Archives de catégorie : Billets

Congrès de la SELF XX-XXI 2019 : ouverture des inscriptions

Le site consacré aux inscriptions pour le congrès de la SELF XX-XXI 2019 :
Modes de Présence et Fonctions de l’écrivain dans la cité ; est maintenant ouvert: https://selfxx-xxi-2019.sciencesconf.org

Le congrès se tiendra à Caen du 12 au 14 septembre 2019.

Les frais d’inscription au congrès comprennent les déjeuners des jeudi 12 et vendredi 13 septembre.

Les inscriptions se font en ligne, rubrique “Inscription en ligne” du 23 avril au 1er juillet 2019. Il ne sera pas possible de s’inscrire sur place en septembre.

  • Pour les enseignants chercheurs et les chercheurs, l’inscription est de de 70€ jusqu’au 31 mai et de 80€, jusqu’au 1er juillet.

  • Pour les post-doctorants et les étudiants, l’inscription est de 35€ jusqu’au 1er juin et de 40€ jusqu’au 1er juillet (justificatif à envoyer à Catherine Bienvenu : catherine.bienvenu@unicaen.fr).

L’inscription au dîner de gala du vendredi 13 septembre est de : 35 €
Resturant : le Goût des Autres

Printemps Proustien (11-19 mai 2019)

Printemps Proustien, cent ans du Prix Goncourt décerné à Marcel Proust

Le Printemps Proustien, festival pluridisciplinaire, célèbre les cent ans du Prix Goncourt décerné à Marcel Proust. Dix jours de festivités culturelles et littéraires, de spectacles, d’animations et de rencontres, pour se plonger dans l’univers et l’époque de l’auteur d’À la recherche du temps perdu.

1919-2019, CENT ANS DU PRIX GONCOURT DÉCERNÉ À MARCEL PROUST

À l’initiative du Conseil Départemental d’Eure-et-Loir, le Printemps Proustien célèbre du 11 au 19 mai 2019 le centenaire du Prix Goncourt décerné 
à Marcel Proust pour À l’ombre des jeunes filles en fleurs.

Le fil rouge du festival est triple : Proust, le Goncourt et la Belle Époque.

Télécharger le programme

Pour plus d’information, le site du printemps proustien.

Continuer la lecture

La Critique à l’écran II Filmer la littérature

Télécharger le programme complet

  • Jeudi 28 mars, Amphithéâtre de la Présidence, UPPA
  • Vendredi 29 mars, Médiathèque André Labarrère

Organisateurs : Sylvain Dreyer (UPPA) et Dominique Vaugeois (Rennes 2)

Comité scientifique :
Carole Aurouet (Université Paris-Est-Marne-la-Vallée),
Gilles Mouëllic (Université Rennes II),
Bernard Vouilloux (Sorbonne Universités)

Lors de la première édition de ce colloque intitulée « La critique à l’écran I – Les arts plastiques », nous entendions faire la lumière sur la notion de « film sur l’art », en mettant en avant la dimension critique de ce genre cinématographique. Cette nouvelle édition, abordera les « films sur la littérature », notion plus difficile à cerner et dont il n’est même pas sûr qu’elle constitue un genre. Est-ce parce que l’image audiovisuelle et la littérature ne bénéficient pas des liens de proximité qui peuvent exister entre deux médiums essentiellement visuels ? Ou, au contraire, parce que le film de fiction, par le biais de l’adaptation, entretient historiquement avec l’œuvre littéraire un riche compagnonnage qui monopolise l’attention portée aux relations entre littérature et cinéma ?

Continuer la lecture

Les Éditions du Seuil : colloque 4 et 5 avril 2019

Colloque international organisé par Sarah Clément, Hervé Serry et Dominique Viart

Les Éditions du Seuil : pratiques éditoriales en littérature et sciences humaines depuis 1980.

Les 4 et 5 avril 2019

Pôle Métiers du livre de St-Cloud
Amphithéâtre Annie Béthery

Télécharger le programme complet

Fondées en 1935, et dirigées pendant plus de quarante ans par Jean Bardet et Paul Flamand, les Éditions du Seuil sont restées indépendantes jusqu’en 2004. Après l’âge d’or, dans les années 60-70, d’une maison d’édition qui conciliait engagement, ligne éditoriale ambitieuse, et avant-gardisme dans le domaine de la littérature et des sciences humaines, de nombreux bouleversements l’ont affectée : multiples changements de direction ; départ en 1982 de sa revue emblématique Tel Quel, qui s’éteint pour renaître chez Denoël, puis chez Gallimard (sous le titre L’Infini)  ; rachat par La Martinière en 2004 ; déménagement en 2010 de ses locaux de la rue Jacob ; et enfin passage sous le contrôle de Média-Participations en 2017.

