sous le contrôle de Média-Participations en 2017.

Alors que le catalogue du Seuil comporte plus de 16 000 titres et que la maison publie 350 nouveautés par an dans des secteurs très divers, la littérature et les sciences humaines continuent à cohabiter au sein d’un large éventail de collections prestigieuses : « Fiction & Cie », « Cadre rouge » et « Cadre vert », « Poétique », « La Librairie du XXIe siècle », « L’univers historique », « L’ordre philosophique », « La couleur des idées », « Champ freudien », etc. Comment les changements du paysage éditorial ont-ils pu modifier les pratiques des acteurs et influencer leurs choix de publication ? Comment le Seuil a-t-il pu s’adapter à ces transformations et garder un cap dans ce contexte ?

Continuer la lecture

Recensement des thèses XXe-XXIe siècles

A l’attention des docteurs et docteures de l’année 2018

La Société d’étude de la littérature de langue française du XXe et du XXIe siècles (Self XX-XXI) désire rendre accessible sur le site de son carnet de recherche (https://self.hypotheses.org/) la liste des thèses soutenues en France en littératures française et francophone et concernant les XXe et XXIe siècles.

Les docteurs ayant soutenu leur thèse en 2018 et dont le dossier a été qualifié par le CNU au début de l’année 2019 peuvent envoyer leur position de thèse (ou la présentation de leur thèse en trois pages) et les mots-clés permettant de l’identifier à Guillaume Bridet et Laure Michel : g.bridet@free.fr et laure.michel.graber@sfr.fr.

Cette base de données permettra au plus grand nombre, masterants, docteurs, doctorants et enseignants-chercheurs, de prendre aisément connaissance de l’état de la recherche la plus récente en littératures française et francophone des XXe et XXIe siècles.

Un grand merci à tous et toutes pour votre collaboration.

Pour la Self XX-XXI

Guillaume Bridet et Laure Michel

Ombres et transparences

Journée Jeunes chercheurs de la SELF XX-XXI

Samedi 10 novembre 2018

Paris 3 Sorbonne Nouvelle – salle du conseil Maison de la recherche 4 rue des Irlandais 9h15-12h/14h/17h

Télécharger le programme

Comité d’organisation

  • Aude Leblond
  • Solenne Montier
  • Anysia Troin-Guis

Comité scientifique

  • Béatrice Bloch (Bordeaux Montaigne)
  • Anne Gourio (Caen Normandie)
  • Frédéric Martin-Achard (Jean Monnet Saint-Etienne)
  • Philippe Ortel (Bordeaux Montaigne)
  • Claude Perez (Aix Marseille)
  • Anne-Christine Royère (Reims Champagne-Ardenne)
  • Bernard Vouilloux (Sorbonne Université)
Continuer la lecture

Actualités de Joseph Delteil

Deux actualités scientifiques concernant Joseph Delteil

  1. Parution en novembre d’un numéro de la revue Europe sur Joseph Delteil.

Avec des articles de  Marie-Françoise Lemonnier-Delpy, Jacques Laurans, Frédéric Jacques Temple, Christian Dedet, Jérôme Prieur, Aragon, Bernard Chambaz, Bruno Curatolo, Max Chaleil, Denitza Bantcheva, Danièle Estèbe Hoursiangou, Mathieu Gimenez, Christian Lacroix, Joseph Delteil, Robert Briatte, Gilles Gudin de Vallerin, Philippe Gardy, Philippe Forcioli, Magali Arnaud, Jean-Paul Court, Colette Nys-Mazure.

2. Un colloque « Joseph Delteil et les autres » se tient les 16 et 17 octobre 2018 à l’université de Picardie Jules Verne, organisé par Marie-Françoise Lemonnier Delpy. Lire le programme.

Continuer la lecture

Hommage à Bruno Curatolo

Bruno Curatolo 

(1953-2018)

Bruno Curatolo

Le 30 août 2018 nous quittait Bruno Curatolo. Né en Tunisie, il avait passé la Méditerranée au bout de quelques années avant de suivre des études à l’Université Stendhal-Grenoble 3 où il obtient l’agrégation de Lettres modernes en 1976, après quoi il devient enseignant dans le secondaire, en Bourgogne. Il s’inscrit alors à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, d’abord en DEA (1986) puis en thèse, sur Le style de la fiction dans l’œuvre romanesque de Raymond Guérin, thèse soutenue en 1990 sous la direction de Jean-Yves Tadié. En 1995, il est recruté comme Maître de conférences à l’Université de Bourgogne, où il donnait des cours depuis une dizaine d’années. En 2000, toujours à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, il soutient, sous l’autorité de Mireille Sacotte, une HDR intitulée : Sur quelques aspects méconnus de la création littéraire au XXe siècle. Enfin, en 2001, il est élu Professeur de littérature française à l’Université de Franche-Comté, où il assumera de multiples responsabilités (il fut notamment Directeur de l’EA « Archives, Textes et Sciences des Textes »), avant de prendre sa retraite en 2015.

