Archives de catégorie : Colloque Journée

Colloque international, Publicité pour la littérature. Marketing et stratégies éditoriales aux XXe et XXIe siècles (26, 27 et 28 avril 2018)

Colloque international, Publicité pour la littérature. Marketing et stratégies éditoriales aux XXe et XXIe siècles

Université de Caen Normandie / LASLAR et IMEC
ANR LITTéPUB – « Littérature publicitaire et publicité littéraire de 1830 jusqu’à nos jours »

  • Brigitte Diaz (Université de Caen)
  • Marie-Hélène Boblet (Université de Caen)

Lieux : 

  • jeudi 26 et vendredi 27 avril : IMEC – Abbaye d’Ardenne
  • Samedi 28 avril : MRSH – Amphithéâtre

Télécharger le programme

Territoires de la non-fiction – 2 (3-5 mai 2018)

Territoires de la non-fiction – 2 

Colloque organisé par l’Université Paris 3

  • Philippe Daros (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle),
  • Alexandre Gefen (CNRS/ Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle),
  • Alexandre Prstojevic (INALCO)

 

Lieu :

  • Jeudi 3 mai : Sorbonne Nouvelle, salle Bourjac, 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris
  • Vendredi 4 mai et samedi 5 mai : Salle Athena, Maison de la recherche de la Sorbonne Nouvelle, 4 rue des Irlandais 75005 Paris

Télécharger le programme

Argument :

Si les siècles qui le précédaient avaient vu le couronnement du roman, la littérature du XXIe siècle débute avec le triomphe du document : écritures de voyage, d’investigation, enquêtes judiciaires ou ethnologiques, autobiographies, factographies, factions, rapports et enregistrements littéraires, et autres formes de récits refusant de se dire romans occupent nos librairies. Et à en juger par exemple par le renouvellement continu du genre de la non fiction novel anglo-saxonne, le phénomène dépasse largement le cadre français : de Charles Reznikoff à Joan Didion aux USA, de Roberto Saviano à Daniele Del Giudice en Italie, etc. Continuer la lecture

Appel « Modes de Présence et Fonctions de l’écrivain dans la cité », 1er juillet 2018 : Congrès international 2019 de la SELF XX-XXI

Modes de Présence et Fonctions de l’écrivain dans la cité

CONGRES INTERNATIONAL 2019 DE LA SOCIÉTÉ D’ÉTUDE DE LA LITTÉRATURE DE LANGUE FRANÇAISE DU XXe ET DU XXIe SIÈCLES

Date limite de proposition : 1er juillet 2018

Responsabilité scientifique : Société d’étude de la littérature et de la langue française du XXe et du XXIe siècles et LASLAR (Université de Caen)

Coordination : Marie-Hélène Boblet (LASLAR) et Simon Bréan (CELLF UMR 8599).

Lieu : Université de Caen

Date : 12-13-14 septembre 2019 (3 jours).

Propositions à envoyer sous forme individuelle ou sous forme de panels thématiques (3 à 5 intervenants)

Les propositions (une demi-page) sont à transmettre aux adresses marie-helene.boblet@unicaen.fr  et simon.brean@paris-sorbonne.fr avant le 1er juillet 2018. Les réponses seront données au 30 septembre 2018. Les textes des communications acceptées seront à remettre avant le colloque, pour le 1er septembre 2019. Cet appel s’adresse aussi bien aux chercheurs qu’aux doctorants en littérature française et francophone des XXe et XXIe siècles.

Appel à communication (télécharger)

Depuis la fin du xxe siècle et le début du XXIe siècle, les modes de présence des écrivains et les modalités de leurs interventions dans la cité se sont modifiés. Le 2e Congrès de la Société d’étude de la littérature de langue française XX-XXI se donne pour objectif d’identifier et d’analyser les nouvelles pratiques et les configurations contemporaines, afin de les replacer dans le temps long de l’histoire littéraire du xxe siècle. Continuer la lecture

L’écriture « entre deux mondes » de Marie Darrieussecq (26/29 janvier 2018)

L’écriture « entre deux mondes » de Marie Darrieussecq

Colloque organisé par l’université de Lorraine (CREM), et Sorbonne-Université (STIH)