Alors que le catalogue du Seuil comporte plus de 16 000 titres et que la maison publie 350 nouveautés par an dans des secteurs très divers, la littérature et les sciences humaines continuent à cohabiter au sein d’un large éventail de collections prestigieuses : « Fiction & Cie », « Cadre rouge » et « Cadre vert », « Poétique », « La Librairie du XXIe siècle », « L’univers historique », « L’ordre philosophique », « La couleur des idées », « Champ freudien », etc. Comment les changements du paysage éditorial ont-ils pu modifier les pratiques des acteurs et influencer leurs choix de publication ? Comment le Seuil a-t-il pu s’adapter à ces transformations et garder un cap dans ce contexte ?

Continuer la lecture

Recensement des thèses XXe-XXIe siècles

A l’attention des docteurs et docteures de l’année 2018

La Société d’étude de la littérature de langue française du XXe et du XXIe siècles (Self XX-XXI) désire rendre accessible sur le site de son carnet de recherche (https://self.hypotheses.org/) la liste des thèses soutenues en France en littératures française et francophone et concernant les XXe et XXIe siècles.

Les docteurs ayant soutenu leur thèse en 2018 et dont le dossier a été qualifié par le CNU au début de l’année 2019 peuvent envoyer leur position de thèse (ou la présentation de leur thèse en trois pages) et les mots-clés permettant de l’identifier à Guillaume Bridet et Laure Michel : g.bridet@free.fr et laure.michel.graber@sfr.fr.

Cette base de données permettra au plus grand nombre, masterants, docteurs, doctorants et enseignants-chercheurs, de prendre aisément connaissance de l’état de la recherche la plus récente en littératures française et francophone des XXe et XXIe siècles.

Un grand merci à tous et toutes pour votre collaboration.

Pour la Self XX-XXI

Guillaume Bridet et Laure Michel

Ombres et transparences

Journée Jeunes chercheurs de la SELF XX-XXI

Samedi 10 novembre 2018

Paris 3 Sorbonne Nouvelle – salle du conseil Maison de la recherche 4 rue des Irlandais 9h15-12h/14h/17h

Télécharger le programme

Comité d’organisation

  • Aude Leblond
  • Solenne Montier
  • Anysia Troin-Guis

Comité scientifique

  • Béatrice Bloch (Bordeaux Montaigne)
  • Anne Gourio (Caen Normandie)
  • Frédéric Martin-Achard (Jean Monnet Saint-Etienne)
  • Philippe Ortel (Bordeaux Montaigne)
  • Claude Perez (Aix Marseille)
  • Anne-Christine Royère (Reims Champagne-Ardenne)
  • Bernard Vouilloux (Sorbonne Université)
Continuer la lecture

Actualités de Joseph Delteil

Deux actualités scientifiques concernant Joseph Delteil

  1. Parution en novembre d’un numéro de la revue Europe sur Joseph Delteil.

Avec des articles de  Marie-Françoise Lemonnier-Delpy, Jacques Laurans, Frédéric Jacques Temple, Christian Dedet, Jérôme Prieur, Aragon, Bernard Chambaz, Bruno Curatolo, Max Chaleil, Denitza Bantcheva, Danièle Estèbe Hoursiangou, Mathieu Gimenez, Christian Lacroix, Joseph Delteil, Robert Briatte, Gilles Gudin de Vallerin, Philippe Gardy, Philippe Forcioli, Magali Arnaud, Jean-Paul Court, Colette Nys-Mazure.

2. Un colloque “Joseph Delteil et les autres” se tient les 16 et 17 octobre 2018 à l’université de Picardie Jules Verne, organisé par Marie-Françoise Lemonnier Delpy. Lire le programme.