Continuer la lecture

Journée d’agrégation Simone de Beauvoir 6 octobre 2018

Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée

Les communications de la journée sont maintenant disponibles sur la page permanente.

Note Vous y trouverez aussi les actes de la Journée d’étude « Zaza, figure et traces », qui a eu lieu le vendredi 9 avril 2010 à l’Université Paris Diderot -Paris 7 organisée par Cécile Decousu (UFRLAC) sous la direction de Julia Kristeva (Université Paris 7).

6 octobre 2018, Paris III-Sorbonne Nouvelle, site Censier, amphi D 03 – 9h30-16h

Pour entrer sur le site de Censier, il est demandé de présenter une carte d’étudiant ainsi que le programme de la journée 

Responsable : Jean-Louis Jeannelle (Université de Rouen)

Coordination : SELF XXe-XXIe

Avec le soutien de l’UMR THALIM (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle) et du CEREdI (Université de Rouen)

10h – Marie-Françoise Lemonnier-Delpy (Université de Picardie-Jules Verne) : « Fille(s) et mère(s) »

10h40 – Isabelle Grellet (Auteure avec Caroline Kruse des Jeunes Filles exemplaires) : « Simone de Beauvoir et Élisabeth Lacoin : destins croisés »

11h10 – Jean-Louis Jeannelle (Université de Rouen, CEREdI) : « Les ratées de la famille »

11h50-12h10 : Questions

14h – Sandrine Vaudrey-Luigi (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle) : « Unité et valeur stylistiques des Mémoires d’une jeune fille rangée ».

14h40 – Simon Bréan (Sorbonne Université) : « Beauvoir, démocrate et romanesque »

15h20 – Alain Schaffner (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle) : « Le corps dans les Mémoires d’une jeune fille rangée »

16h-16h20 : Questions.

Penser/Exposer la vulnérabilité – Colloque à Caen 29-30/11 et 1/12/18

Penser/Exposer la vulnérabilité  (29-30/11 et 1/12/18)

Responsables scientifiques :

  • Marie-Hélène Boblet (LASLAR, université de Caen Normandie)
  • Hélène Marche (CERREV, université de Caen Normandie)
  • Nadine Proia-Lelouey (LPCN, université de Caen Normandie)

Consulter le programme.

PRÉSENTATION

Le concept de vulnérabilité [vulnerability] émerge dans différents champs des sciences humaines et sociales dans les années 1990/2000, à mesure que s’accroît « la société du risque » (Beck, 1986). Il repose sur des fondements philosophiques comme l’éthique de la sollicitude (Ricœur, Levinas) et du care (Gilligan) et a suscité de nombreux travaux dans le domaine de la sociologie, de la psychologie, du droit, de la philosophie politique et morale.

Méta-objet transdisciplinaire, il est l’indice d’une révolution anthropologique qui permet une nouvelle lecture des grilles à partir desquelles se construit la représentation de l’humain (Martucelli, 2014, Genard, 2015). Ce concept permet en effet d’avoir une vision plus large des multiples sources de fragilité qui excèdent les privations matérielles, la précarité ou l’exclusion. Il souligne un changement dans la façon d’appréhender leurs effets multiples – sanitaires, sociaux, économiques, environnementaux -, ainsi que les réponses individuelles, collectives, institutionnelles ou politiques proposées pour y remédier.

Eprouvée dans des contextes empiriques donnés, la vulnérabilité et les situations de vulnérabilité sont aussi des objets de re-présentations sociales, psychologiques et esthétiques, donnant lieu à des configurations subjectives, dramatiques ou narratives. L’exposition de la vulnérabilité, depuis les espaces de la vie quotidienne jusqu’aux arènes publiques, incluant les mondes de l’art, ouvre une réflexion sur ses modalités de voilement et de dévoilement, sur ses mises en forme, ses mises en scène, mais aussi sur les processus d’invisibilisation ou au contraire de surexposition des « corps vulnérables » ou des « populations vulnérables » dans les sociétés contemporaines. Engageant le domaine du sensible et de la perception, la mise en jeu et en enjeu de la vulnérabilité pose notamment la question de la porosité des frontières entre les espaces publics, privés et intimes. 

Le colloque vise à interroger la notion de vulnérabilité dans ses origines, mais aussi dans ses implications anthropologiques, institutionnelles, politiques et culturelles. Signe d’une mutation socio-anthropologique récente de la société occidentale, elle demande à être déconstruite afin que l’on puisse en saisir les enjeux pour les individus comme pour les institutions. Le dialogue épistémologique et conceptuel entre les chercheurs permettra de conjuguer et de questionner état des lieux, évaluations normatives et médiations cathartiques.