Archives de catégorie : Colloque Journée

Surréalismes Paris 2024 – Colloque 28-30 octobre 24 (Appel pour le 15/03/24)

Télécharger l’appel en français, anglais et espagnol.

Surréalismes Paris 2024 est la sixième édition de l’International Society for the Study of Surrealism (ISSS), dont le but est de faciliter les échanges interdisciplinaires et inter-régionaux en organisant des événements (colloques, forums, expositions, publications) sur le surréalisme.

L’ISSS promeut l’étude du surréalisme dans toutes ses acceptions et dimensions et présente les nouvelles approches de ses expressions artistiques, littéraires, ou autres. Les congrès de l’ISSS contribuent à créer un réseau international de chercheurs, artistes, écrivains de tous les continents œuvrant dans le champ.

Le pays organisateur en 2024 étant la France, le congrès de l’ISSS Surréalismes Paris 2024 sera organisé sur le campus de l’American University of Paris (AUP) avec pour partenaire le Centre allemand d’histoire de l’art (DFK Paris), l’université Jean Monnet Lyon-Saint Étienne (ECLLA), l’université Sorbonne Nouvelle (THALIM).

Surréalismes Paris 2024 se tiendra les 28 – 29 – 30 octobre 2024. Outre les sessions académiques et tables rondes diverses, il fera place à d’autres manifestations : projections de films, lectures poétiques, visite de l’exposition sur le surréalisme au Musée national d’art Moderne – Centre Pompidou, etc. dont le détail sera précisé dans la programmation à venir.

2024 est une année particulière qui commémore le centième anniversaire du Premier Manifeste d’André Breton, la parution d’Une Vague de rêves de Louis Aragon ou encore le lancement de la revue La Révolution surréaliste à l’automne 1924. De nombreux évènements culturels autour du surréalisme (expositions, colloques, lectures, publications) auront lieu en France. Au-delà de la commémoration, la poursuite des travaux menés par les cinq éditions précédentes du Congrès annuel de l’ISSS, permettra d’accentuer la vitalité du surréalisme, interroger son internationalisation continue de ses origines à aujourd’hui.

« Pour ne pas se dessécher », écrit Benjamin Péret en 1935, le surréalisme doit « sortir du cadre étroit des frontières de la France et prendre une figure internationale ». Le congrès de l’ISSS Surréalismes Paris 2024, interdisciplinaire et transversal, sera donc l’occasion d’explorer très largement, cette internationalisation, jusqu’à l’avènement d’un surréalisme global dans un marché culturel mondialisé.

L’audience internationale, et non seulement européenne du surréalisme, mérite d’être débattue. Où et par quelles médiations s’est-il diffusé ? Quelles résistances et quelles adhésions a-t-il rencontrées au cours de son histoire selon les lieux et les cultures ? Quelles ont été́ les modalités de sa réception en Europe et, au-delà̀, sur tous les continents ? Comment les relations entre le « centre » supposé (Paris) et les groupes dits « périphériques » se sont-elles développées ? Le surréalisme a-t-il été́ amoindri ou enrichi par cet élargissement international ? Le mouvement y a-t-il perdu sa nature propre ou, au contraire, y a-t-il puisé les éléments d’un indispensable renouvellement ? Sa progressive marchandisation artistique a-t-elle atténué́ l’exigence poétique qu’il défendait ? Son esthétisation et sa muséification ont-elles définitivement étouffé la révolte politique qu’il incarnait ? Bref, qu’en est-il du surréalisme aujourd’hui à l’échelle monde ? Quelle subversion poétique, quelle révolte politique peut-il encore nourrir ? Quelles oppositions permet-il encore de formuler ? C’est donc bien l’actualité́ plurielle du surréalisme, objet des approches les plus diverses, qui nous rassemblera à Paris.

Les propositions de communications individuelles (d’une durée de 20 minutes) doivent comporter un résumé de 250 mots, un titre, l’affiliation professionnelle et les coordonnées de l’intéressé.e. Les propositions de séances pré-organisées (panels), sont vivement souhaitées et peuvent comporter 3 ou 4 communications. Les panels doivent inclure un paragraphe supplémentaire décrivant la logique et indiquant le titre de la séance. Les tables rondes et autres séances aux formats alternatifs sont aussi les bienvenues. Enfin, nous encourageons la participation des doctorant.e.s qui travaillent sur des sujets relatifs au surréalisme élargi.

Les langues d’intervention seront le français, l’anglais et l’espagnol.