Sophie Lawson (Université de Lorraine)
Karine Germoni (Paris-Sorbonne / Sorbonne-Université)
Cécile Narjoux (Paris-Sorbonne / Sorbonne-Université)

Lieu :

  • Vendredi 26 janvier, Metz (Campus du Saulcy) UFR ALL, salle Pierre Grappin, A208
  • Lundi 29 janvier, Université Paris-Sorbonne (Sorbonne-Université), Salle des Actes

Télécharger le programme

Argument

Après les recueils de contributions consacrés à « la langue » de Sylvie Germain (EUD, 2010), à celle de Laurent Mauvignier (EUD, 2012), d’Éric Chevillard (EUD, 2013), de Jean Rouaud (EUD, 2015), il s’agit de poursuivre l’investigation du matériau langagier dans ses réalisations et ses singularisations littéraires les plus contemporaines. Continuer la lecture

« Droits de cité » – Rencontres de la Mél 11

Les Enjeux 11 – Droits de cité

« Droits de cité » sera le thème de cette 11e édition pour 2018. 

du mercredi 24 au samedi 27 janvier 2018

Organisation :

Claude Eveno – Président de la Mél
Sylvie Gouttebaron – Directrice
Dominique Viart – Professeur à l’université Paris-Nanterre, co-fondateur des Enjeux

  • Mercredi 24 janvier – de 19h à 21h – au Centre Pompidou – Petite salle
  • Jeudi 25 janvier – de 10h à 18h – à l’Université Paris Nanterre – bâtiment W / Salle Weber
  • Vendredi 26 et samedi 27 janvier – de 9h30 à 17h – au Théâtre du Vieux Colombiers – Comédie-Française

Télécharger le programme complet

La cité, c’était chez les Grecs à la fois la ville, rassemblée autour de ses lieux sacrés ou civiques, et la contrée, un territoire plus ou moins vaste qui lui était associé. C’était aussi une communauté politique, et à Athènes une communauté de citoyens, une démocratie des hommes libres, excluant les femmes, les esclaves et les étrangers, les “métèques” – le mot vient de là, avant de prendre une dimension péjorative. Depuis, la démocratie est devenue un régime élargi de la manière d’être ensemble. Nous n’excluons plus les femmes et nous avons aboli l’esclavage, mais qu’en est-il aujourd’hui de l’exclusion ? Qu’en est-il de l’étranger ? Et qu’en est-il de ceux qu’une économie aveugle réduit à ne plus être que de simples forces de travail, sans forces politiques, de moins en moins citoyens, de plus en plus proches des esclaves ? Continuer la lecture

colloque international – Alain Nadaud, l’exigence d’écrire

Colloque organisé par
Les Éditions Tarabuste et L’Observatoire des Écritures Contemporaines (Université Paris Nanterre)
Responsables : Djamel Meskache & Dominique Viart
Avec le soutien de
Sadika Keskes et de l’association Alain Nadaud,
La galerie Alain Nadaud,
L’ambassade de France à Tunis,
Le Centre des Sciences des Littératures en langue Française de l’Université Paris Nanterre,
L’Institut Universitaire de france
et la Maison des Écrivains et de la Littérature.

Date(s)

 du 19 octobre 2017 au 20 octobre 2017
jeudi 19 octobre : 9h30-16h30
vendredi 20 juin : 9h30-16h30

Lieu(x)

Auditorium de la maison de la recherche Max Weber
Bâtiment W

Télécharger le programme

[…] Le rapport à l’écriture est proche du rapport au corps d’une femme : on s’en approche, on le frôle et le caresse ; on s’y reprend à plusieurs fois, on s’excite, on croit toucher au but, on jouit, mais sans jamais véritablement en atteindre le centre, le posséder. Aussitôt que le désir renaît, tout est à recommencer. Longtemps j’ai hésité quant à savoir user et disposer du corps des femmes, à trouver le moyen de leur donner de la jouissance, de même que longtemps je n’ai su que faire de cette activité d’écrire, dont j’étais embarrassé et dont je ne trouvais pas non plus l’emploi. Aussi, quand j’affirme que j’ai pris la décision d’arrêter d’écrire, est-ce à dire que, quand le désir s’estompe, l’écriture à son tour s’éloigne, puis vient à faire défaut ? Comme si l’imaginaire, qui est le support commun aux deux relations, touchait à son point de tarissement ? Car l’imaginaire érotique, qui sous-tend le désir et en est sans doute sa composante essentielle, est au plus près lié à l’imaginaire romanesque. Est-ce que l’on n’écrit jamais que pour séduire ? Et le moment venant, où le besoin de séduction se fait moins fort, est-ce que la pulsion d’écrire décline aussi à proportion ? […]

