Archives de catégorie : Colloque Journée

Sartre – journée d’agrégation – 20 novembre 2021

Journée d’agrégation – Sartre – Le Mur

La journée d’agrégation organisée chaque année par la SELF XX-XXI se tiendra cette année le 20 novembre.

Le déroulement exact de cette journée, ainsi que son programme, seront précisés en septembre.

Date : samedi 20 novembre 2021

Lieu : Université Sorbonne Nouvelle (lieu exact à préciser)

Responsable : Jean-François Louette

Coordination pour la SELF XX-XXI : Anne-Yvonne Julien

Intervenants :

  • Hélène BATY-DELALANDE
  • Stéphane CHAUDIER
  • Sophie GUERMES
  • Jean-François LOUETTE
  • Franck NEVEU
  • Dominique RABATÉ
  • Philippe ZARD

Expériences. Congrès 2022 de la Société d’étude de la littérature de langue française du XXe et du XXIe siècles (appel pour le 01/09/21)

Congrès bisannuel 2022 de la Société d’étude de la littérature de langue française du XXe et du XXIe siècles (SELF XX-XXI)

  • Date limite pour les propositions : 1er septembre 2021.
  • Réponse : 30 octobre 2021.
  • Programme : 30 janvier 2022.
  • Congrès à Paris : Jeudi 16 – Samedi 18 juin 2022.

Lieu du congrès : Maisons de la recherche de Sorbonne Université et de l’Université Sorbonne Nouvelle ; Université Paris-Diderot

Comité scientifique : Université Sorbonne Nouvelle : Marie-Paule Berranger et Alexandre Gefen ; Sorbonne Université : Sophie Basch et Bernard Vouilloux ; Université Paris – Nanterre : Laurence Campa et Dominique Viart ; Université Paris Diderot : Hélène Baty-Delalande, Cécile De Bary et Dominique Rabaté.

Coordination : Alexandre Gefen, vice-président de la SELF XX-XXI.

Argument : 

Du Grand Jeu aux écritures blanches, du Nouveau Roman à la non-fiction, de l’unanimisme au lettrisme ou à l’afropolitanisme, de la littérature blanche au livre de jeunesse, du calligramme à l’hypertexte, inventant des formes et des dispositifs qui rivalisent d’originalité et s’hybrident avec virtuosité à tous les médias et à tous les discours, faisant même l’expérience du livre hors du livre, la littérature a fait de l’expérimentation sa valeur suprême, transformant l’originalité romantique en un principe de constante effraction.

Mais qu’elle veuille dire les expériences limites ou parler de l’expérience ordinaire, la préoccupation de la littérature a été autant existentielle qu’esthétique : comment penser l’expérience, si celle-ci peut être aussi bien un acquis qu’une aventure ? Expériences de sortie de soi sous mescaline de Michaux ou expérience intérieure mystique de Bataille, expérience concentrationnaire ou expérience dépressive, expérience de l’infra-ordinaire avec Perec, expérience de la négritude chez Césaire, l’écrivain moderne a fait de sa vie personnelle une expérience littéraire. Il a renouvelé les formes d’écriture du sujet tout autant que celles de la communauté : des surréalistes au Comité invisible en passant par la revue Souffles, les expériences collectives, utopies imaginées ou projet collectif concret, groupe, chapelle, mouvement ou revue, formes variées de rencontres culturelles et de créolisation ont jalonné le long XXe siècle – un siècle d’expériences donc que le XXIe poursuit à sa manière par son exigence de dévoilement et de transformation sociale et politique. 

« La littérature transmet du passé ce qui est significatif dans l’expérience présente et prophétique du mouvement plus large de l’avenir » écrivait John Dewey dans L’Art comme expérience (1934) pour témoigner de l’immense ambition de la littérature de son siècle à représenter tout ce qui est et dont l’humain peut faire l’expérience comme à imaginer par des expériences de pensée tout ce qui sera. De la modernité triomphante aux réinventions contemporaines de la littérature comme forme d’enquête, de relation ou d’intervention, la littérature française et francophone a bien voulu tout essayer, tout expérimenter. C’est ce projet immense que de multiples approches pourront explorer durant ce congrès, qu’elles s’intéressent à l’expérience vécue, dite, racontée, imaginée, ou aux dispositifs et aux formes de l’expérimentation elle-même, qu’il s’agisse de décrire des expériences au présent ou au passé, de revenir sur des expériences incarnées ou de s’intéresser à des expérimentations numériques, qu’on veuille les approcher au plus près de la langue ou au contraire par un regard historique, sociologique ou bien encore ethnographique sur le littéraire.