Veuillez envoyer vos propositions avant le 15 mars 2024 à l’adresse suivante : isssparis2024@laposte.net

Réponse avant le mois de 15 mai 2024

Comité organisateur de l’ISSS Paris 2024

  • Julia Drost (Centre allemand d’histoire de l’art, DFK, Paris)
  • Fabrice Flahutez (Université Lyon-Saint-Étienne, Institut Universitaire de France)
  • Olivier Penot-Lacassagne (Université Sorbonne Nouvelle)
  • Iveta Slavkova (American University of Paris)

Sarraute – Journée d’agrégation – 18 novembre 2023 (communications disponibles)

Journée d’étude organisée par la SELF XX-XXI

Samedi 18 novembre 2023, 9h-17h45

Préparation aux concours de l’Agrégation de Lettres modernes 2024

Université Sorbonne Nouvelle
8 avenue de Saint-Mandé – 75012 Paris
Salle BR 06

Nathalie Sarraute, Le Silence et Pour un oui ou pour un non 

Responsables : Marie-Hélène Boblet, avec pour la SELF XX-XXI Guillaume Bridet, Anne-Yvonne Julien et Simon Bréan

Les communications peuvent maintenant être téléchargées ici.

Matinée présidée par Marie-Hélène Boblet

9h : Accueil des participants

 9h15 : Joëlle Chambon (U. Montpellier) : L’émergence paradoxale du théâtre dans l’œuvre de Sarraute à partir du Silence, du point de vue historique et générique.

9h 45 : Solenne Montier(UR 4256 Laslar): Le Silence et les interstices de la conversation

10h15- 10h45 Discussion et pause

11h : Stéphane Chaudier (U Lille 3) : Perdre et sauver la face

 11h30 Sylvie Loignon (U Caen, UR 4256 Laslar) : ” ‘Le pavé de l’ours’ : l’insoutenable pesanteur de la dissonance dans Le Silence et Pour un oui ou pour un non

12h-12h30 Discussion

12h 30 Pause Déjeuner

Après-midi présidé par Stéphane Chaudier

14h 30 : Françoise Asso(U Lille 3) : L’usage de la scène

15h : Eric Eigenmann (U Genève) : Mettre en scène Nathalie Sarraute ? Entre naturalisme et fantastique.

15h30- 16h :  Discussion et pause

16h : Jérémy Majorel (U Lyon 2) et Benoît Auclerc(U Lyon 3) : Critique dramatique et réception suscitées par les deux pièces (titre à préciser)

Discussion

Le trouble dans la littérature narrative des XXe et XXIe siècles (CFP jeunes chercheurs)

Appel à communications pour la Journée des doctorants et jeunes chercheurs de la SELF XX-XXI (7 juin 2023)

Date limite : 7 juin 2023
Organisé par la SELF XX-XXI
Date de la journée d’études : 2 décembre 2023
Lieu : A déterminer (Paris)
Responsables : Bahia Dalens, Alice Laumier.

Comité scientifique : Carole Auroy, Hélène Baty-Delalande, Marie-Hélène Boblet, Bahia Dalens, Alice Laumier.

Télécharger l’appel complet

Une histoire de l’« art du trouble » en littérature, courant du début du xxe siècle jusqu’à nos jours, reste à écrire, de même qu’il reste à penser les différents modes d’articulation possibles entre les dimensions thématique, poétique et, du côté de la réception, ce qui relèverait d’une expérience de lecture et d’une activité interprétative marquées par le trouble. Nous souhaitons par là inscrire cette journée d’étude dans le regain d’intérêt récent de la critique littéraire pour la réception, et en particulier pour la part qu’y prend l’émotion.

Représentation, enregistrement, exacerbation, réaction, réparation : se pencher sur les modalités d’expression et de production littéraires du trouble implique également de réfléchir à l’idée de littérature et au rapport au monde qu’elle construit. Plusieurs questions émergent alors :

            – Si sa présence en littérature peut se comprendre comme la marque ou l’indice d’époques elles-mêmes troubles (perte des repères, crise, opacité du présent…), pourrait-on également la considérer comme une tentative et une occasion d’apprendre à vivre « avec le trouble » (D. Haraway) ou « dans le tremblé, dans l’inquiet, dans le trouble » (C. de Toledo) ?

            – Quels sont les intérêts esthétiques et politiques à générer du trouble, à produire des expériences déconcertantes de lecture ? Faut-il y voir une volonté de perturbation, pensée comme une résistance à certains impératifs qui caractérisent nos sociétés (clarté, intelligibilité, exigence d’identification…) ?