Continuer la lecture

LE DÉPAYSEMENT AUX XXe ET XXIe SIÈCLES (Colloque 5 et 6 octobre 2017)

Colloque organisé par Marie-Hélène Boblet et Marie Hartmann (Université de Caen)

Comité scientifique : Brigitte Diaz, Marie-Hélène Boblet, Marie Hartmann (Université Caen Normandie), Marie-Paule Berranger, Bruno Blanckeman (Université Paris 3), Jean-Yves Laurichesse (Université Toulouse Le Mirail), Jacques Poirier (Université de Bourgogne), Myriam Watthee (Université de Louvain-la-Neuve)

Lieu : Université de Caen, Amphithéâtre de la MRSH

Télécharger le programme

Argumentaire

Le dépaysement est une notion au moins double qui dès l’origine implique un rapport à l’espace géographique et un travail formel, un déplacement physique et une transposition poétique. Au XXe et au XXIe siècles, il suggère moins l’exotisme du pays où l’on arrive que la perte des repères du lieu – physique, mental, culturel – que l’on quitte. Il renvoie plus particulièrement à l’expérience inquiète et féconde de la désorientation et de la différence. Il mobilise inventivité et génie poétique, aptes à les exprimer et à les transmettre. Continuer la lecture

Congrès de la SELF XX-XXI 14-16 septembre 2017

Extension du domaine de la littérature

Le premier congrès de la SELF XX-XXI se tiendra du jeudi 14 au samedi 16 septembre 2017.  Il est organisé avec le soutien du CIELAM.

Site officiel du congrès

Télécharger le programme

René Magritte, « Le chef-d’œuvre ou les mystères de l’horizon » (1955, tous droits réservés)

Organisateurs : Alexandre Gefen (SELF XX-XXI, CNRS) et Claude Pérez (AMU, CIELAM)

Comité scientifiqueClaude PEREZ, Aix Marseille Université, Alexandre GEFEN, Université Paris Sorbonne IV, Alain SCHAFFNER, Université Sorbonne Nouvelle Paris III, Dominique VIART, Université Paris Ouest – Nanterre, Pierre SCHOENTJES, Université de Gand (Belgique)

 

Coordination et administration : DRV- LSH – SHS : Absa d’Agaro N’diaye

Argumentaire

« Que peut encore la littérature ? … » La question de l’épuisement de la littérature, de son impouvoir, de sa légitimité perdue, sinon même de sa fin, ne cesse de revenir aujourd’hui dans le débat public, au moment même où émergent de nouveaux usages et de nouvelles pratiques sociales, des ateliers d’écriture à la bibliothérapie, ainsi que des formes inattendues de création. Continuer la lecture

Journée d’agrégation Nicolas Bouvier (14 octobre)

Journée d’Agrégation Nicolas Bouvier, L’Usage du monde

Mise à jour 20/03/2018 : les communications sont maintenant en ligne : cliquer sur les liens fournis dans le programme ci-dessous.

Présentation de la journée

Date: samedi 14 octobre 2017

Lieu : amphi D02 (Censier Paris 3)

Responsable : Guillaume Bridet (U. Bourgogne Franche-Comté)

Coordination SELF XX-XXI, Marie-Hélène Boblet

Avec le soutien de l’UMR THALIM (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle) et de l’UMR CELLF (Université Paris IV-Sorbonne)

Programme

A partir de 9h45 : Accueil des intervenants et des auditeurs.