Propositions :

Cet appel s’adresse aussi bien aux chercheurs qu’aux doctorants en littérature française et francophone des XXe et XXIe siècles. 

Les propositions peuvent être individuelles ou sous forme de panels thématiques (3 à 5 intervenants).

Merci d’envoyer une proposition de 3000-5000 signes et espaces accompagnée d’une brève notice biographique à congresself2022@gmail.com pour évaluation par le comité scientifique et la SELF XX-XXI.

Organisation :

Les participants devront prendre en charge leurs voyage et leur hébergement à Paris. La participation au colloque comprend la cotisation à la SELF XX-XXI : 50 € pour les chercheurs et 30 € pour les étudiants.

Nouvelles interdisciplinarités des études littéraires (XXe-XXIe siècles) (Appel 15/05/21)

Journée d’étude « Jeunes chercheur.se.s » de la SELF XX-XXI

Date limite : 15 mai 2021
Date du colloque : 27 novembre 2021
Lieu : Ecole normale supérieure (Paris)
Responsables : Aurélien d’Avout (Université de Rouen), Esther Demoulin (Sorbonne Université)
Comité scientifique : Aurélien d’Avout (Université de Rouen); Marie-Hélène Boblet (Université de Caen); Aude Bonord (Université d’Orléans); Guillaume Bridet (Université de Dijon); Esther Demoulin (Sorbonne Université); Jean-Louis Jeannelle (Sorbonne Université)

 

Nouvelles interdisciplinarités des études littéraires (XXe-XXIe siècles)

Télécharger le texte complet de l’appel 

L’objectif de cette journée d’étude de la SELF consiste à sonder les nouvelles pratiques de l’interdisciplinarité, telles qu’elles sont mises en œuvre par les jeunes chercheur.se.s en littérature des XXe et XXIe siècles, dans le cadre de leurs différents travaux et de leur thèse en particulier. Les intervenant.e.s sont ainsi invité.e.s à présenter la nature, la genèse et la portée de leurs recherches passe-frontières ; à exposer leurs manières de faire (disciplines convoquées, astuces méthodologiques inventées) comme leurs manières de vivre (sociabilités construites, lieux de savoirs fréquentés) cette interdisciplinarité. Entendue comme « un certain rapport d’unité, de relations et d’actions réciproques […] entre diverses branches du savoir[1] », celle-ci présente souvent un rôle fondateur dans la construction d’un parcours intellectuel et dans les rencontres qu’elle induit.

L’encouragement à convoquer des disciplines plurielles ou à élaborer a minima des projets transversaux n’est pas nouveau et provient parfois de l’auteur ou de l’objet d’étude choisi. Pour autant, les cartes se trouvent rebattues depuis le dernier quart du XXe siècle sous l’effet de plusieurs tendances, à commencer par la légitimation accrue des studies anglo-saxonnes, qu’elles soient déjà assez anciennes (postcolonial et gender studies par exemple) ou plus récentes (animal, environmental, trauma studies, etc.). En cherchant à revaloriser de manière parfois militante la place des récits issus des minorités, celles-ci ont réorganisé la topographie traditionnelle des échanges disciplinaires en favorisant de nouvelles combinaisons épistémologiques ainsi que la création de nouveaux sous-champs dans la recherche littéraire (à l’exemple de l’écocritique ou de la zoopoétique). Plus récemment, l’intérêt pour la littérature mondiale, le développement des humanités numériques et surtout le dialogue entre littérature et sciences cognitives – dont le mérite est de renouveler l’appréhension du processus créatif comme de l’acte de la lecture[2] – redessinent les contours des pratiques interdisciplinaires en ouvrant la voie à des corpus inédits.