            – Enfin, depuis une pensée de la littérature comme ce qui « introduit le trouble » (N. Caligaris) jusqu’à une conception « réparatrice » (A. Gefen), en passant par la catégorie de « littérature déconcertante » (D. Viart) : comment l’étude du trouble croise-t-elle le problème de la valeur littéraire ?

Pour cerner cette notion aux contours incertains et à la riche polysémie, il est possible de partir de termes proches : déstabilisation, ambiguïté, malaise, équivoque, opacité, hybridité… mais également de se tourner vers des notions connexes élaborées par d’autres penseurs : estrangement (V. Chklovski, C. Ginzburg), vertige (R. Caillois, C. de Toledo), récit indécidable (B. Blanckeman), hantise par déplacement et condensation (D. Viart), survivance (G. Didi-Huberman).

La journée d’étude aura lieu le 2 décembre 2023 avec des interventions d’une vingtaine de minutes. Les propositions de communication sont à adresser avant le mercredi 7 juin aux deux adresses suivantes : bahia.dalens@gmail.com et alice.laumier@gmail.com. Elles devront comporter une notice bio-bibliographique de quelques lignes et ne pas dépasser une page (3000 signes espaces compris). Les réponses seront communiquées par mail le 30 juin.

 

La littérature française au grand large (xxe et xxie siècles) Congrès 2024 de la SELF XX-XXI (appel pour le 01/09/23)

La littérature française au grand large (xxe et xxie siècles)

Congrès bisannuel 2024 de la Société d’étude de la littérature de langue française du XXe et du XXIe siècles (SELF XX-XXI)

À l’heure où un retour au « grand récit national » est préconisé avec insistance par certains milieux intellectuels et politiques français dans un contexte de crainte des flux migratoires, ce congrès cherchera à proposer des pistes de réflexion pour écrire une autre histoire ou plutôt d’autres histoires de la littérature française qui l’ouvriraient au grand large des circulations multiples caractérisant l’histoire des peuples et des cultures.

Télécharger le texte de l’appel.

Calendrier

  • Date limite pour les propositions : 1er septembre 2023.
  • Réponse : 1er octobre 2023.
  • Programme : 30 janvier 2024.
  • Congrès : lundi 10 – mercredi 12 juin 2024. (Université de Bourgogne)

 Organisation

Le congrès aura lieu à l’Université de Bourgogne avec le soutien des équipes CPTC et THALIM. Les participants devront prendre en charge leur voyage et leur hébergement. Un dîner collectif leur sera offert, ainsi que les déjeuners. La participation au colloque comprend la cotisation à la SELF XX-XXI : 50 € pour les chercheurs et 30 € pour les étudiants.

Organisateurs et contacts

Comité scientifique

  • Guillaume Bridet (Université Sorbonne nouvelle/THALIM)
  • Virginie Brinker (Université de Bourgogne/CPTC)
  • Maxime Del Fiol (Université Paul Valéry/RiRRa 21)
  • Xavier Garnier (Université Sorbonne nouvelle/THALIM)
  • Marina O. Hertrampf (Universität Passau)
  • Abdoulaye Imorou (University of Ghana)
  • Maëline Le Lay (CNRS/THALIM)
  • Tristan Leperlier (CNRS/THALIM)
  • Oana Panaïté (Indiana University)
  • Karel Plaiche (University of Cape Town)
  • Véronique Porra (Johannes Gutenberg Universität-Mainz)

Propositions

Les propositions de 3 000 à 5 000 signes et accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique peuvent être individuelles ou présentées sous la forme d’un panel thématique (3 à 5 intervenants). Elles doivent être envoyées à Guillaume Bridet et Virginie Brinker. Elles seront discutées par un comité scientifique.

 Argument développé

Continuer la lecture

Mater Genetrix. Les images de la mère dans la littérature contemporaine de l’expression française (CFP 15/04/23)

Mater Genetrix. Les images de la mère dans la littérature contemporaine de l’expression française

3 et 4 novembre 2023 à la Faculté des arts de l’Université Palacký d’Olomouc en République Tchèque.

Télécharger l’appel

Que signifie être mère ? En effet, c’est une question qui, depuis des siècles jusqu’à aujourd’hui, a reçu et reçoit des réponses très différentes. La raison en est d’une part l’image de la femme dans la société et l’image que les femmes ont d’elles-mêmes qui en découle. La conception de la femme en tant que mère et son rapport à la maternité sont étroitement liés aux possibilités qu’ont les femmes de déterminer elles-mêmes leur position dans la société et de disposer de leur corps de manière autonome.