Continuer la lecture

Hommage à Bruno Curatolo

Bruno Curatolo 

(1953-2018)

Bruno Curatolo

Le 30 août 2018 nous quittait Bruno Curatolo. Né en Tunisie, il avait passé la Méditerranée au bout de quelques années avant de suivre des études à l’Université Stendhal-Grenoble 3 où il obtient l’agrégation de Lettres modernes en 1976, après quoi il devient enseignant dans le secondaire, en Bourgogne. Il s’inscrit alors à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, d’abord en DEA (1986) puis en thèse, sur Le style de la fiction dans l’œuvre romanesque de Raymond Guérin, thèse soutenue en 1990 sous la direction de Jean-Yves Tadié. En 1995, il est recruté comme Maître de conférences à l’Université de Bourgogne, où il donnait des cours depuis une dizaine d’années. En 2000, toujours à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, il soutient, sous l’autorité de Mireille Sacotte, une HDR intitulée : Sur quelques aspects méconnus de la création littéraire au XXe siècle. Enfin, en 2001, il est élu Professeur de littérature française à l’Université de Franche-Comté, où il assumera de multiples responsabilités (il fut notamment Directeur de l’EA « Archives, Textes et Sciences des Textes »), avant de prendre sa retraite en 2015.

Continuer la lecture

Journée d’agrégation Simone de Beauvoir 6 octobre 2018

Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée

Les communications de la journée sont maintenant disponibles sur la page permanente.

Note Vous y trouverez aussi les actes de la Journée d’étude « Zaza, figure et traces », qui a eu lieu le vendredi 9 avril 2010 à l’Université Paris Diderot -Paris 7 organisée par Cécile Decousu (UFRLAC) sous la direction de Julia Kristeva (Université Paris 7).

6 octobre 2018, Paris III-Sorbonne Nouvelle, site Censier, amphi D 03 – 9h30-16h

Pour entrer sur le site de Censier, il est demandé de présenter une carte d’étudiant ainsi que le programme de la journée 

Responsable : Jean-Louis Jeannelle (Université de Rouen)

Coordination : SELF XXe-XXIe

Avec le soutien de l’UMR THALIM (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle) et du CEREdI (Université de Rouen)

10h – Marie-Françoise Lemonnier-Delpy (Université de Picardie-Jules Verne) : « Fille(s) et mère(s) »

10h40 – Isabelle Grellet (Auteure avec Caroline Kruse des Jeunes Filles exemplaires) : « Simone de Beauvoir et Élisabeth Lacoin : destins croisés »

11h10 – Jean-Louis Jeannelle (Université de Rouen, CEREdI) : « Les ratées de la famille »

11h50-12h10 : Questions

14h – Sandrine Vaudrey-Luigi (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle) : « Unité et valeur stylistiques des Mémoires d’une jeune fille rangée ».

14h40 – Simon Bréan (Sorbonne Université) : « Beauvoir, démocrate et romanesque »

15h20 – Alain Schaffner (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle) : « Le corps dans les Mémoires d’une jeune fille rangée »

16h-16h20 : Questions.

Penser/Exposer la vulnérabilité – Colloque à Caen 29-30/11 et 1/12/18

Penser/Exposer la vulnérabilité  (29-30/11 et 1/12/18)

Responsables scientifiques :

  • Marie-Hélène Boblet (LASLAR, université de Caen Normandie)
  • Hélène Marche (CERREV, université de Caen Normandie)
  • Nadine Proia-Lelouey (LPCN, université de Caen Normandie)

Consulter le programme.

PRÉSENTATION

Le concept de vulnérabilité [vulnerability] émerge dans différents champs des sciences humaines et sociales dans les années 1990/2000, à mesure que s’accroît « la société du risque » (Beck, 1986). Il repose sur des fondements philosophiques comme l’éthique de la sollicitude (Ricœur, Levinas) et du care (Gilligan) et a suscité de nombreux travaux dans le domaine de la sociologie, de la psychologie, du droit, de la philosophie politique et morale.

Méta-objet transdisciplinaire, il est l’indice d’une révolution anthropologique qui permet une nouvelle lecture des grilles à partir desquelles se construit la représentation de l’humain (Martucelli, 2014, Genard, 2015). Ce concept permet en effet d’avoir une vision plus large des multiples sources de fragilité qui excèdent les privations matérielles, la précarité ou l’exclusion. Il souligne un changement dans la façon d’appréhender leurs effets multiples – sanitaires, sociaux, économiques, environnementaux -, ainsi que les réponses individuelles, collectives, institutionnelles ou politiques proposées pour y remédier.