Pour autant, les sollicitations se révèlent parfois contradictoires. Il faut en effet prendre en compte la pression toujours plus forte exercée sur les doctorant.e.s, sommé.e.s d’achever leur thèse « nouveau régime » dans des délais raccourcis – idéalement en trois ans, à l’instar du calendrier privilégié dans le domaine des sciences « dures » – qui vont à l’encontre de l’investissement temporel exigé par l’interdisciplinarité (pour le rattrapage de connaissances dans l’une ou l’autre discipline, pour la mise en place d’un compromis méthodologique, pour la pensée de leur articulation théorique, etc.). Celle-ci ne va pas donc sans heurts, méthodologiques ou institutionnels, pour des jeunes chercheur.se.s tantôt encouragé.e.s, tantôt mis.e.s en garde dans cette voie, au risque de devenir « potentiellement suspects de dispersion[3] » ou de ne pas répondre aux critères du Conseil national des universités (CNU), composé d’autant de sections que de disciplines.

Comment les jeunes chercheur.se.s en littérature d’aujourd’hui composent-il.elle.s avec une telle donne et dans quelle mesure s’inspirent-il.elle.s malgré tout des nouvelles interdisciplinarités pour faire de leur thèse une aire de créativité ? Continuer la lecture

« Littératures du faux » Colloque international (Regensburg) 18-20 juin 2020

Colloque international organisé dans le cadre des « Rencontres allemandes de la littérature contemporaine » (RALC, 2ème édition) à l’Université de Regensburg du 18 au 20 juin 2020

Organisation : Jochen Mecke et Anne-Sophie Donnarieix

Lieu : Université de Regensburg

Date d’envoi des propositions : 15 février 2020

Entre imitation et contrefaçon, supercherie et mystification, les circuits de la fiction contemporaine conduisent les lecteurs et lectrices sur des sentiers souvent semés d’embûches. Jouant avec une fascination pour le faux qui exploite toute la polysémie du terme, de nombreux romans mettent en scène des régimes fondés sur le simulacre, l’inauthentique, l’erroné. Car le faux n’est pas simplement l’avatar de l’erreur (ou du mensonge), il engage aussi un système de reproduction fondé sur l’imitation plus ou moins fidèle, et sur l’idée d’une authenticité déviée, inventée, virtualisée, voire récusée. De la virtuose réfutation du Nouveau Monde chez Pierre Senges (La Réfutation majeure) au faux-roman d’Éric Chevillard (Défense de Prosper Brouillon) ou au célèbre et inexistant tableau révolutionnaire de Pierre Michon (Les Onze), des hétéronymes d’Antoine Volodine aux parodies de l’Histoire chez Alain Fleischer (La Hache et le violon, Imitation), des avatars virtuels chez Camille Laurens (Celle que vous croyez) aux doubles post-humains chez Michel Houellebecq (La Possibilité d’une île) ou aux effets d’(auto-)aliénation sociale chez Marie NDiaye (Autoportrait en vert, Ladivine), le faux attire par sa puissance à la fois facétieuse et fallacieuse, ludique et inquiétante. Le colloque souhaite examiner cette notion qui cristallise les relations complexes que la littérature contemporaine entretient avec ses modèles – réels comme littéraires, factuels comme fictionnels.

Continuer la lecture

L’Homme foudroyé de Blaise Cendrars – 12 octobre 2019 journée d’agrégation

Les articles tirés de certaines communications sont maintenant en ligne.

Date : 12 octobre 2019

Responsables : Marie-Paule Berranger (Université Sorbonne nouvelle) et Myriam Boucharenc (Université Paris-Nanterre)

Lieu Université Sorbonne nouvelle Censier 13, rue Santeuil 75005 Paris
Amphi A

Pour entrer sur le site de Censier, il peut être demandé de présenter une carte d’étudiant ainsi que le programme de la journée 