L’obtention du droit de vote et la libre décision de pouvoir subvenir à ses besoins par son propre travail rémunéré et indépendamment d’un mariage ont modifié la conception (de soi) des mères et de la maternité (socialement/religieusement) attendue, tout comme la libération sexuelle des années 60 du XXe siècle et l’acceptation de la diversité sexuelle à notre époque.

Malgré la prétendue égalité des droits et l’autodétermination, la féminité, la sexualité féminine et le rôle des genres sont encore aujourd’hui en conflit dans notre culture. Il en va de même pour la conception de la maternité et le rôle de la mère dans la famille et la société. Le spectre des images sur la mère oscille entre l’exaltation et la glorification religieuses ou patriotiques de la mère et les mères « monstrueuses » qui négligent, torturent ou même tuent leurs enfants.

On pourrait penser par exemple, parmi d’innombrables autres, à Génetrix de Mauriac ou à Chanson douce de Slimani, pour ne citer que deux exemples choisis au hasard – la diversité des mises en scène littéraires de mères et de leurs relations avec leur partenaire, leurs enfants et leur entourage est presque infinie. Cette diversité se reflète également dans différents genres littéraires des littératures française et francophone, sur lesquels nous souhaitons nous pencher lors de notre colloque. En nous concentrant sur le XXe et le XXIe siècle, nous souhaitons mettre en évidence les continuités, les évolutions et les compréhensions entièrement nouvelles de la maternité et les interpréter à la lumière des circonstances culturelles et littéraires de la période respective de création.

Voici quelques pistes de réflexions possibles :

  • image de la mère véhiculée par les médias / la société vs réalité
  • influence des rôles traditionnels (religieux)
  • image de soi des mères et de leur maternité au fil du temps
  • bonheur et fierté de la mère
  • mauvaise mère
  • mère et sexualité féminine
  • mères et filles : conflit de générations concernant les concepts de sexualité, de
  • féminité et de maternité
  • mère sans homme (maternité lesbienne)
  • contrainte sociale de la maternité et renoncement conscient à la maternité
  • regretting motherhood

Les résumés, d’environ 300 mots, accompagnés d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer d’ici le 15 avril 2023 à l’adresse colloquemere@gmail.com. Une réponse sera donnée en mai 2023. Pour la participation au colloque, des frais d’inscription de 80 euros sont demandés.

À la recherche d’une patrie européenne : cent ans de représentation de l’Europe dans la revue Europe (CFP 28/02/23)

Colloque international

À la recherche d’une patrie européenne :

cent ans de représentation de l’Europe dans la revue Europe

Lieu : Université de Passau (Allemagne), 10 et 11 novembre 2023

Organisation

  • Marina Ortrud Hertrampf (Université de Passau)
  • Guillaume Bridet (Sorbonne Nouvelle)

Les communications pourront avoir lieu en allemand, en anglais ou en français.

Les résumés, d’environ 300 mots, accompagnés d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer d’ici le 28 février 2023 à Marina Ortrud Hertrampf (marina.hertrampf@uni-passau.de) et à Guillaume Bridet (guillaume.bridet@sorbonne-nouvelle.fr).

Argument

« Les années qui vont venir décideront du sort de l’Europe, auquel est lié celui de toute la race humaine. Il est urgent que nous apprenions à regarder plus haut que tous les intérêts, les passions, les égoïsmes des individus et des groupements ethniques » : même si son eurocentrisme le situe dans un certain contexte qui n’est plus le nôtre et qui demande à être interrogé, ce constat d’un nécessaire dépassement des intérêts des peuples et des nations sonne quant à lui comme très actuel. René Acros le formule dans le premier numéro de la revue Europe en février 1923. Cent ans après la naissance de cette revue littéraire et intellectuelle qui s’efforce de passer d’une vision de l’Europe à une réalité vécue, nous nous retrouvons au cœur de l’Europe – certes constitutionnalisée politiquement entre-temps par l’Union européenne – confrontés à une situation comparable : sur un seuil où se joue l’avenir de la « Patrie européenne ». Continuer la lecture

Marguerite Yourcenar entre la construction de l’œuvre et la vérité de l’art

Appel à communications (date limite : 31 mai 2023)

Colloque “Marguerite Yourcenar entre la construction de l’œuvre et la vérité de l’art
organisé à l’occasion du 120e anniversaire de la naissance de Marguerite Yourcenar

à Milan les 26 et 27 octobre 2023.