10h-10h50 :
Gilles Louÿs (Université Paris-Ouest) : Le livre du monde de Nicolas Bouvier et de Thierry Vernet. Écouter en ligne

10h50-11h40 :
Nadine Laporte (Université de Pau et des Pays de l’Adour) : Corps gestuel, corps sensible : l’écriture du voyage comme phénoménologie du déséquilibre. Ecouter en ligne

11h40-12h30 :
Stéphane Chaudier (Université Lille) : Bouvier énumératif : des perceptions sans sujet ? Ecouter en ligne

Pause déjeuner

14h-14h50 :
Aline Bergé (Université de la Sorbonne Nouvelle) : Le pas suspendu de la prose du monde. Écouter en ligne

14h50-15h40 :
Guillaume Bridet (Université Bourgogne-Franche-Comté) : L’histoire dans L’Usage du mondeÉcouter en ligne

15h40-16h30 :
Sarga Moussa (CNRS/Thalim) : Un avatar cinématographique de L’Usage du monde. A propos d’un scénario inédit de Nicolas Bouvier pour un projet de film de Peter Ammann, Ouest-Est – voyage en Orient (1972).  Écouter en ligne.

Colloque international : L’Oulipo et les savoirs (Paris 11-13 mai 2017)

Colloque organisé par l’université Paris Diderot /CERILAC/Axe EMOI et l’université Paris 3-Sorbonne nouvelle

Cécile de Bary, MCF, université Paris Diderot

Alain Schaffner, université Paris 3-Sorbonne nouvelle

Comité scientifique : Hélène Baty-Delalande (Paris Diderot/CERILAC), Evelyne Grossman (Paris Diderot/CERILAC), Marc Lapprand (université Victoria), Joëlle Le Marec (Paris Sorbonne/CELSA), Dominique Moncond’huy (université Poitiers), Jacqueline Nacache (Paris Diderot/CERILAC), Dominique Rabaté (Paris Diderot/CERILAC), Jean-Jacques Thomas (université d’état de New York à Buffalo, chaire Melodia Jones)

Lieu :

Les 11 et 12 mai, université Paris Diderot, bâtiment Sophie Germain (amphi Turing), 60 avenue de France, 75013 Paris

Le 13 mai, I.N.H.A (auditorium) , rue Vivienne 75002 Paris

Programme

L’Oulipo a investi les savoirs de manière remarquable. Les contraintes, pratiques les mieux connues du groupe, n’ont-elles pas été définies, souvent, grâce aux mathématiques, et grâce à l’érudition (via le plagiat par anticipation) ? Quant à la « curiosité », et l’expertise, scientifiques des deux fondateurs du groupe, François Le Lionnais et Raymond Queneau, elles sont bien connues. Le colloque envisagera cette dimension historique. Il tentera de déterminer également la manière dont les savoirs nourrissent les œuvres des oulipiens, des contraintes à la pseudo-érudition, définie par Georges Perec. Il cherchera à montrer, encore, comment ces œuvres interrogent ou nourrissent les scientifiques institutionnels eux-mêmes. Finalement, il s’agirait de donner l’idée d’un tissu de relations dont la quenine serait le meilleur symbole : généralisant les permutations observées dans la sextine du troubadour Arnaut Daniel, Queneau fait œuvre de mathématicien, en des recherches encore poursuivies aujourd’hui, à la suite de Jacques Roubaud. Et la quenine sert ensuite l’invention formelle oulipienne, de manière répétitive, au point de devenir un signe de reconnaissance (ce dont témoigne notamment la trilogie d’Hortense, du même Jacques Roubaud).

Colloque « Pierre Michon, l’écriture du sacré » (Paris, 19-20 mai 2017)

Pierre Michon, l’écriture du sacré

19-20 mai 2017

Vendredi 19 mai : Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 – Maison de la Recherche, Salle du Conseil (4, rue des Irlandais, 75005)

Samedi 20 mai : Université Paris-Sorbonne, Salle des Actes (17 rue de la Sorbonne, 75005)

Manifestation organisée par Marie-Ève Benoteau-Alexandre et Carole Auroy (Université d’Angers / CIRPaLL)

en collaboration avec Denis Labouret (Université Paris-Sorbonne / CELLF) et Alain Schaffner (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 / THALIM)

avec le soutien de l’Association des Amis de Pierre Michon

Télécharger le programme

Le sacré représente une sorte de moteur pour l’écriture de Pierre Michon. Cœur de l’expérience humaine, il a partie liée avec la profération de la parole. Il est à la fois la source du texte et son horizon ultime, ce qui l’engendre, le relance, et constitue peut-être sa réussite.