Coordination : SELF XX-XXI

  • 9h – Ouverture de la Journée d’étude par Marie-Hélène Boblet (Université de Caen Normandie)
  • 9h15 – Marie-Paule Berranger (Université Paris 3-Sorbonne nouvelle) : Un livre à géométrie variable
  • 9h50 – Claude Leroy (Université Paris-Nanterre) : Prochronie chez Cendrars ou la redonne du temps
  • 10h25 – Dominique Carlat (Université Lumière-Lyon 2) Blessure, folie
    • Pause
  • 11h 20 – Philippe Forest (Université de Nantes) L’autofiction selon Cendrars
  • 11h 55 – Françoise Simonet-Tenant (Université de Rouen Normandie) L’Homme foudroyé, un récit au genre introuvable
    • Déjeuner
  • 14 h – Dominique Rabaté (Université Paris Diderot) Cendrars et son temps
  • 14h 35 – Marie-Françoise Lemonnier Delpy (Université de Picardie Jules Verne) La guerre dans L’Homme foudroyé
  • 15h 10 – Myriam Boucharenc (Université Paris-Nanterre) La cuisine 
    • Pause
  • 16h – Pierre-Marie Héron (Université Paul Valéry-Montpellier/IUF) Primum vivere : le narrateur dans L’Homme foudroyé
  • 16h 35 – Christine Le Quellec Cottier (Université de Lausanne) L’Homme foudroyé. Quand l’art du déport génère une poétique du neutre
  • 17h10 – Jean-Louis Jeannelle (Université Paris IV-Sorbonne) Plus romanesque et intéressé qu’un romancier

Modes de présence et fonctions de l’écrivain dans la cité aux XXe et XXIe siècles (Congrès de la SELF XX-XXI 12-14 septembre 2019 )

Le deuxième congrès de la SELF XX-XXI se tiendra du jeudi 12 au samedi 14 septembre 2019.  Il est organisé avec le soutien du LASLAR et du CELLF.

Site officiel du congrès

Télécharger le programme

Organisateurs : Marie-Hélène Boblet et Simon Bréan

Comité scientifique : Marie-Hélène Boblet, Université de Caen-Normandie ; Simon Bréan, Université Paris-Sorbonne ; Alexandre Gefen, CNRS ; Alain Schaffner, Université Sorbonne Nouvelle – Paris III  ; Anne-Yvonne Julien, Université de Poitiers

Coordination et administration : Catherine Bienvenu

Le congrès « Modes de présence et fonctions de l’écrivain dans la cité aux XXe et XXIe siècles » se donne pour objectif d’identifier et d’analyser les pratiques et les configurations contemporaines, afin de les replacer dans le temps long de l’histoire littéraire du XXe siècle. Passé le temps des macro-idéologies, l’engagement ne paraît plus tout à fait de mise, mais les écrivains n’ont pas pour autant déserté la cité. Les œuvres témoignent de multiples modalités d’écriture impliquée, souvent synonyme d’une pratique de terrain, résultant d’enquêtes approfondies et d’immersion, ou d’une expérience professionnelle influant sur le geste scriptural.

Quel rôle peut, ou veut, encore jouer l’écrivain : témoigner d’une réalité, proposer une alternative, accompagner une cause militante… ? Sur  quoi l’autorité de son travail se fonde-t-elle, dans un espace public d’expression et de communication de plus en plus complexe et problématique ? Deux écrivains seront invités à partager leur expérience : Marie Cosnay et Leslie Kaplan.

Journée Cendrars 10 juillet 2019 (AIEF)

Dans le cadre du LXXIe congrès de l’Association Internationale des études françaises, se tiendra une journée Cendrars le Mercredi 10 juillet, 10h et 14h, sous la présidence de Claude Leroy.

Lieu : Salle des Actes, Sorbonne Université

Inscription nécessaire : écrire à claude.leroy@parisnanterre.fr

Blaise Cendrars

Président : Claude LEROY (Université Paris Nanterre),

  • Claude LEROY (Université Paris Nanterre) « Cendrars kaléidoscope ».
  • Marie-Paule BERRANGER (Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3), « La place du poète».
  • Jean-Carlo FLÜCKIGER (Centre d’études Blaise Cendrars, Berne), « L’univers du romancier».
  • Jehanne DENOGENT (Université de Lausanne), « Modernité du primitivisme ».
  • Myriam BOUCHARENC (Université Paris Nanterre), « Un grand reporter sur le motif »
  • Aude BONORD (Université d’Orléans), « Un mystique sans foi ».
  • Marie-France BOROT (Université de Barcelone), « Plongées dans les abysses. Cendrars et la psychanalyse ».
  • Birgit WAGNER (Université de Vienne), « Cendrars multimédial ».
  • Rennie YOTOVA (Organisation Internationale de la Francophonie, Bucarest), « Au cœur du monde francophone ».