L’Université IULM de Milan, l’Université de Pavie et la Société Internationale d’Études
Yourcenariennes vous invitent cordialement à participer au colloque international qui se tiendra à Milan les 26 et 27 octobre 2023 avec pour thème Marguerite Yourcenar entre la construction de l’œuvre et la vérité de l’art.
Le colloque propose d’analyser l’œuvre de Marguerite Yourcenar en relation à l’autrice et aux différentes postures qu’elle a assumées au cours de son existence. D’abord bien insérée dans la vie littéraire des premières années 1930, elle s’est ensuite de plus en plus retirée de la scène : son départ pour les ÉtatsUnis a coïncidé avec la progressive construction de son personnage, devenue prépondérante dans les années qui l’ont vue, d’une part, brûler des tas de documents qu’elle ne voulait pas consigner à la postérité, de l’autre, mettre sous scellé d’autres textes qui ne seront accessibles à la critique qu’à partir de 2037.
En plus, elle entreprend l’écriture d’une trilogie autobiographique où son moi est masqué par les ombres de ses ancêtres, comme si elle ne savait se livrer que par la médiation de l’altérité. Ce « je » qui donne unité à l’œuvre est de toute évidence une construction, une œuvre ellemême. Ce que nous offre MY lorsqu’elle dit « je » en son propre nom est, de fait, la figure d’un auteur « impliqué », comme dirait Wayne Booth, à savoir non certes la femme MY, mais plutôt son moi littéraire.
La volonté d’avoir un entier contrôle sur la réception de son œuvre explique aussi ses préfaces et ses épitextes en général. Les écrits avec lesquels elle a accompagné ses œuvres de fiction ont contribué à définir son autorité autant que son auctorialité. Cela n’empêche que le « je » qui intervient à propos de son œuvre, « sans appartenir à la fiction que l’œuvre présente, n’en est pas moins fictif » (Rabau, p. 94). Parce que « l’auteur serait à une œuvre ce que le narrateur est à une fiction : certes une garantie de l’unité et de sens, mais également une instance qui demeure une construction fictive » (Rabau, p. 91).
Sur cette base, nous proposons de jeter un regard sur les contradictions du personnage
Marguerite Yourcenar, mais aussi sur les écarts possibles entre la signification qu’elle a voulu imposer à certains de ses œuvres et la lecture qu’en a faite la critique. Par exemple elle s’est toujours dite hostile à la littérature engagée, mais ce à quoi elle s’oppose, en fait, semble plutôt la littérature propagande : elle a participé aux batailles de son siècle et, même dans ses œuvres à la portée plus universelle, une lecture attentive sait déceler ses préoccupations pour le futur du monde. Ou encore, que l’on pense à sa volonté de voir dans Denier du rêve une dénonciation de la dictature mussolinienne et, à l’inverse, l’invitation à ne lire Le coup de Grâce que comme un « document humain »

Continuer la lecture

Colloque “Littérature et politique en Océanie” 14-16/11/22

Télécharger le programme

Le colloque international « Littérature et politique en Océanie » a pour objet les rapports de domination, d’intégration, d’appropriation, de soumission qui occupent une place centrale dans les littératures océaniennes en contexte colonial et postcolonial.

A l’occasion de ce colloque réunissant des universitaires spécialisé.e.s dans la littérature océanienne de tout le Pacifique, ainsi que des auteur.e.s océanien.ne.s, on se demandera par exemple si la condition autochtone ou le statut de territoires toujours considérés comme colonisés, politise nécessairement la venue à l’écriture et de quelle manière.

Il s’agira aussi de proposer des lectures plurielles de ce qui fait politique dans la littérature océanienne aujourd’hui, d’écritures féministes à l’écocritique en passant par la poésie, la performance, le récit initiatique, l’écriture manifestaire et la science-fiction.