Eprouvée dans des contextes empiriques donnés, la vulnérabilité et les situations de vulnérabilité sont aussi des objets de re-présentations sociales, psychologiques et esthétiques, donnant lieu à des configurations subjectives, dramatiques ou narratives. L’exposition de la vulnérabilité, depuis les espaces de la vie quotidienne jusqu’aux arènes publiques, incluant les mondes de l’art, ouvre une réflexion sur ses modalités de voilement et de dévoilement, sur ses mises en forme, ses mises en scène, mais aussi sur les processus d’invisibilisation ou au contraire de surexposition des « corps vulnérables » ou des « populations vulnérables » dans les sociétés contemporaines. Engageant le domaine du sensible et de la perception, la mise en jeu et en enjeu de la vulnérabilité pose notamment la question de la porosité des frontières entre les espaces publics, privés et intimes. 

Le colloque vise à interroger la notion de vulnérabilité dans ses origines, mais aussi dans ses implications anthropologiques, institutionnelles, politiques et culturelles. Signe d’une mutation socio-anthropologique récente de la société occidentale, elle demande à être déconstruite afin que l’on puisse en saisir les enjeux pour les individus comme pour les institutions. Le dialogue épistémologique et conceptuel entre les chercheurs permettra de conjuguer et de questionner état des lieux, évaluations normatives et médiations cathartiques.

Compte rendu de l’assemblée générale 2018

L’assemblée générale de la SELF XX-XXI a eu lieu le 13 janvier 2018.

Vous en trouverez ici le compte rendu.

N’oubliez pas de renouveler votre adhésion en envoyant votre cotisation.

À retenir

  • La revue ELFe XX-XXI passe en ligne en 2018, sur Open Edition (anciennement revues.org).
  • Une Journée des doctorants et jeunes docteurs se tiendra en septembre 2018, sous l’égide de Solenne Montier, sur le sujet « Transparence et opacité ».
  • Le prochain congrès de la SELF XX-XXI  (Modes de Présence et Fonctions de l’écrivain dans la cité )se tiendra du 17 au 19 septembre 2019, co-organisé par Marie-Hélène Boblet et Simon Bréan. Il sera accueilli par l’Université de Caen-Normandie. L’appel sera diffusé très prochainement.

Composition du bureau 2018

  • Présidente : Marie-Hélène Boblet
  • Vice-présidents : Alain Schaffner, Alexandre Gefen
  • Secrétaire : Olivier Penot-Lacassagne
  • Secrétaire-adjointe : Nathalie Froloff
  • Trésorier : Bruno Curatolo
  • Trésorière-adjointe : Ivanne Rialland

Journée d’agrégation Nicolas Bouvier (14 octobre)

Journée d’Agrégation Nicolas Bouvier, L’Usage du monde

Mise à jour 20/03/2018 : les communications sont maintenant en ligne : cliquer sur les liens fournis dans le programme ci-dessous.

Présentation de la journée

Date: samedi 14 octobre 2017

Lieu : amphi D02 (Censier Paris 3)

Responsable : Guillaume Bridet (U. Bourgogne Franche-Comté)

Coordination SELF XX-XXI, Marie-Hélène Boblet

Avec le soutien de l’UMR THALIM (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle) et de l’UMR CELLF (Université Paris IV-Sorbonne)

Programme

A partir de 9h45 : Accueil des intervenants et des auditeurs.

10h-10h50 :
Gilles Louÿs (Université Paris-Ouest) : Le livre du monde de Nicolas Bouvier et de Thierry Vernet. Écouter en ligne

10h50-11h40 :
Nadine Laporte (Université de Pau et des Pays de l’Adour) : Corps gestuel, corps sensible : l’écriture du voyage comme phénoménologie du déséquilibre. Ecouter en ligne

11h40-12h30 :
Stéphane Chaudier (Université Lille) : Bouvier énumératif : des perceptions sans sujet ? Ecouter en ligne

Pause déjeuner

14h-14h50 :
Aline Bergé (Université de la Sorbonne Nouvelle) : Le pas suspendu de la prose du monde. Écouter en ligne

14h50-15h40 :
Guillaume Bridet (Université Bourgogne-Franche-Comté) : L’histoire dans L’Usage du mondeÉcouter en ligne

15h40-16h30 :
Sarga Moussa (CNRS/Thalim) : Un avatar cinématographique de L’Usage du monde. A propos d’un scénario inédit de Nicolas Bouvier pour un projet de film de Peter Ammann, Ouest-Est – voyage en Orient (1972).  Écouter en ligne.