CENTENAIRE DE LA MORT DE VICTOR SEGALEN

Parution de « Segalen, attentif à ce qui n’a pas été dit« , Colette 
Camelin dir. avec la collaboration de Muriel Détrie, Hermann, avril 
2017.

Exposition, concerts et conférences « Victor Segalen, là-bas le soleil 
grandit
 » Espace Andrée Chédid, Issy-les-Moulineaux. 7 mai-30 mai

Colloque « Les « traces alternées » de Victor Segalen: une exploration de 
sa correspondance (1893-1919) 21-22 mai Université de Brest, Faculté 
Victor Segalen.

« Victor Segalen dans son dernier décor« : rencontres au Huelgoat 
(Finistère) 30 mai-2 juin contact@ecoledesfilles.org

Congrès de la SELF XX-XXI 2019 : ouverture des inscriptions

Le site consacré aux inscriptions pour le congrès de la SELF XX-XXI 2019 :
Modes de Présence et Fonctions de l’écrivain dans la cité ; est maintenant ouvert: https://selfxx-xxi-2019.sciencesconf.org

Le congrès se tiendra à Caen du 12 au 14 septembre 2019.

Les frais d’inscription au congrès comprennent les déjeuners des jeudi 12 et vendredi 13 septembre.

Les inscriptions se font en ligne, rubrique « Inscription en ligne » du 23 avril au 1er juillet 2019. Il ne sera pas possible de s’inscrire sur place en septembre.

  • Pour les enseignants chercheurs et les chercheurs, l’inscription est de de 70€ jusqu’au 31 mai et de 80€, jusqu’au 1er juillet.

  • Pour les post-doctorants et les étudiants, l’inscription est de 35€ jusqu’au 1er juin et de 40€ jusqu’au 1er juillet (justificatif à envoyer à Catherine Bienvenu : catherine.bienvenu@unicaen.fr).

L’inscription au dîner de gala du vendredi 13 septembre est de : 35 €
Resturant : le Goût des Autres

Printemps Proustien (11-19 mai 2019)

Printemps Proustien, cent ans du Prix Goncourt décerné à Marcel Proust

Le Printemps Proustien, festival pluridisciplinaire, célèbre les cent ans du Prix Goncourt décerné à Marcel Proust. Dix jours de festivités culturelles et littéraires, de spectacles, d’animations et de rencontres, pour se plonger dans l’univers et l’époque de l’auteur d’À la recherche du temps perdu.

1919-2019, CENT ANS DU PRIX GONCOURT DÉCERNÉ À MARCEL PROUST

À l’initiative du Conseil Départemental d’Eure-et-Loir, le Printemps Proustien célèbre du 11 au 19 mai 2019 le centenaire du Prix Goncourt décerné 
à Marcel Proust pour À l’ombre des jeunes filles en fleurs.

Le fil rouge du festival est triple : Proust, le Goncourt et la Belle Époque.

Télécharger le programme

Pour plus d’information, le site du printemps proustien.

Continuer la lecture

COLLOQUE : LA MACHINE À HISTOIRES – PÉRIODISATION, FORMES & USAGES DES ÉCRITURES ROMANESQUES CONTEMPORAINES

23 mai 2019 au 25 mai 2019

23 et 24 mai 2019 :  Université Paris Nanterre, bâtiment SUFOM, salle de conférences,
puis  Maison de l’Etudiant.e.
25 mai 2019 : Université Sorbonne-Nouvelle, Maison de la recherche,
4 Rue des Irlandais, 75005 Paris 

Organisation : Anne-Sophie Donnarieix, Morgane Kieffer, Dominique Viart et Jochen Mecke

avec le soutien de l’Université Paris Nanterre, de l’ED 138, de la CAPE et du CSLF, de l’Institut Universitaire de France et de la Maison des Écrivains et de la Littérature.