Sur ce thème majeur, deux journées d’étude menées à l’université d’Angers, en 2014 et 2015, ont permis de dégager un certain nombre de lignes de force. Alors que la journée de 2014 avait principalement exploré la face claire du sacré, celle qui donne accès à une plénitude d’être supérieure, les communications de la journée de 2015 se sont principalement attachées à sa face sombre, sa collusion avec la violence des pulsions et des forces cosmiques.

Le colloque de Paris, conçu comme le prolongement de ces deux journées, entend revenir sur ces deux modes d’être du sacré chez Michon pour penser leur possible articulation.

 

 

« Liberté d’expression » littéraire et régimes démocratiques (20-21 avril 2017)

« Liberté d’expression » littéraire et régimes démocratiques

censure et autocensure aujourd’hui

Colloque international

Dates : 20-21 avril 2017

Lieu : Université Sorbonne Nouvelle ; Maison de la recherche Salle Athena (4 rue des irlandais 75005 Paris)

ResponsablesCatherine Brun, Philippe Daros, Philippe Roussin.

Consulter le programme

Argument

Liberté d’expression et démocratie sont deux concepts distincts, quoique liés. Dans la définition libérale de la démocratie qui prévaut aujourd’hui, ils semblent se confondre : idées et écrits doivent pouvoir circuler sans entraves. Tel est le récit du libéralisme depuis les Lumières européennes. Bien que la censure ait aussi touché des œuvres de facture « classique », la lutte contre la censure s’est souvent trouvée au cœur de l’histoire héroïsée du modernisme pour rendre compte du destin d’œuvres comme celles de Sade, de Joyce, D.H. Lawrence, de Céline ou de William Burroughs… C’est ce récit que les démocraties libérales ont également opposé à la situation de la création et de l’art des régimes totalitaires dans les périodes de guerre froide, (en Union soviétique) ou en Chine aujourd’hui (舆论导向 depuis 1989). Rares en Occident sont ceux qui soutiendraient que la censure enrichit, involontairement et indirectement, le langage artistique, qui feraient l’éloge de la censure comme Mo Yan, prix Nobel de littérature, a pu le faire en 2012 ou qui verraient dans la censure un thème d’investigation esthétique plutôt qu’un objet de dénonciation. Continuer la lecture

Le sens et les sens (20th21st CF&FS Bloomington) : programme

Le sens et les sens

International Colloquium 20th and 21st Century French and Francophone Studies

6-8 avril 2017

Indiana University – Bloomington

Consulter le programme

Consulter le site officiel du colloque.

Au cours du colloque aura lieu la remise du Prix de la Recherche au Présent, dont la SELF XX-XXI est partenaire. Ce prix est à destination des jeunes chercheurs (date limite de candidature vendredi 3 mars).

Présentation

À une époque où la question des émotions revient au centre des interrogations critiques, il convient de se pencher sur la manière dont le travail esthétique relie la sensation à l’interprétation, le sensoriel au signifiant, le corps à l’oeuvre, et permet de passer des sens au sens. Emotions et perceptions sont des fabrications anthropologiques et culturelles : pour l’auteur comme pour le lecteur, la relation esthétique est conditionnée par l’organisation opérée par des systèmes techniques (écriture, imprimerie, l’enregistrement audiovisuel, la diffusion numérique, etc.) comme par les traditions formelles et génériques propres à l’art. La construction littéraire et artistique du sens se fait donc par des médiations et des recyclages culturels (Moser) : il faut avoir lu pour pouvoir écrire, avoir vu pour pourvoir peindre ou sculpter et toute forme de production de sens et d’interprétation passe par des médiatisations. De la mémoire involontaire (Proust) à la mise en abyme (Gide), des « tropismes » (Sarraute) à « l’infra-ordinaire » (Perec), du souffle du conteur (Kourouma) à la gestuelle du « marqueur de paroles » (Chamoiseau), les formes artistiques s’inventent dans l’intervalle ouvert par l’irruption d’une sensation et une configuration qui l’investit de sens. L’idée poétique se donne à voir dans les calligrammes (Apollinaire), se fait entendre dans le cri (Césaire, Senghor) et est produite par le montage (René Clair), qui agit sur la réalité perçue en lui donnant une forme achevée et fatale. Ce sont ces médiations et médiatisations esthétiques et techniques entre l’appréhension sensible du monde et sa compréhension intelligible sur lesquelles ce colloque voudra revenir.