Observatoire des Écritures contemporaines (programme 2022-2023)

séminaires & colloque 2022-2023
Littérature contemporaine, arts, éditions
et sciences humaines

Télécharger le programme complet

Séminaire I : « Michel Houellebecq » (organisation : Agathe Novak-Lechevalier)

Séminaire 2 : « La Fabrique notionnelle en littérature contemporaine » (organisation : Jean-Marc Moura & Dominique Viart)

Séminaire 3 : « Littératures populaires et cultures médiatiques» (organisation : Fanny Barnabé (Epitech), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre) & Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre)

Colloque « Antoine Emaz. L’épreuve élémentaire de soi» :  9 novembre (Lausanne) et 17 novembre (Nanterre)

Sous la direction de Djamel Meskache (éditions Tarabuste), Antonio Rodriguez (Université de Lausanne) & Dominique Viart (Université de Nanterre – Institut universitaire de France)

 

Guerre et Fiction (CFP 15 décembre 2022)

Guerre et fiction

Colloque 2023 de l’APFUCC
Du 27 au 30 mai

Université York, Toronto, Ontario, Canada
Campus Keele et Glendon
Appel à propositions de communications

Responsables  :

  • Johanne Bénard, Université Queen’s, benardj@queensu.ca
  • Kathryne Fontaine, Collège militaire royal du Canada, kathryne.fontaine@rmc.ca

Date limite pour l’envoi des propositions (titre, résumé de 250-300 mots, adresse,
affiliation et notice bio-bibliographique de 150 mots) à Johanne Bénard (benardj@queensu.ca) et Kathryne Fontaine (kathryne.fontaine@rmc.ca) le 15 décembre 2022.

  • Le colloque annuel 2023 de l’APFUCC sera en personne (à moins que la situation sanitaire ne le permette pas) avec, possiblement, quelques activités ou interventions en ligne (nous communiquerons à ce sujet plus tard). Il se tiendra dans le cadre du Congrès annuel de la Fédération des sciences humaines du Canada.
  • Les personnes ayant soumis une proposition de communication recevront un message des personnes responsables de l’atelier avant le 15 janvier 2023 les informant de leur décision. L’adhésion à l’APFUCC est requise pour participer au colloque. Il faut également régler les frais de participation au Congrès des Sciences humaines ainsi que les frais de conférence de l’APFUCC. De plus amples informations vous seront envoyées à ce sujet.
  • Vous ne pouvez soumettre qu’une seule proposition de communication, présentée en français (la langue officielle de l’APFUCC), pour le colloque 2023.

Télécharger le texte de l’appel.

Argument

Continuer la lecture

Proust – Journée d’agrégation – 15 octobre (enregistrée)

 

Mise à jour du 19 octobre : la captation audio de la journée peut être consultée sur cette page.

La journée d’agrégation organisée chaque année par la SELF XX-XXI se tiendra cette année le 15 octobre.

Télécharger le programme

Date : samedi 15 octobre 2022

Lieu : Sorbonne Université – amphithéâtre Descartes Michelet (46 rue Saint-Jacques)

Responsable : Luc Fraisse

Inscription

Attention : l’accès au bâtiment de la Sorbonne est réglementé.
Si vous avez normalement accès à la Sorbonne, il suffira de montrer votre titre d’accès (carte d’étudiant, carte professionnelle).

Continuer la lecture

Poésie antique / poésie contemporaine : face-à-face, affleurement, empreinte (appel 15 mars 2022)

Journée d’étude organisée par Anne Gourio et Claire Lechevalier (LASLAR, EA 4256, Université de Caen).

Université de Caen, 14 octobre 2022

Les propositions de communication (entre 10 et 15 lignes) sont à adresser à anne.gourio@unicaen.fr et claire.lechevalier@unicaen.fr pour le 15 mars 2022.

La journée d’étude « Poésie antique / poésie contemporaine » a pour objectif d’explorer les modes de présence de la poésie antique dans la poésie d’aujourd’hui comme autant de mises en relation de l’une et l’autre. Nous voudrions étudier la matière antique extraite des œuvres poétiques gréco-latines et décliner les façons dont la poésie contemporaine l’en-visage. L’ouvrage décisif de Bénédicte Gorrillot (L’héritage gréco-latin dans la littérature française contemporaine, Droz, 2020) a permis de mesurer l’apport de la littérature antique aux littératures contemporaines sous l’angle de la réécriture et de l’héritage. Cette journée souhaite en prolonger la réflexion, mais en faisant un pas de côté : dans une perspective plus englobante, elle propose un travail sur un ensemble meuble et mouvant de mythèmes, de références cachées, de formes et de figures enfouies modelant l’imaginaire et la mémoire, tant individuels que collectifs : comment la poésie antique, dès lors, visite-t-elle le présent, le hante-t-elle ou l’irrigue-t-elle ? Comment est-elle convoquée ou invoquée par la poésie contemporaine ? comment fait-elle irruption ou effraction dans celle-ci ? Et comment la présence vivace de l’antique entre-t-elle en tension avec la tentation mélancolique ?

Continuer la lecture