Comité scientifique : Aurélie Adler, Wolfgang Asholt, Anne-Sophie Donnarieix, Morgane Kieffer, Jochen Mecke & Dominique Viart 

 Contacts : colloqueromanesque@gmail.com

Télécharger le programme du colloque et le programme des rencontres

Informations sur le campus de Nanterre.

Continuer la lecture

Littérature, enjeux contemporains 12e édition

Sous influences. De l’art dans la littérature.

Paris, du 23 au 26 janvier 2019.

Mercredi 23 janvier : Centre Pompidou
Jeudi 24 janvier : Nanterre Université
Vendredi 25 et samedi 26 janvier : Théâtre du Vieux Colombier

L’art à la lettre …non pas ce que les mots disent de l’art, des arts, mais ce que les arts font aux mots, à la syntaxe, à l’ordre littéraire. Comment l’image – fixe, animée –, les musiques, la matière travaillée, polie, sculptée, rompue, la danse, les architectures, en bousculent les formes, en suscitent les élans ; comment ils inaugurent de neuves dispositions. Ce que les arts font au verbe lorsqu’ils y importent leurs manières, leurs regards, leur écoute, l’amplitude de leurs inventions. Car les littératures se régénèrent de ce qui les chahute et les provoque, les met en demeure, les excède et les exalte. Ut pictura poesis disait Horace. « L’œil écoute » répond Claudel. Les mots ne cessent de voir ailleurs, de faire entendre. Mallarmé invente l’espace page, Apollinaire les Calligrammes.

Il ne s’agira pas des écrits sur l’art, des adaptations ni des novellisations, mais de ces textes qui s’écrivent avec l’art ; des écrivains qui jouent de multiples palettes et claviers alors même que pourtant ils écrivent. Qu’est-ce qui infuse de la peinture ou de la photographie, de la chorégraphie, dans leurs œuvres, qu’est-ce qui s’y diffuse des sons et des chants, de leur frappe et de leurs rythmes ? Qu’en demeure-t-il dans la trame des formes et des phrases ainsi portées au papier ?

Pour leur XIIe édition, les rencontres Littérature : enjeux contemporains revisitent la relation de la littérature à l’art, non comme l’emprise de l’une sur l’autre, mais dans le sens d’une fécondation nouvelle. Écrivains, penseurs, poètes, dramaturges débattront de ce qu’ils mettent en œuvre de la peinture, de la danse, de la musique, du cinéma dans leurs propres créations.

Télécharger le programme complet

Continuer la lecture

La machine à histoires. Périodisation, formes & usages des écritures romanesques contemporaines. (Appel 20.09.18)

Appel à communication pour le colloque « La machine à histoires. Périodisation, formes & usages des écritures romanesques contemporaines. » (20 septembre 2018)

Date limite : 20 septembre 2018
Date du colloque : 23, 24 et 25 mai 2019
Lieu : université Paris Nanterre
Responsables : Anne-Sophie Donnarieix, Morgane Kieffer, Jochen Mecke & Dominique Viart.
Comité scientifique : Aurélie Adler, Wolfgang Asholt, Anne-Sophie Donnarieix, Morgane Kieffer, Jochen Mecke & Dominique Viart.

Télécharger le texte complet de l’appel

Ce colloque a pour ambition de revenir à une notion si vaste qu’il est souvent jugé prudent d’éviter de l’affronter : le romanesque. Il s’agira d’abord de proposer une lecture des pratiques romanesques contemporaines en se défaisant des étiquettes et groupements institués dans la première décennie du « contemporain », pour évaluer ce champ selon une dimension diachronique (peut-on proposer une périodisation des écritures romanesques depuis le seuil accepté des années 1980 ?) et une dimension synchronique (quelles lignes de force peut-on tracer parmi un corpus vaste et hétérogène, sans se satisfaire des effets de famille toujours labiles ?). Par ce prisme, nos réflexions pourront permettre un retour réflexif sur nos pratiques critiques, et une discussion des seuils historiques et des ensembles esthétiques établis.