Colloque international : L’Oulipo et les savoirs (Paris 11-13 mai 2017)

Colloque organisé par l’université Paris Diderot /CERILAC/Axe EMOI et l’université Paris 3-Sorbonne nouvelle

Cécile de Bary, MCF, université Paris Diderot

Alain Schaffner, université Paris 3-Sorbonne nouvelle

Comité scientifique : Hélène Baty-Delalande (Paris Diderot/CERILAC), Evelyne Grossman (Paris Diderot/CERILAC), Marc Lapprand (université Victoria), Joëlle Le Marec (Paris Sorbonne/CELSA), Dominique Moncond’huy (université Poitiers), Jacqueline Nacache (Paris Diderot/CERILAC), Dominique Rabaté (Paris Diderot/CERILAC), Jean-Jacques Thomas (université d’état de New York à Buffalo, chaire Melodia Jones)

Lieu :

Les 11 et 12 mai, université Paris Diderot, bâtiment Sophie Germain (amphi Turing), 60 avenue de France, 75013 Paris

Le 13 mai, I.N.H.A (auditorium) , rue Vivienne 75002 Paris

Programme

L’Oulipo a investi les savoirs de manière remarquable. Les contraintes, pratiques les mieux connues du groupe, n’ont-elles pas été définies, souvent, grâce aux mathématiques, et grâce à l’érudition (via le plagiat par anticipation) ? Quant à la « curiosité », et l’expertise, scientifiques des deux fondateurs du groupe, François Le Lionnais et Raymond Queneau, elles sont bien connues. Le colloque envisagera cette dimension historique. Il tentera de déterminer également la manière dont les savoirs nourrissent les œuvres des oulipiens, des contraintes à la pseudo-érudition, définie par Georges Perec. Il cherchera à montrer, encore, comment ces œuvres interrogent ou nourrissent les scientifiques institutionnels eux-mêmes. Finalement, il s’agirait de donner l’idée d’un tissu de relations dont la quenine serait le meilleur symbole : généralisant les permutations observées dans la sextine du troubadour Arnaut Daniel, Queneau fait œuvre de mathématicien, en des recherches encore poursuivies aujourd’hui, à la suite de Jacques Roubaud. Et la quenine sert ensuite l’invention formelle oulipienne, de manière répétitive, au point de devenir un signe de reconnaissance (ce dont témoigne notamment la trilogie d’Hortense, du même Jacques Roubaud).

Colloque “Pierre Michon, l’écriture du sacré” (Paris, 19-20 mai 2017)

Pierre Michon, l’écriture du sacré

19-20 mai 2017

Vendredi 19 mai : Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 – Maison de la Recherche, Salle du Conseil (4, rue des Irlandais, 75005)

Samedi 20 mai : Université Paris-Sorbonne, Salle des Actes (17 rue de la Sorbonne, 75005)

Manifestation organisée par Marie-Ève Benoteau-Alexandre et Carole Auroy (Université d’Angers / CIRPaLL)

en collaboration avec Denis Labouret (Université Paris-Sorbonne / CELLF) et Alain Schaffner (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 / THALIM)

avec le soutien de l’Association des Amis de Pierre Michon

Télécharger le programme

Le sacré représente une sorte de moteur pour l’écriture de Pierre Michon. Cœur de l’expérience humaine, il a partie liée avec la profération de la parole. Il est à la fois la source du texte et son horizon ultime, ce qui l’engendre, le relance, et constitue peut-être sa réussite.

Sur ce thème majeur, deux journées d’étude menées à l’université d’Angers, en 2014 et 2015, ont permis de dégager un certain nombre de lignes de force. Alors que la journée de 2014 avait principalement exploré la face claire du sacré, celle qui donne accès à une plénitude d’être supérieure, les communications de la journée de 2015 se sont principalement attachées à sa face sombre, sa collusion avec la violence des pulsions et des forces cosmiques.

Le colloque de Paris, conçu comme le prolongement de ces deux journées, entend revenir sur ces deux modes d’être du sacré chez Michon pour penser leur possible articulation.