Le schème du « retour » est en effet devenu un lieu commun du discours critique sur le contemporain. À l’opposé du geste de la table rase revendiqué par les avant-gardes, celui-ci reviendrait à des formes qu’elles auraient délaissées. Toutefois, face à cette approche générationnelle, qui situe les auteurs contemporains dans l’héritage paradoxal des avant-gardes entre réticence au roman et élan romanesque, la recherche la plus récente travaille à remettre au jour les liens qui perdurent de part et d’autre de cette borne, pour des filiations et des sillages au long terme. Continuer la lecture

La critique à l’écran II : filmer la littérature (appel à communication 01/09/18)

Colloque international –

La critique à l’écran II : filmer la littérature

Date limite : 1er septembre 2018
Organisé par l’UPPA – Université de Pau et des pays de l’Adour, ALTER (Arts/Langages : Transitions et Relations), Médiathèque André Labarrère et Cinéma Le Méliès
Date du colloque : Jeudi 28 et vendredi 29 mars 2019
Responsables : Sylvain Dreyer, Dominique Vaugeois
Comité scientifique : Carole Aurouet (Université Paris-Est-Marne-la-Vallée), Gilles Mouëllic (Université Rennes II), Bernard Vouilloux (Sorbonne Université)

Lire le texte complet de l’appel à contributions

Lors de la première édition de ce colloque intitulée « La critique à l’écran I – Les arts
plastiques », nous entendions faire la lumière sur la notion de « film sur l’art », en
mettant en avant la dimension critique de ce genre cinématographique. Cette nouvelle
édition, abordera les « films sur la littérature », notion plus difficile à cerner et dont il
n’est même pas sûr qu’elle constitue un genre. Est-ce parce que l’image audiovisuelle et
la littérature ne bénéficient pas des liens de proximité qui peuvent exister entre deux
médiums essentiellement visuels ? Ou, au contraire, parce que le film de fiction, par le
biais de l’adaptation, entretient historiquement avec l’œuvre littéraire un riche
compagnonnage qui monopolise l’attention portée aux relations entre littérature et
cinéma ? Continuer la lecture

Ombres et transparences (appel 8 juillet 2018)

Appel à communications pour la Journée des doctorants et jeunes chercheurs de la SELF XX-XXI (8 juillet 2018)

Francis Picabia. Transparence (1932). Tous droits réservés.

Date limite : 8 juillet 2018
Organisé par la SELF XX-XXI
Date de la journée d’études : 10 novembre 2018
Lieu : Salle du conseil, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, 75005 (Paris 3 Sorbonne Nouvelle)
Responsables : Aude Leblond, Solenne Montier, Anysia Troin-Guis

Comité scientifique : Frédéric Martin-Achard (Université Jean Monnet Saint-Etienne) ; Béatrice Bloch (Université Bordeaux Montaigne) ; Anne Gourio (Université Caen Normandie); Philippe Ortel (Université Bordeaux Montaigne) ; Claude Perez (Université Aix-Marseille) ; Anne-Christine Royère (Université Reims Champagne-Ardenne) ; Bernard Vouilloux (Université Paris IV Sorbonne)

Lire le texte complet de l’appel à contributions

Présent dans les imaginaires politiques de la Révolution française, encouragé par les progrès techniques au fil du XIXe siècle, redoublé par la naissance de la psychanalyse et de la radiographie à l’aube du XXe siècle, le désir de transparence n’a cessé de gagner en ampleur durant le XXe siècle jusqu’à aujourd’hui. Le domaine contemporain de la « communication », qu’elle soit entendue comme fait – c’est-à-dire une interaction, médiatisée ou non, à l’échelle individuelle ou institutionnelle – ou, dans son emploi le plus usuel, comme compétence, confirme que la transparence ne relève plus seulement d’un imaginaire mais d’une véritable idéologie.

Cette journée d’études invite à examiner la manière dont la littérature s’est saisie de cet imaginaire du XXe siècle jusqu’au XXIe siècle. Le champ littéraire semble opposer aux excès possibles de la transparence des zones d’ombre et des réserves, qu’elle fait valoir à travers l’attention portée aux non-dits, la tentation de l’illisibilité, la défense de l’invisibilité ou encore l’exploration du silence. Ce sont ces choix tout à la fois esthétiques et éthiques qu’il s’agira d’analyser au sein des différents supports et formes d’écritures narratives, théâtrales et poétiques de la littérature française et francophone du XXe et du XXIe siècle.